En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

135 millions de personnes risquent d'être déplacées à cause de la désertification d'ici 2030

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

A l'occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse, le 17 juin, les Nations Unies ont réitéré leur appel à agir contre ce phénomène mondial,"afin de bâtir un avenir durable".

"Nous devons prendre conscience que la désertification (…) constitue une menace pour tous les habitants de la planète", a alerté Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco. Les régions arides et semi-arides devraient être les plus touchées par la désertification et les mouvements de population. D'ici à 2030, 135 millions de personnes risquent d'être déplacées à cause de la désertification "et l'on s'attend à ce que 60 millions de personnes quittent l'Afrique subsaharienne pour gagner l'Afrique du Nord et l'Europe", a prévenu l'ONU.

Les populations rurales, qui s'appuient sur des moyens de subsistance pastoraux, sur l'agriculture et sur les ressources naturelles, devraient être "fortement exposées en raison des vulnérabilités existantes, notamment la pauvreté, les faibles niveaux d'éducation, le manque d'investissements, l'éloignement et l'isolement".

Les zones arides (déserts mais aussi pâturages, savanes…) couvrent 40% de la surface de la planète. Monique Barbut, secrétaire exécutive de la Convention des Nations unies de la lutte contre la désertification et Irina Bokova ont appelé à mieux gérer les terres et renforcer la résilience des populations vulnérables.

"Grâce à de bons investissements dans l'exploitation des terres, les infrastructures rurales et le développement des compétences, l'avenir peut être prometteur", a déclaré Monique Barbut. Alors que 25% des terres sont dégradées dans le monde, "l'ensemble de nos ressources naturelles de base sont au point de rupture", avait déjà mise en garde Mme Barbut, en septembre 2015, à la veille de la Conférence internationale sur le Climat à Paris (COP21). Elle avait alors appelé à fixer dans l'accord climatique la réhabilitation de 200 millions d'hectares de terres : "Cela coûte 20 dollars par hectare".

De son côté, Irina Bokova a cité en exemple la réserve de biosphère de l'Unesco des Bardenas Reales, en Espagne. Cette réserve démontre que la gestion "éclairée" des terres arides, basée sur l'alternance entre l'utilisation pastorale, les cultures et les périodes de jachère, permettrait non seulement de freiner la désertification mais aussi d'inverser le processus et de restaurer les terres dégradées.

Selon la FAO, le projet de Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel est également "le programme phare de l'Afrique pour lutter contre les effets du changement climatique et la désertification". La FAO estime que 166 millions d'hectares de la Grande Muraille verte présentent des possibilités de restauration des terres dégradées.

En France, la loi sur la biodiversité d'août 2016 a reconnu la protection des sols d'intérêt général, en les intégrant au patrimoine commun de la nation dans le code de l'environnement.

Réactions1 réaction à cet article

 

Le contrôle des naissances devient une ardente obligation pour ces peuples . Sinon leur misère sera fatale .

sirius | 20 juin 2017 à 23h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…