En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Inauguration d'un projet pilote de valorisation énergétique de la biomasse à Pau

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Le projet pilote de valorisation énergétique de la biomasse récupérée dans l'exploitation forestière ou dans l'agriculture, a été inauguré le 22 janvier à Pau en Aquitaine. Le procédé, basé sur la torréfaction de biomasse, a été lancé par le consortium régional de recherche Prebiom (Prétraitement de la biomasse), piloté par l'Institut français du pétrole (IFP), en partenariat notamment avec l'Université de Pau, l'APESA, Aquitaine Electronique ou encore Cofely.

''Ces filières transformeront de la biomasse issue de l'exploitation forestière ou agricole en un produit solide, stabilisé, plus dense énergétiquement'' destiné aux filières biomasse énergie (cogénération, chaufferie) ou biocarburants de 2e génération, ont expliqué dans un communiqué les acteurs du consortium.

Le projet pilote concerne l'étude de la ''faisabilité économique, sociétale et environnementale'' de cette filière de valorisation énergétique de la biomasse à l'échelle régionale, compte tenu des ''ressources en biomasse disponibles à court et moyen terme en Aquitaine'', ont-ils indiqué. Les responsables du programme Prebiom précisent qu'il s'agit de ''filières utilisant des biomasses non alimentaires et ne concurrençant pas les filières agricoles ou forestières existantes''.

Le pilote de torréfaction des biomasses ligno-cellulosiques, installé dans un laboratoire de recherche de l'université de Pau, dispose d'une capacité de traitement de biomasse de 2 kilos/heure.

''La torréfaction est une opération de dégradation thermique réalisée aux alentours de 250 degrés, en absence d'oxygène. Elle produit un solide hydrophobe, résistant aux agressions biologiques et friable (…) facilitant le stockage et le transport'', ont-ils souligné.

L'opération pilote, prévue sur une durée de deux ans, doit permettre de décider du lancement éventuel d'une première phase industrielle. Le programme de recherche dispose d'un budget total de 1,27 M€ sur 3 ans, soutenu par le Conseil régional d' Aquitaine et la Communauté des communes de Lacq.

Réactions1 réaction à cet article

 
choix judicieux attendu

Bravo; c'est une voie importante à explorer; la France qui dispose de quantités importantes de biomasse doit travailler dans cette voie

DL | 26 janvier 2010 à 10h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…