En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

REP : les éco-organismes prendront en charge 80 % des coûts de traitement des dépôts sauvages orphelins

Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

La loi Économie circulaire de février 2020 prévoit que les éco-organismes financent le nettoiement des dépôts sauvages contenant des déchets issus de produits pour lesquels ils sont agréés. Ce financement intervient lorsque les auteurs des dépôts ne peuvent être identifiés ou lorsqu'ils sont connus mais que les mesures de police administrative visant la résorption du dépôt ont échoué. Un projet de décret d'application de la réforme de la responsabilité élargie du producteur (REP) mis en consultation par le ministère de la Transition écologique, précise les modalités de cette prise en charge. La consultation est ouverte jusqu'au 29 juillet.

Un éco-organisme sera tenu de financer le nettoiement à chaque fois qu'un dépôt sauvage comprend plus de 100 kg de déchets couverts par la filière REP pour laquelle il est agréé. Le financement concerne les produits pour lesquels il est agréé, « y compris ceux issus des produits identiques ou similaires à ces produits mis en vente ou distribués antérieurement à la date d'entrée en vigueur de l'obligation de responsabilité élargie ». Les éco-organismes devront couvrir 80 % des coûts, le solde étant à la charge de la collectivité territoriale.

Possibilité de désigner un expert indépendant

La résorption du dépôt sauvage peut être réalisée par la collectivité (puis financée a posteriori par les éco-organismes) ou par les éco-organismes, après accord de la collectivité (qui en finance 20 %). La procédure prévoit qu'un expert puisse être désigné à la demande des éco-organismes, avec l'accord de la collectivité, pour constater les quantités relevant de leurs responsabilités respectives et les coûts de gestion correspondants. Si les opérateurs chargés de gérer les déchets n'ont pas été sélectionnés à l'issue d'une procédure concurrentielle, les éco-organismes peuvent conjointement décider que l'assiette des coûts applicable pour le calcul de leur quote-part est celle établie par le tiers expert.

En outre, au-delà des dépôts sauvages, le projet de décret prévoit que les éco-organismes contribuent financièrement aux opérations de nettoiement de quatre catégories de déchets : les emballages ménagers, les mégots de cigarettes, les chewing-gums et les textiles sanitaires à usage unique. Le nettoiement concerne les déchets abandonnés dans les espaces publics et les espaces naturels.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager