En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Poissons contaminés aux PCB : l'Anses émet des recommandations plus sévères

La consommation de poissons contaminés par des PCB présente-t-elle un risque sanitaire pour les consommateurs ? Oui, répond l'Anses qui émet de nouvelles recommandations en la matière.

Eau  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Suite à une étude nationale relative à l'imprégnation aux PCB des consommateurs de poissons d'eau douce, réalisée par l'Anses et l'InVS, l'Agence émet de nouvelles recommandations.

Restrictions de pêche et recommandations de non-consommation depuis 2006

Des dépassements des teneurs maximales réglementaires en PCB, fixées au niveau communautaire pour les poissons commercialisés, ont été observées en France dans les poissons d'eau douce de plusieurs cours d'eau ou lacs.

"Depuis 2006, des restrictions de pêche et des recommandations de non-consommation des espèces de poissons les plus accumulatrices de PCB (anguilles, poissons gras, espèces dites fortement bio-accumulatrices) ont d'ores et déjà été mises en place, sur la base de la réglementation en vigueur, notamment dans les secteurs du Rhône, de la Somme, de la Seine, de la Garonne…", indique l'Anses.

Un inventaire national des cours d'eau à risques a également été mis en œuvre début 2008 dans le cadre du plan national d'action sur les PCB. A partir de ces données, des recommandations de non-consommation ont été émises par cours d'eau.

En dehors de ces zones, l'Agence, dans un avis du 14 juin 2010, a recommandé à l'ensemble de la population, dans le cadre d'une alimentation diversifiée, la consommation de deux portions de poissons par semaine, en variant les espèces et les lieux d'approvisionnement. Elle a recommandé également aux personnes les plus fragiles d'éviter la consommation de poissons de rivière dits "bio-accumulateurs", notamment anguilles, barbeaux, brèmes, carpes et silures.

L'Anses a également publié, le 5 mars 2010, un avis relatif à l'interprétation sanitaire des niveaux d'imprégnation de la population française en PCB, par lequel elle a proposé deux seuils critiques.

Relation statistique entre consommation de poissons et imprégnation aux PCB

 
Les chiffres de l'étude Anses/InVS L'étude a porté sur 21.180 foyers de pêcheurs amateurs, répartis sur six sites d'étude (Seine, Somme, Rhône, Rhin, Loire et Garonne), qui ont été contactés par téléphone. Les individus éligibles et acceptant de participer ont ensuite été interrogé à leur domicile et ont fait l'objet d'un prélèvement sanguin, soit 606 pêcheurs ou membres de leur foyer. De plus, seize pêcheurs professionnels, exerçant dans les sites de l'étude, ou membres de leur foyer, ont également participé à l'étude.
 
Au regard des résultats de la nouvelle étude Anses/InVS dont le rapport a été remis début 2011, l'Anses "maintient ses recommandations sur les secteurs ayant fait l'objet d'une évaluation locale et spécifique".

Ce qui est nouveau, c'est le lien statistique, mis en lumière par cette étude, entre la consommation de poissons fortement bio-accumulateurs et les niveaux d'imprégnation des consommateurs.

L'Anses recommande aujourd'hui de limiter la consommation de ces poissons à une fois tous les deux mois pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes ainsi que les enfants de moins de 3 ans, les fillettes et les adolescentes, et à deux fois par mois pour le reste de la population.

L'Agence recommande également une vigilance et un suivi des zones les plus fortement contaminées (Seine et Somme ; Rhône, Rhin et Moselle dans une moindre mesure) ainsi que l'identification d'autres zones fortement contaminées, le cas échéant de façon accidentelle.

L'Anses précise toutefois que la consommation des poissons d'eau douce par les foyers de pêcheurs est faible et que, sur les 21.180 foyers enquêtés, seuls 13% consommaient des poissons fortement bio-accumulateurs. D'autre part, les niveaux d'imprégnation observés dans l'échantillon de pêcheurs amateurs sont similaires à ceux observés dans la population générale.

Réactions1 réaction à cet article

 

l interdiction de la consommation du poisson en moselle ce situe a partir de quel le zone a quelle zone merci

schmuck | 17 octobre 2012 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager