En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Radon : les recommandations sanitaires précisées pour la population exposée

Risques  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Préciser les informations et les recommandations sanitaires à destination des personnes exposées au radon. Tel est l'objet d'un arrêté interministériel, publié le 1er mars au Journal officiel, qui s'adresse de façon prioritaire aux acteurs locaux amenés à communiquer sur ce risque.

"Le radon est un gaz radioactif naturel produit par la désintégration de l'uranium présent dans les sols. Il peut être dangereux pour la santé lorsqu'il se concentre dans un endroit confiné et qu'il est respiré sur le long terme", rappelle l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Les recommandations sanitaires concernent en priorité les habitants des communes qui ont un haut potentiel radon telles que listées par l'arrêté du 27 juin 2018. Un texte qui impose l'information des acquéreurs des biens immobiliers situés dans ces zones. Les recommandations diffèrent selon le niveau de l'exposition mesuré dans l'habitat. En-dessous du niveau de référence de 300 becquerels par mètre cube (Bq/m3), il est recommandé d'aérer son logement régulièrement, d'entretenir les systèmes de ventilation installés et de ne pas obturer les entrées d'air, ainsi que de veiller au maintien d'une bonne qualité de l'air intérieur en cas de travaux de rénovation énergétique.

En cas de dépassement de ce niveau de référence, s'ajoutent à ces recommandations la réalisation des étanchements pour limiter l'entrée du radon dans le bâtiment, la correction des dysfonctionnements de ventilation et l'amélioration de l'aération naturelle. Au-delà de 1.000 Bq/m3, ou lorsque la concentration persiste au-dessus de 300 Bq/m3 malgré la mise en œuvre des recommandations, un diagnostic du bâtiment doit être réalisé par un professionnel en vue de définir les travaux à réaliser : étanchement des points de l'entrée du radon, amélioration du renouvellement d'air à l'intérieur des pièces habitées, traitement du soubassement (vide sanitaire, cave, dallage sur terre-plein) pour réduire l'entrée du radon.

"Un message supplémentaire est destiné aux fumeurs et anciens fumeurs, car l'association tabac-radon augmente fortement le risque de cancer du poumon", rappelle l'ASN.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…