En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Photovoltaïque au sol : les zones délaissées représentent un potentiel de 53 GW

Il est possible d'installer 53 GW de photovoltaïque au sol sur les friches industrielles et les parkings, estime l'Ademe. Si ce potentiel était exploité, la carte de France des installations solaires serait sensiblement modifiée.

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Le potentiel français de développement du photovoltaïque sur les surfaces "délaissées" est de l'ordre de 53 gigawatts, selon les travaux de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Ce potentiel technique, évalué après élimination de très nombreux sites, ne tient pas compte de la rentabilité potentiel des sites. Surtout, il pointe le potentiel de régions jusqu'à maintenant délaissées par les porteurs de projets.

Tels sont les premiers résultats de l'étude sur le potentiel national photovoltaïque des zones délaissées conduite par l'Ademe, à la demande du ministère de la Transition écologique. Présentée mardi 6 novembre, dans le cadre d'une conférence sur le développement des grandes centrales photovoltaïques organisée par l'Office franco-allemand pour la transition énergétique (Ofate), l'étude devrait permettre aux pouvoirs publics de mieux cerner les possibilités de développement des centrales au sol. L'étude finale devrait être publiée prochainement. A noter que l'Ademe ne divulguera que des résultats départementaux et ne donnera pas la liste des sites retenus.

Une évaluation prudente

Comment évaluer ce potentiel ? Avec prudence, insiste Tristan Carrère qui privilégie "une approche plutôt sous-estimée que surestimée". Pour cela, l'Ademe n'a pas hésité à retirer de son inventaire les terrains sujets à doutes. Concrètement, la première étape a consisté à lister les sites potentiels référencés dans plusieurs bases de données : Basias, pour les anciens sites industriels et tertiaires, Basol, pour les sites et sols pollués, et IGN Topo, pour les parkings. A noter que l'étude ne tient pas compte de la topographie, faute d'accès aux bases de données précises. Mais ce critère n'est pas déterminant pour des sites souvent artificialisés (un tiers de l'inventaire final est composé des surfaces planes des parkings).

Ces données brutes ont été affinées en trois étapes. La première a consisté à mieux cerner les sites. A ce stade, un quart a dû être supprimé de l'inventaire, du fait d'un statut imprécis. De même, 30 % des sites restant ont dû être supprimés faute de localisation précise. Cette réduction du périmètre, tout comme l'absence de certains sites potentiels (aéroports, sites ferroviaires ou surfaces commerciales), laisse entrevoir un large potentiel non évalué.

Contraintes techniques et règlementaires

Ensuite, les auteurs ont supprimé les sites présentant des "critères rédhibitoires". Ont été éliminés les sites trop petits pour une centrale de 250 kW, ceux dont l'éloignement du réseau haute tension était supérieur à 4 km par tranche de 1 MW de potentiel, les sites contaminés et ceux situés dans des zones qualifiées d'agricoles ou de milieux aquatiques dans l'inventaire biophysique CORINE Land Cover. De même, une série de critères administratifs ont été pris en compte : sites du conservatoire du littoral, zones coeur des parcs naturels régionaux, zones humides Ramsar, réserves naturelles, etc. A l'issue de ce travail, l'inventaires a subi une nouvelle réduction drastique de 60 %.

Enfin, la troisième étape est un tri probabiliste. L'objectif est de prendre en compte les risques d'échec des projets et de réduire le potentiel en conséquence. A ce stade, les surfaces potentielles sont réduites selon différents critères qui risquent d'entraver les projets. Ces critères sont très variés. Il peut s'agir de la proximité avec un aéroport (risque d'abandon jugé faible) ou un monument historique (risque élevé). Il peut aussi s'agir de certains zonages inondation ou incendie (risque moyen).

L'est et le nord sortent du lot

Finalement, l'étude détermine un potentiel "gigantesque" de 53 GW, annonce Tristan Carrère. Globalement, 74 départements disposent d'un potentiel supérieur à 100 MW. Mais cinq zones se démarquent. Il s'agit, par ordre d'importance, de la moitié est de la région Grand Est ainsi que du Doubs et du Jura, des départements littoraux de la Nouvelle Aquitaine, de l'Ile-de-France, du nord des Hauts de France, et de la région Provence-Alpes-Côte-D'azur. Le département de la Savoie sort aussi du lot. Les zones favorables se situent le plus souvent à proximité des grands centres urbains sur d'anciens sites industriels. Ces sites représentent deux tiers des terrains identifiés, pour 92 % du potentiel photovoltaïque. Détail important, l'étude signale que les sites "parfaits" sont rares : seuls 4% ne sont impactés par aucuns des critères retenus dans l'étude probabiliste des risques d'échec.

L'étude montre aussi que le potentiel est réparti sur de nombreux sites offrant un potentiel restreint par rapport aux attentes des porteurs de projets. En effet, 80 % des sites identifiés ne peuvent pas accueillir de centrale de plus de 2,5 MW. Seulement 2 % des sites peuvent accueillir un parc de plus de 30 MW. Enfin, il ne s'agit que d'"un potentiel technique et administratif", insiste Tristan Carrère. Il ne revient pas à l'Ademe d'évaluer l'intérêt économique des sites. Surtout, l'Agence a laissé de côté les coûts de remise en état des terrains dégradés, en particulier les coûts de dépollution.

Réactions13 réactions à cet article

 

Bonjour
Cette étude ADEME est-elle disponible?

Cordialement

WR | 08 novembre 2018 à 08h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

L'étude n'est pas encore disponible. Elle devrait l'être d'ici "quelques semaines". Les résultats sont connus, mais le rapport est en cours de rédaction.

Cordialement,

Philippe Collet

Philippe Collet Philippe Collet
08 novembre 2018 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Où est prise cette photo ?

Sur le fond les gens qui réfléchissent ne peuvent qu'être d'accord.
Et ça réduirait les coûts pour les particuliers

Sagecol | 08 novembre 2018 à 11h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ben dites donc, heureusement que l'évaluation est prudente car ça fait pas mal de trucs laissés de côté !
- rentabilité (on s'en fout, effectivement car on sauve la planète)
- topographie (ça me rappelle ma voisine qui m'a reproché de lui prendre le soleil qui vient du Nord)
- remise en état.
Une paille ! Vive l'ADEME !

Albatros | 08 novembre 2018 à 13h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour
ma question est sensiblement la même que la précédente, est il possible de nous prévenir de sa parution via la quotidienne ou autres? Merci

PVN | 08 novembre 2018 à 13h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,


Oui, bien sûr, nous reviendrons sur ce sujet à l'occasion de la publication de l'étude.

Cordialement,

Philippe Collet

Philippe Collet Philippe Collet
08 novembre 2018 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Y'a-t-il des expériences où on a tiré parti du sol jamais ensoleillé sous les panneaux ?

Ça ne peux pas être par exemple une partie du "parcours" des poules ou autres volailles qui courent vraiment ?

Sagecol | 08 novembre 2018 à 17h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

L’Ademe incite les particuliers à produire de l’électricité. L’Etat met 9 milliards d’euros pour développer le photovoltaïque individuel. Et 2 milliards pour détruire le potentiel hydroélectrique des moulins. Lequel, estimé à 600 MW par le Rapport Dambrine (2006), demeure ignoré des Schémas régionaux climat-air-énergie (SRCAE), SDAGE et SAGE (et partant des Ademe), pourtant tenus par les articles 75 du Grenelle II et R212-36 du code l’environnement de l’instruire.

Qu’en pensez-vous ?

Cordialement,
Charles Ségalen

Ségalen | 09 novembre 2018 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Grande cohérence en effet. Si l'ADEME n'existait pas, il ne faudrait surtout pas l'inventer...
Le coup des poules sous les panneaux est à hurler de rire mais en effet, pourquoi pas ? Merci !

Albatros | 09 novembre 2018 à 15h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Y a pas des plantes qui poussent à l'ombre pour les humains ou les animaux ?

Les vers de terre se foutent de l'ombre, non ?

Il faut s'entendre sur la définitions de "délaissés"

La SNCF en possède une sacrée quantité, non

Sagecol | 09 novembre 2018 à 17h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je pense que la dépollution des sites pollués pourrait être financé par les recettes du photo-voltaïque installé dessus. Dans ce cas, la taille éligible des terrains devrait être inférieur à l’accueil d'une centrale de 2,5 MW. Par ailleurs du photovoltaïque flottant a déjà été installé sur des étangs classés en zone de protection. Les oiseaux et les poissons s'en portent très bien et çà permet de financer les naturalistes qui gèrent le site

michcamb | 09 novembre 2018 à 17h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi pas, mais l’intérêt de cette dépollution ?

Sagecol | 09 novembre 2018 à 18h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les plans d'eau constitués par les barrages ont-ils été recensés dans cette étude?

Jean-Louis Gaby_03_solaire2000 | 11 novembre 2018 à 12h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…