Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pays Briançonnais : le territoire va signer un contrat pour accompagner la transition écologique

Les 37 communes du Pays Grand Briançonnais planchent sur l'autonomie énergétique, alimentaire, de déplacement et une politique zéro déchet. D'abord labellisé TEPCV, le territoire fait partie des 20 contrats de transition qui vont être signés avec l'Etat.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat
Pays Briançonnais : le territoire va signer un contrat pour accompagner la transition écologique

C'est un territoire qui cumule les atouts et les faiblesses, comme beaucoup d'autres en France. Parmi ses atouts : un ensoleillement de près de 300 jours par an et une ressource en eau abondante, propice à la production hydroélectrique. En revanche, so...

Réactions2 réactions à cet article

 

Et bien soyez cohérent: le ski doit être interdit dans le pays Briançonnais :
- il déplace des centaines de milliers de personnes, coût en pétrole
- il fait vivre des centaines de milliers de personnes dans les endroits les plus froids de France à la période la plus froide, coût en chauffage, surtout mazout en milieu rural,
- il demande beaucoup d'électricité pour faire fonctionner tous les équipements,
- c'est un loisir non vital pour l'humanité.

DS | 10 octobre 2018 à 11h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je n'aime pas du tout cette idée d'indépendance énergétique d'un territoire : impression de la constitution de baronnies, du délitage du lien national. Ce qui renforce la pression des lobbys : quelques communes n'auront jamais le poids d'une région ou d'un état. Et le plus souvent, ce sont les nantis qui rejettent les moins bien lotis... En plus, c'est de la poudre aux yeux : aucun territoire ne peut accéder à l'autonomie en hydrocarbures, qui constituent 60% de notre énergie consommée ! En l'espèce, le Briançonnais a un potentiel solaire immense, rien ne justifierait qu'il se l'accapare sans le diffuser aux régions environnantes ! A contrario, je doute qu'il soit autonome en farine ou en universités. Et aussi... qu'ils ne viennent pas implorer quand la Durance sera à sec...

dmg | 11 octobre 2018 à 20h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]