Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Loire : l'ASN lance une campagne de mesures de tritium

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

En juin 2019, l'association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest (Acro) alertait sur des valeurs anormalement élevées de tritium dans la Loire (310 Bq/l), relevées au niveau de Saumur (Maine-et-Loire), à une vingtaine de kilomètres en aval de la centrale nucléaire de Chinon. Dans la foulée, l'Autorité de sécurité sanitaire (ASN) et l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) ont mené des investigations pour comprendre l'origine de cette concentration en tritium. « Ces investigations n'ayant pas permis de déterminer l'origine de cette valeur, l'ASN et l'IRSN ont décidé de réaliser une campagne de mesures complémentaires, afin d'étudier la reproductibilité éventuelle de mesures anormalement élevées en tritium dans la Loire à Saumur, dans des conditions les plus proches possibles de celles observées en janvier 2019 (situation de basses eaux en période hivernale) », indique l'ASN dans un communiqué.

En réaction à cette pollution, le réseau Sortir du nucléaire et le collectif Loire Vienne zéro nucléaire, ont déposé plainte, en janvier dernier auprès du procureur du parquet de Paris, contre EDF et contre X.

Réactions2 réactions à cet article

 

Une trop vieille centrale encore en activité, on n'en attend pas moins, espérons que la nappe phréatique énorme qui se trouve sous la Loire ne soit pas polluée.
C'est comme la plupart des barres hlm, toutes ces contructions des années 50/60 avaient été conçues pour 40 ans pas plus.
Il faut savoir détruire ce qui a été bâti dans l'urgence.

pemmore | 22 octobre 2020 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On ne doit pas oublier que dans les années 90, il y a eu aussi un accident grave à la centrale de St Laurent-des-Eaux, qui a eu pour conséquence des rejets de plutonium (vous avez bien lu) dans la Loire et dans l'atmosphère. C'est l'ineffable professeur Pellerin, celui-là même qui avait arrêté le nuage de Trchernobyl à nos frontières, qui avait jugé la chose sans danger. On n'a connu cet accident qu'il y a quelques années. Nouveau nom de la centrale :
St Laurent-des-Eaux-polluées ?

petite bête | 22 octobre 2020 à 18h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager