Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Climat : l'ONU alerte de nouveau sur les faibles engagements des pays

À moins de deux semaines de la COP 27 en Égypte, et faute de progrès significatifs pour baisser les émissions de gaz à effet de serre, les agences onusiennes exhortent les gouvernements nationaux à renforcer dès maintenant leurs plans climat.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet
Climat : l'ONU alerte de nouveau sur les faibles engagements des pays

« Lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 26) qui s'est tenue à Glasgow l'année dernière, tous les pays ont convenu de revoir et de renforcer leurs plans climatiques », a rappelé Simon Stiell, secrétaire exécutif de l'Agence des Nations unies pour le climat (CCNUCC), en publiant, le 26 octobre, un dernier bilan des contributions déterminées au niveau national (NDC) soumises par les 193 pays signataires de l'Accord de Paris.

Or, seuls 24 plans climatiques nouveaux ou actualisés (NDC) ont été soumis après la COP 26, à la date limite du 23 septembre 2022, pour être pris en compte lors de la COP 27, qui se tiendra du 6 au 18 novembre prochain à Charm el-Cheikh, en Égypte. Un chiffre « décevant », regrette Simon Stiell dans un communiqué.

Des progrès insuffisants

D'après le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), les émissions mondiales doivent en effet baisser de 45 % d'ici à 2030, par rapport aux niveaux de 2019, pour ne pas dépasser 1,5 °C de réchauffement climatique d'ici à la fin du siècle. Mais selon la dernière synthèse des NDC, les engagements actuels mèneraient au contraire à une augmentation de 10,6 % des émissions d'ici à 2030, par rapport aux niveaux de 2010.

 
Les gouvernements nationaux doivent renforcer leurs plans d'action climatique dès maintenant et les mettre en œuvre au cours des huit prochaines années.  
Simon Stiell, ONU Climat
 
Si le nombre de nouvelles NDC déçoit, leur ambition est également critiquée. Dans son « Emissions Gap report 2022 », publié ce jeudi 27 octobre, le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) précise que les nouvelles NDC soumises depuis la COP 26 ne réduisent que de 1 % les émissions mondiales prévues en 2030 et que leur mise en œuvre tarde. « La plupart des membres du G20 viennent juste de commencer à mettre en œuvre des efforts pour atteindre leurs nouveaux objectifs. Collectivement, le G20 ne devrait pas être en mesure de tenir ses promesses pour 2030 sans une action renforcée », prévient l'agence onusienne.

Toutefois, quelques progrès sont à noter : 62 États parties à l'Accord de Paris ont adopté des stratégies à long terme visant à passer à des émissions nettes nulles d'ici au milieu du siècle ou aux alentours. « Si toutes les stratégies à long terme sont pleinement mises en œuvre dans les délais », les émissions de ces pays pourraient être inférieures d'environ 68 % en 2050 par rapport à 2019, remarque l'ONU Climat. De son côté, le Pnue est moins optimiste. Il estime que la mise en œuvre de toutes les NDC, associées aux engagements nets zéro pris par un nombre croissant de pays, « laissent présager une augmentation de 1,8 °C. Toutefois, ce scénario n'est pas crédible, compte tenu de l'écart entre les émissions actuelles, les objectifs des NDC à court terme et les objectifs nets zéro à long terme ». Le Pnue mise plutôt sur un réchauffement de 2,8 °C d'ici à la fin du siècle au regard des politiques actuelles.

Par conséquent, « nous sommes encore loin de l'ampleur et du rythme des réductions d'émissions nécessaires pour nous mettre sur la voie d'un monde à 1,5 °C. Pour maintenir cet objectif, les gouvernements nationaux doivent renforcer leurs plans d'action climatique dès maintenant et les mettre en œuvre au cours des huit prochaines années », a déclaré Simon Stiell.

Record des niveaux de gaz à effet de serre en 2021

D'autant que les dernières données présentées par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) « n'augurent toujours rien de bon pour le climat », a-t-elle aussi alerté, le 26 octobre. Les concentrations atmosphériques des trois principaux gaz à effet de serre – dioxyde de carbone (CO2), méthane (CH4) et protoxyde d'azote (N2O) – ont battu de « nouveaux records » en 2021. D'après le Bulletin de l'OMM, la concentration en dioxyde de carbone dans l'atmosphère s'élevait à 415,7 parties par million (ppm), celle de méthane à 1 908 parties par milliard (ppb) et celle de protoxyde d'azote à 334,5 ppb. Soit une progression respective de 149 %, 262 % et 124 %, par rapport à l'époque préindustrielle. « Jamais la progression annuelle des concentrations de méthane n'a été aussi forte qu'en 2021. La cause de cette augmentation exceptionnelle n'est pas clairement établie, mais il semble que des processus tant biologiques qu'anthropiques soient à l'œuvre », prévient l'OMM. Et « le taux d'accroissement du dioxyde de carbone entre 2020 et 2021 a été supérieur à la moyenne du taux d'accroissement annuel des dix années précédentes ».

Pour inverser la tendance et « éviter une catastrophe climatique », le Pnue appelle à des « transformations sectorielles et systémiques urgentes » vers zéro émission nette de GES dans les secteurs de l'approvisionnement en électricité, de l'industrie, des transports et du bâtiment, ainsi que dans les systèmes alimentaires et financiers. Il détaille, dans son rapport, les mesures à prendre pour accélérer ces transformations.

Réactions6 réactions à cet article

 

Je ne sais pas si l'ONU aura l'outrecuidance de demander son plan climat à l'Ukraine, voire de féliciter ce malheureux pays pour sa baisse drastique d'émissions et l'exemplarité de la réduction de son niveau de vie (à tous les sens du terme).
Et si l'ONU faisait son boulot, à savoir tout faire pour garantir la paix, au lieu de servir la soupe à un écologisme morbide et catastrophiste pour lequel il faut toujours aller "plus loin" ?
Allez, salutations et courage à tous pour le grand succès de notre transition vers la misère !

Albatros | 28 octobre 2022 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'ennuyeux c'est que le discours officiel est contesté par de nombreux ex-membres du GIEC qui en sont sortis écœurés par le manque de sérieux de sa majorité manipulée.

Mais dont le nom a été maintenus parmi les rédacteurs "crédibilisant" malgré leurs protestations comme Frédérick Seitz, ex-président de l'académie des sciences américaines

Sagecol | 28 octobre 2022 à 16h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il serait bon de sortir des griffes de cette idéologie morbide à la Canfin et consorts.
Quant à l'ONU-Climat, il serait également intéressant de disséquer cette hydre pour comprendre son mode de fonctionnement. Qui le fera ?

Albatros | 28 octobre 2022 à 17h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

3500 scientifiques unanimes. Et voila quelque violence anti-GIEC, climatonégationistes. Nous simples habitantes et habitants sommes consternés.

Vercors | 28 octobre 2022 à 22h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Heureusement la France n'émet que moins de 1 % des GES .La réduction attendue est faite .

sirius | 30 octobre 2022 à 18h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"4% ... c’est le niveau en dessous duquel restent les émissions domestiques de gaz à effet de serre (GES) de l’Union européenne par rapport à 2019, avant la pandémie, annonce, ce 26 octobre, la Commission européenne, dans son dernier rapport d'étape de l'UE sur l'action pour le climat. Même si ces émissions ont augmenté de 4,8 % en 2021 par rapport à 2020.
En 2021, les émissions domestiques nettes de l'UE, y compris le secteur de l'utilisation des terres, du changement d'affectation des terres et de la foresterie, étaient inférieures de 30 % par rapport aux niveaux de 1990. L'UE « reste globalement sur la bonne voie » pour atteindre l'objectif de réduction de 55 % de ses émissions de GES d'ici à 2030."
Source : Actu Environnement du 27 Octobre dernier....

J'aimerai juste une confirmation sur le sens du terme "émissions domestiques nettes". Sinon, ici, en UE, on serait donc dans les clous, ce qui est positif.
Autant dire qu'ailleurs par contre, ce n'est (lisiblement) pas la préoccupation.... :o(

nimb | 01 novembre 2022 à 06h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Indicateurs de performances énergétiques, optimisez votre consommation Hellio
Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats