En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La future RT 2012 se précise

Attendus pour 2010, les textes de la future réglementation thermique sont en cours de rédaction. Les réflexions partagées à l'occasion des 3e rencontres de la performance énergétique suggèrent une nouvelle approche de conception des bâtiments.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
La future RT 2012 se précise
© Roman Sakhno
   
Le secteur du bâtiment, qui consomme plus de 40 % de l'énergie finale et contribue pour près du quart aux émissions nationales de gaz à effet de serre fait actuellement l'objet de toutes les attentions. Le Grenelle de l'environnement a en effet prévu de généraliser le concept de Basse Consommation dès 2011 pour les bâtiments publics et tertiaires et à compter de 2013 dans le résidentiel. Autrement dit, les permis de construire déposés à compter du 1er janvier 2011 pour les bâtiments publics et tertiaires et du 1er janvier 2013 pour le résidentiel devront présenter une consommation d'énergie primaire inférieure à 50 kilowattheures par mètre carré et par an en moyenne. Ce qui représente deux fois moins que ce qui se fait à l'heure actuelle : ''la réglementation thermique actuelle (RT 2005) équivaut à 110 kWh/m2/an en moyenne avec un maximum à 250 kWh/m2/an'', a expliqué Marie-Christine Roger, chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction au ministère du Développement Durable à l'occasion des 3e Rencontres de la performance énergétique organisées par l'ADEME et le groupe Moniteur. Pour elle ''la RT 2012 correspond par conséquent à une réduction qui peut aller au-delà du facteur 4''.

RT 2012 : une nouvelle approche pour la conception des bâtiments

Cette nouvelle exigence doit être traduite concrètement dans plusieurs textes réglementaires en cours de préparation au sein du MEEDDM. Des groupes de travail regroupant des représentants des industriels, des professionnels du bâtiment et des équipements ainsi que des associations ont été créés pour l'occasion. Car la prochaine RT 2012, qui remplacera la RT 2005 actuelle, ne se contentera pas de relever les exigences énergétiques mais nécessitera une nouvelle approche pour la conception des bâtiments. Jusqu'à présent, les différentes réglementations exprimaient la consommation à respecter par rapport à une consommation de référence calculée à partir du projet. L'objectif en kWh/m2 dépendait ainsi de nombreux paramètres propres au projet comme la forme du bâtiment ou les détails des installations. De ce fait, la consommation en énergie primaire à respecter pouvait varier fortement d'un bâtiment à l'autre. Avec la RT 2012, l'objectif sera fixé dès le départ avant même le premier coup de crayon. L'objectif global sera toutefois modulé selon la zone climatique, le type d'utilisation des locaux (hôpital, bureau, école, logement….) ou encore le type d'énergie utilisée.

De nouveaux paramètres devraient donc voir le jour : ''les exigences seront de trois types à savoir une efficacité énergétique minimale du bâti, une consommation maximale et le paramètre de confort d'été, a précisé Marie-Christine Roger. Nous réfléchissons également à imposer un taux minimum d'énergies renouvelables pour les maisons individuelles surtout en matière d'eau chaude sanitaire'', a-t-elle ajouté.

Les professionnels seront-ils prêts ?

L'ensemble des dispositions de la RT 2012 seront semble-t-il publiées dans le courant de l'année 2010. Même si les professionnels participent à l'élaboration de cette nouvelle réglementation, les craintes subsistent quant à leurs capacités à s'approprier ce texte en quelques mois notamment du côté des formations initiales : ''nous sommes très inquiets de ne pas voir l'ouverture de nouveaux postes d'enseignant et nous devons interpeller fortement l'éducation nationale en terme de formation initiale, a expliqué Yves Farge, Président du programme de recherche PREBAT. Pourtant à l'ADEME on se veut rassurant : nous travaillons avec les centres de formation existants pour s'équiper en matière de nouvelles technologies et former à la fois les élèves et les formateurs'', a rappelé Virginie Schwarz, directrice Energie, Air, Bruit à l'ADEME. L'agence cherche également à développer un réseau de centre de conseil destiné aux professionnels. Pour l'instant il en existe 15 mais l'Ademe espère en créer un par région.

Du BBC oui mais à quel prix ?

Autre source d'inquiétude, le prix des nouvelles constructions. ''On estime aujourd'hui le surcoût d'un Bâtiment Basse Consommation à 10 % par rapport à une construction traditionnelle, reconnaît Philippe Van de Maele, Président de l'Ademe tout en précisant que certains projets se sont toutefois vendus au prix du marché. D'ailleurs, pour Philippe Pelletier, avocat et Président du Comité stratégique du plan bâtiment grenelle, ce surcoût est provisoire : je suis convaincu que le BBC sortira au même coût que les projets actuels. Certains promoteurs expliquent déjà qu'il y a certaines dépenses sur lesquelles on peut travailler et réduire''.

Ces préoccupations sont au cœur des réflexions des groupes de travail du Plan bâtiment grenelle. Leurs préconisations pourraient être prises en compte dans la prochaine réglementation.

Réactions11 réactions à cet article

 
Les Exigences à corrigés !!!!

Citation :
De nouveaux paramètres devraient donc voir le jour : ''les exigences seront de trois types à savoir une efficacité énergétique minimale du bâti, une consommation maximale et le paramètre de confort d'été, a précisé Marie-Christine Roger. Nous réfléchissons également à imposer un taux minimum d'énergies renouvelables pour les maisons individuelles surtout en matière d'eau chaude sanitaire'', a-t-elle ajouté.

Heu je crois qu'il y a un problème de consommation sur les exigences demandés !!!!

Ou j'ai pas su comprendre le texte ?

Goulven | 20 octobre 2009 à 19h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Porte ouverte au lobby electronucléaire

"L'objectif global sera toutefois modulé selon la zone climatique, le type d'utilisation des locaux (hôpital, bureau, école, logement….) ou encore le type d'énergie utilisée."

Cette petite phrase n'est pas anodine : depuis la tentative d'amendement Ollier, on le craignait... La consommation maximale de 50 kWh/m2 ne concernera probablement pas l'électricité, qui se verrait alors exclue de fait des constructions neuves - du moins sous la forme de chauffage électrique direct. C'est insupportable pour notre belle industrie nucléaire, qui fleurit sur ce terreau là.

En relevant le seuil pour l'électricité - soit-disant peu émettrice de GES, mais nous ne dirons rien sur la problématique des déchets radioactifs durant quelques millions d'années - on va également favoriser les solutions PAC au détriment des autres énergies, et notamment du bois s'il continue à être aussi mal valorisé que dans la RT2005.

Ce n'est pas de la théorie : je vous rappelle qu'aujourd'hui, dans la RT2005, un bâtiment doit déjà respecter un seuil (beaucoup trop élevé), de 130 kWh/m2 pour toutes les énergies (dans le Sud de la France), sauf pour l'électricité où l'on peut aller jusqu'à 250 kWh/m2 !!!

Conclusion : si l'on définissait un seuil ferme, quelque soit l'énergie utilisée, et qu'en plus on évalue le coefficient de conversion en énergie primaire correctement (à savoir plutôt 3,3 que 2,58), c'en serait fini des solutions électriques "bas de gamme" qui équipent malheureusement 60% des logements neufs - au grand dam des locataires qui payent des factures élevées pour un piètre confort.

Et cela, malgré tous leurs beaux discours, "ils" ne sont pas prêt de l'accepter, et encore moins de l'avouer

Jerem | 22 octobre 2009 à 08h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Les Exigences à corrigés !!!!

Non --> consommation maximale = imposition d'un seuil maximal de consommation prévisionnelle.

Tilmen | 22 octobre 2009 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
illusions !

Comment l'ADEME peut-elle penser que les efforts de formation considérables nécessaires pour adapter les compétences des professionnels à ces nouvelles approches constructives seront assurés par les seuls organismes de formation existants ? quand les formateurs de ces organismes de formation ne possèdent même pas encore eux-même le BA-ba de la construction économe en énergie ? Il ne s'agit pas d'équiper des centres en nouvelles technologies, mais en nouvelle façon de construire ! ça n'a rien à voir !

Nathalie | 22 octobre 2009 à 13h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:illusions !

Nathalie=>il ne faut pas généraliser !!
je suis formateur batiment et nous avons dans notre centre,à Béziers,des formateurs sur les modules qualisol, QualiPV bat et Quali PV elec,des modules de formation(FEE bat) pour les entreprises. nous pouvons répondre a toutes leurs demandes.De la construction monomurs à la mise en place de matériaux écologiques, en passant par l'étude de cas par caméra thermique et diagnostic d'offre globale de rénovation énergetique .
nous avons toutes les dernières tecnologies concernant le Photovoltaïque, les chaudières bois ou à pellets et même des capteurs pour la géothermie à moins 60 m...
nous sommes tous des professionnels, mais il est vrai, que tous les centres de formations ne sont pas aussi bien pourvu que nous le sommes.

norbert | 22 octobre 2009 à 16h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et l'état sera-t-il prêt?

Parce que on peut pondre toute les RT qu'on veut, dire que c'est la faute du maçon qui ne sait pas faire son boulot, de l'architecte qui est payé à rien foutre, ....

MAIS si l'état ne mets pas en place des contrôles, rien de bougera.

Le maçon qui aujourd'hui présente un devis respectant la RT2005 se le vera envoyé à la figure parce que à côté son collègue est 50% moins cher.

Les pros du batiments se forment à tour de bras en ce moment, mais tant que leurs clients voudront du travail baclé, ils feront du travail baclé. Ils répondent à la demande. Si la demande est là, ils seront prêts.

Mais tant que leurs clients n'auront pas de réelle contraintes, ils continueront à demander au moins cher.

dolgan | 23 octobre 2009 à 12h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:illusions !

Encore faut-il que toutes vos solutions soient bien installées !! Je pense que c'était le sens de la remarque de Nathalie. Tant que le travail sera mal fait, vous pouvez avoir toutes les technologies de pointe, elle ne seront pas efficaces, d'où l'intérêt de la présence de contrôles.

Lila | 26 octobre 2009 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
re=> confirmité

absolument !! tu as bien raison de souligner le fait qu'il faut des controles.
toutes nos installations sont conformes à un cahier des charges et pour beneficier d'une appellation, nous sommes audités par des organismes indépendants.

norbert | 26 octobre 2009 à 20h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Niveau en Tertiaire ?

La RT 2012 imposera le niveau BBC 2005 pour le coefficient Cep. Cela signifie bien 50kwhep/m2/an pour le logement et -50% par rapport au Cep-réf pour le tertiaire ?? Dans cette article et même dans les écrits du Grenelle, nous parlons toujours des 50kwhep/m2/an, mais rassurez-moi, ce sera bien toujours -50% pour le tertiaire ?!

Bénédicte | 04 décembre 2009 à 14h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et l'état sera-t-il prêt?

La question est trés pertinente, on demande aux professionnels de se former et de pouvoir répondre aux réglementations thermique dans le bâtiment, mais il y aura toujour des bandits pour faire n'importe quoi. Effectivement l'état devrait mettre son véto et exiger des contrôles plus stric. Bien entendu les clients ne se sentent pas concernés par tous cela. Personne n'a d'informations bien précises, qu'en tu parles de la norme BBC ou de la Maison Passive auprés des particuliers ou des élus tu te rends compte que personne ne sait de quoi tu parles, à part les initiés.
Faisons de l'information et n'en profitons pas pour indexer les prix de la construction parsqu'il faut appliquer les réglementations. Sa ne côute pas plus cher de faire du bon travail et d'utiliser les matériaux qu'il faut.
Merci pour cette interrogation.
BE 09

BE 09 | 09 avril 2010 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Baby Boom de la Construction

Bonjour,
Que Mr P. Pelletier soit convaicu que la BBC sortira au même coût que les projets actuels me laisse d'une perplexité bien songeuse.
Pourrait-il argumenter dans le détail ?
Actuellement les gagnants de l'opération de la BBC sont les fabricants d'isolants pour une simple raison, on augmente les épaisseurs pour obtenir de meilleures performances soit on augmente le volume d'isolants à fabriquer. Seul les isolants en mousse de polyuréthane ont été améliorés en performance sans augmenter l'épaisseur.
Si l'on regarde les châssis vitrés et leurs performances, mixtes alu-bois seraient les plus adaptés à la BBC avec double et/ou triple vitrage, il faut compter + ou - 25% en prix fourniture seule.

Joss | 05 mai 2010 à 14h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager