En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plantes génétiquement modifiées : l'Académie des sciences réclame la liberté des recherches

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

L'Académie d'agriculture, l'Académie des sciences et l'Académie des technologies appellent dans un communiqué à "restaurer la liberté de mener des recherches et essais" sur les plantes génétiquement modifiées (PGM). "Y compris, précisent-elles, l'expérimentation en plein champ et sur le long terme, en application des règlementations existantes".

Elles estiment en effet que les questions scientifiques et agronomiques touchant aux PGM doivent être "approfondies sur des bases objectives" au moment où une nouvelle génération de plantes génétiquement modifiées émerge des laboratoires et alors qu'elles sont sur le marché depuis plus de 15 ans et occupent des surfaces de culture importantes sur la planète.

Les PGM constituent "un outil, à utiliser avec d'autres, pour une agriculture durable, productive et respectueuse de l'environnement, afin de servir une population mondiale en forte croissance", indiquent les académies. Ces dernières relèvent toutefois que la diffusion de certaines PGM doit s'accompagner d'une attention particulière aux effets environnementaux, en particulier pour les caractères de résistance aux insectes ou aux mauvaises herbes, qui implique une formation des agriculteurs aux bonnes pratiques d'utilisation.

Si les académies estiment la réglementation européenne de mise sur le marché "très rigoureuse" pour tester leur efficacité et leur innocuité sur le long terme, elles affirment néanmoins que l'utilisation des PGM doit être "évaluée au cas par cas avant autorisation dans une approche de type coûts-bénéfices-risques".

Réactions5 réactions à cet article

 

Les scientistes sont de retour ..... cela ne me surprends guère cette façon d'agir !!

manu | 17 mars 2014 à 12h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Est-ce que l'expérimentation en plein champ qu'elle prône comprend une étude plus poussée de la dispersion des transgènes dans l'environnement ?
L'académie des sciences demande également des nouvelles études "approfondies sur des bases objectives" concernant les questions scientifiques et agronomiques. Peut-être pourrait-elle attendre alors la conclusion de ces études avant d'affirmer que les PGM constituent  « un outil à utiliser [..] pour une agriculture durable, productive et respectueuse de l'environnement ».
Encore plus étonnant est de qualifier la mise sur le marché de « très rigoureuse », quand on sait les nombreux problèmes de procédure qui ont été révélés ?!
Bref, ca sent à nouveau le conflit d'intérêts au sein de membres de l'académie des sciences..

Gaet | 18 mars 2014 à 09h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Approche specialistes semble sens correct et commune.

romulo | 18 mars 2014 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

S'il veulent faire des expérimentations qu'ils aillent les faire ailleurs, leur collègues américains devraient pouvoir les y aider.

lio | 18 mars 2014 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faudrait déjà qu'on impute les dépenses liées à ces recherches à ceux qui espèrent profiter de ce marché, ne pas faire supporter à la communauté ce qui n'est autre qu'une lubie scientiste, qui n'a toujours pas démontré le moindre intérêt pour le consommateur.

JFK | 18 mars 2014 à 13h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager