En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Forum de l'énergie et du climat : les Etats-Unis réaffirment leur engagement

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
A huit mois de la conférence des Nations Unies sur le climat de Copenhague (Danemark) qui doit aboutir à un nouveau traité post-Kyoto, le forum de l'énergie et du climat, lancé par le Président américain Barack Obama, accueille les 27 et 28 avril à Washington les seize pays émettant le plus de gaz à effet de serre ainsi que l'Union européenne, parmi lesquels l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la France ou encore l'Inde et la Russie.

Avec la décision prise la semaine dernière de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) de considérer le gaz carbonique comme dangereux, l'administration Obama entend confirmer sa volonté de réduire les émissions américaines de 17% d'ici 2020 et 80% d'ici 2050. Le président a pris l'initiative du forum pour relancer le processus engagé par son prédécesseur George W. Bush avec les rencontres des économies majeures. Ce forum doit servir à faciliter un dialogue franc entre les plus grands pays développés et en développement, aider à créer les conditions politiques nécessaires pour parvenir à un résultat lors des négociations sur le changement climatique à l'ONU qui doit se réunir en décembre à Copenhague, a indiqué la Maison-Blanche.

En introduction du Forum de Washington, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a indiqué, selon Reuters, que les Etats-Unis étaient prêts à mener la lutte contre le changement climatique et sont décidés à rattraper le temps perdu, faisant ainsi référence à l'administration Bush qui avait refusé de ratifier le Traité de Kyoto. Comme je l'ai dit à mes homologues chinois et indien, nous voulons que nos économies grandissent (...) Nous espérons seulement que nous pourrons travailler ensemble pour éviter (de répéter) nos erreurs qui sont à l'origine d'une grande partie du problème, a ajouté la secrétaire d'Etat.

L'engagement des Etats-Unis est considéré par les organisations environnementales comme une condition sine qua non au succès de la lutte contre le changement climatique. Mais Obama doit encore convaincre son propre Congrès, où l'ancien vice-président Al Gore a réclamé vendredi l'adoption d'une loi dans l'année pour réduire les émissions de CO2.

Ce forum sera suivi d'un sommet qui réunira 17 chefs d'état en Italie en juillet.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager