En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le PNUE propose de supprimer les subventions aux énergies fossiles pour réduire les émissions de GES

Dans un rapport publié à l'occasion de la conférence internationale sur le climat qui se clôture aujourd'hui au Ghana, le PNUE propose de supprimer les subventions aux énergies fossiles afin de réduire les GES et favoriser le développement des MDP.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
À l'occasion de la conférence internationale sur le changement climatique à Accra au Ghana, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a publié le 26 août 2008 un rapport qui préconise de supprimer les subventions aux énergies fossiles afin de réduire les gaz à effet de serre et stimuler lentement mais sûrement l'économie mondiale.

Dans le monde, près de 300 milliards de dollars ou 0,7% du PIB mondial sont alloués aux subventions énergétiques annuellement. Selon le rapport intitulé ''Reforming Energy Subsidies : Opportunities to Contribute to the Climate Change Agenda'', la Russie détiendrait le plus grand volume de subventions avec un total de près de 40 milliards de dollars par an qui sont principalement investis dans la réduction du prix du gaz naturel. L'Iran se classe en deuxième position avec 37 milliards de dollars alors que six pays dépassent les 10 milliards de dollars en subventions : la Chine, l'Arabie saoudite, l'Inde, l'Indonésie, l'Ukraine et l'Egypte.

La plus grande part de cet argent sert à abaisser ou réduire artificiellement le prix réel des combustibles comme le pétrole, le charbon et le gaz, ou l'électricité issue des combustibles fossiles, explique le PNUE.
Selon lui, la suppression des subventions aux énergies fossiles permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'ordre de 6% par an, tout en contribuant à une augmentation de 0,1% du PIB mondial.

Les subventions aux énergies fossiles ne privilégient pas les pauvres et l'environnement

 
Les subventions aux énergies fossiles sont des instruments mal adaptés qui perpétuent des modèles économiques révolus et inefficaces  
Achim Steiner
 
Outre les effets néfastes pour l'équilibre climatique, les auteurs du rapport notent que les mécanismes de soutien des prix privilégieraient les classes supérieures de la société plutôt que celles à faibles revenus.
Le PNUE cite l'Inde où 1,7 milliard de dollars ont été investis en subventions de Gaz de pétrole liquéfié (GPL) au cours de la première moitié de 2008 pour faciliter l'accès aux combustibles à des ménages pauvres et auraient profité aux ménages à revenus plus élevés. Malgré l'inefficacité de la subvention, le programme a été prolongé jusqu'à 2012, déplore le Programme.

Favoriser le développement des MDP plutôt que celui des énergies fossiles

Le rapport reconnaît également que certaines subventions ou mécanismes de soutien, telles que les allégements fiscaux, les incitations financières ou autres mécanismes de marché peuvent générer des bénéfices économiques, sociaux et environnementaux comme les tarifs de rachat qui sont à l'origine d'une révolution des énergies renouvelables dans certains pays comme l'Allemagne et l'Espagne ou les Mécanismes de Développement Propres (MDP).

Alors que les subventions aux énergies fossiles sont des instruments mal adaptés qui perpétuent des modèles économiques révolus et inefficaces, le MDP est un mécanisme de marché plus performant, qui encourage la transition vers une économie verte, a déclaré Achim Steiner, Sous-secrétaire général des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE. Les subventions actuelles en faveur du fossile retardent l'introduction des énergies renouvelables ou d'autres formes efficaces de production d'énergie, en érigeant des barrières qui vont des transports en commun jusqu'aux appareils économes en énergie, a-t-il ajouté.

Rappelons que les Mécanismes de Développement Propres (MDP) ont été créés afin d'aider les pays en développement à réduire leurs émissions de GES. 850 projets de MDP ont été validés fin 2007 dont plus de 500 ont été développés en Asie principalement en Inde et en Chine. 300 ont été enregistrés en Amérique centrale et latine alors que l'Afrique ne compte qu'une vingtaine projets.

D'après Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques (CNUCC), la valeur totale des projets en Afrique financés par le Fonds pour l'environnement mondial au cours des dix-sept dernières années est de 378 millions de dollars, alors que la valeur des projets à l'échelle du monde est de plus de 2,4 milliards de dollars.

Toutefois, à la veille de la clôture de la conférence d'Accra, le PNUE a également présenté de nouvelles données sur la progression de projets MDP en Afrique sub-saharienne. Pour la première fois depuis 18 mois, des projets MDP ont vu le jour dans six pays : République démocratique du Congo, Madagascar, Maurice, Mozambique, Mali et Sénégal, observe le Programme. Même si le nombre de projets en Afrique reste bas quand on le compare aux 3.500 projets MDP actuellement en cours dans le monde, une évolution est envisageable, a déclaré le PNUE.

L'Afrique devrait ici bénéficier de près de 230 projets MDP d'ici 2012 à condition que les gouvernements parviennent à un nouvel accord plus ambitieux sur le climat en 2009. Ces projets devraient générer plus de 65 millions d'unités de réduction certifiée des émissions, équivalents à un milliard de dollars selon un taux moyen de crédit carbone de 15 dollars.

Réactions4 réactions à cet article

 
LES ENFANTS DES ANNEES 70 ET 80

Enfin des bonnes nouvelles,j'espére que les énergies renouvelables vont étre soutenu correctement.Je suis éleveur et je veux produire du biogaz carburant avec mon tas de fumier .Ma centaine de vaches permettraient à une voiture de parcourir
100 000 Km/an uniquement grace à ces déjections Un frein l'investissement 600 000 EUROS J'ai 30 ANS et notre génération doit se battre contre le réchauffement climatique car pour nos enfants nous le savons que pour eux il sera trop tard.Arretons de nous renvoyer la balle nous sommes tous responsable, agissons plutot ensemble.Le projet est lancé , rendez vous peut-étre en 2010!

farfelu | 28 août 2008 à 22h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Oui, très bien, mais

il serait bon d'illustrer votre propos avec des exemples concrets de mécanismes de développement propre (MDP).
Parce quand je constate que ce sont les chinois qui récupèrent les subventions, je m'inquiète. Tout d'abord ils ont l'argent nécessaire pour développer eux mêmes ces MDP. Il suffit de constater la gabegie des jeux olympiques ou leur réarmement pour comprendre qu'ils n'ont plus besoin de l'argent des institutions internationales, mais simplement de conseils techniques.
Ensuite, manifestement, ce ne serait pour eux qu'un argument de communication car ils prennent, là aussi manifestement, le chemin contraire.
Ceci dit, si je comprends bien, les tarifs sociaux (prime à la cuve, au gaz, électricité) ne seraient plus légaux à terme. Enfin une bonne nouvelle.

René - Pierre | 30 août 2008 à 09h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:LES ENFANTS DES ANNEES 70 ET 80

Je suis sympathisant à cette cause et je déteste les écolo-
gistes radicaux néanmoins.

Que pouvons-nous faire pour entériner ces causes?
... nous tourner vers l'avenir et cesser de regar-
der l'oeuvre d'un Rockefeller comme s'il s'agissait
d'un Bill Gates illustre!

Merci.



Jean-François Lapointe
514-328-3639, Montreal
sous le
Pseudonyme web de Heisenberg_poll@hotmail.com

Rockefeller | 31 août 2008 à 20h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
d'une pierre deux coups

Si les pays riches qui subventionnent les énergies fossiles supprimaient ces subventions pour les allouer aux pays pauvres en faveur de projets de développement durable, ils pourraient enfin respecter leur engagement d'affecter 0,7% de leur PIB au développement de ces pays alors qu'il est très nettement en dessous (sauf pour quelques pays nordiques) tout en ayant une action favorable à l'environnement.

kirlian | 03 septembre 2008 à 20h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager