En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lancement d'un observatoire national de l'artificialisation des sols

Aménagement  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Dans la cadre du plan biodiversité, le Cerema, l'Irstea et l'IGN lancent un observatoire de l'artificialisation des sols. L'objectif : "Une meilleure compréhension du phénomène et une meilleure prise de conscience de ses enjeux" en métropole et dans les outre-mer.

   
   
Cet outil permettra d'observer l'évolution de l'artificialisation des sols, à l'échelle de chaque commune, et fournira des données comparables à toutes les échelles territoriales. Ces données seront obtenues par analyse d'images aériennes et satellitaires, renforcée par le croisement de données multisources, indiquent les trois organismes. "L'objectif est de parvenir à produire et à mettre à jour des éléments qualifiés d'occupation du sol de la manière la plus automatisée possible, notamment au moyen de technologies innovantes, telles que le deep learning, une composante de l'intelligence artificielle".

L'observatoire publiera régulièrement un état des lieux de la consommation d'espace.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il faut au moins lancer un observatoire pour dresser un constat connu de tous depuis des lustres ! Mais c'est sûr qu'avec une touche de deep learning, ça vous donne tout de suite un petit air high tech qui fait fureur chez nos décideurs et nos administratifs férus d'innovation, pourvu que ce soit médiatique.
A tout le moins, quelle sera la portée juridique concrète des données produites ?

Pégase | 02 août 2019 à 22h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore un machin pour perdre du temps, et donc en gagner pour les aménageurs de tous poils. Le plus cynique là, c'est l'annonce par Macron d'une loi pour un bilan zéro d'artificialisation des sols : on voit très bien ce qu'il va en être, aucun changement dans les dévastations, Bouygues, Vinci et consorts y veillent, et la requalification en espaces verts de friches ou autres terrains en déshérence...

dmg | 08 août 2019 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai qu'il est légitime de se demander ce que peuvent bien foutre tous ces gens de l'INRA, l'ISTEA et autres fonctionnaires assimilés depuis le temps qu'ils disposent des outils (notamment satellites) pour faire un recensement sérieux des sols... Ce sont les mêmes qui réclament une directive sur les sols: ils doivent attendre un contentieux...
C'est vrai que le millier de salariés des Agences de l'eau n'a toujours pas été foutu de faire un recensement exhaustif des cours d'eau sur le territoire national (depuis 1964!).
Créons donc des "machins high tech", comme le dit Pégase que je salue fraternellement.
Excellente journée !

Albatros | 02 septembre 2019 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager