En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le PNUD et le Japon promeuvent l'adaptation au changement climatique en Afrique

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Dans le cadre de la quatrième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD IV), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le gouvernement japonais ont annoncé le 29 mai un nouveau programme financé à hauteur de 92,1 millions de dollars pour promouvoir l'adaptation aux changements climatiques en Afrique.

En raison des changements climatiques, certains pays d'Afrique seront confrontés à une raréfaction de l'eau et à une aggravation de la santé et de la sécurité alimentaire, a indiqué Olag Kjorven, Administrateur adjoint du PNUD et directeur du Bureau des politiques de développement.

Le nouveau programme conjoint du PNUD et du Japon commencera ses opérations en août 2008. Il préparera les pouvoirs publics à la gestion des changements climatiques aux niveaux national et local et à prendre en compte leur impact dans les stratégies de réduction de la pauvreté actuelles. Il aidera également les États à élaborer des programmes financiers pour répondre aux coûts de l'adaptation aux changements climatiques.

Nous sommes convaincus que ce nouveau programme nous donnera les capacités de réagir presque instantanément aux problèmes les plus urgents, a ajouté M. Kjorven.

Sur le total de 92,1 millions de dollars, onze seront alloués à des programmes auxquels seront associés le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) ou l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI).

Le nouveau programme d'adaptation en Afrique s'inspire d'autres partenariats PNUD/Japon en Afghanistan, au Soudan et dans le relèvement des zones touchées par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

Réactions3 réactions à cet article

 
pnud/Japon en Afrique

Bravo, il faut aider l'Afrique.Pas trop de discours, il faut des actes concrets.
1) Ramasser et traiter correctement les déchets des ménages, des industries, des cliniques et hopitaux conformément à la réglementation OMS. Pour stopper les épidémies en tout genre.
2) Collecter et traiter les eaux usées conformément aux lois de l'OMS. Nettoyer les cours d'eau, désensabler les rivières et fleuves pour éviter les inondations.
En traitant les déchets correctement, on obtient pour partie, de l'énergie, du compost pour les cultures. Pour permettre aux peuples de se nourrir eux-même. C'est cela qu'il faut développer tout de suite en Afrique. C'est mon avis.

lb | 02 juin 2008 à 16h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
corruption d'abord

Tant que la corruption est d'actualité dans les pays africains, ces aides ne vont pas donner les fruits escomptés.
l'institution internationale assume une responsabilité historique dans les pb de corruption dans le continent car mise de l'argent et fait pas le pressing pour combattre fermement la corruption.

Abdo Maroc | 03 juin 2008 à 14h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Démocratie & bonne gouvernance d'abord

Je doute qu'un pouvoir africain non véritablement DEMOCRATIQUE soit à mésure de GERER des fonds destinés à la lutte contre les conséquences du changement climatique, d'autant plus que dans l'égoïsme, la plupart des dirigeants africain ne pensent qu'à s'enriichir pour faire assoir leur pourvoir. Tant qu'un vrai contrôle des gouvernants par les gouvernés ne sera pas effectivement possible, c'est du blabla... et les pauvres qui font votre souci n'en tireron aucun profit?

Weslly Bok- Anya | 10 juin 2008 à 13h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager