En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Récif de l'Amazone : Total n'est pas autorisé à forer

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le 7 décembre, l'agence environnementale brésilienne Ibama a rejeté la demande de licence du pétrolier Total pour forer dans cinq secteurs de l'embouchure de l'Amazone. Ibama a refusé d'accorder la "licence environnementale pour l'activité de forage maritime dans les blocs FZA-M-57, 86, 88, 125 et 127 de Foz de Amazonas en raison d'un ensemble de problèmes techniques identifiés au cours du processus visant à l'obtention de la licence", a expliqué l'agence dans un communiqué.

Ibama souligne qu'elle a donné à Total E&P do Brasil, la filiale brésilienne du groupe, toutes les "occasions possibles" pour clarifier les éléments techniques qui posaient problème. L'agence a déjà formulé, à quatre reprises, des demandes de complément de l'étude environnementale. Ibama ajoute, dans son communiqué,"la possibilité d'une fuite de pétrole qui pourrait affecter les récifs coralliens présents dans la région et par extension la biodiversité marine". Total était en attente des licences environnementales afin de commencer ses explorations pétrolières dans l'embouchure de l'Amazone. Ibama a informé le groupe de sa dernière décision.

"Le Brésil a rejeté de manière définitive le projet de Total", s'est félicitée l'ONG Greenpeace, opposée à ces forages. "Au Brésil, le choix de ne pas accorder les licences à Total a été porté par Ibama, une administration publique qui n'hésite pas à rejeter des projets à risque, malgré un contexte politique difficile. A l'inverse, notre gouvernement a fait le choix de déployer le tapis rouge à Total en Guyane. C'est un non-sens absolu compte tenu de l'urgence climatique à laquelle nous devons répondre", a déclaré Edina Ifticène, chargée de campagne Océans à Greenpeace France. En octobre dernier, Total a reçu le feu vert du préfet de Guyane pour un forage d'hydrocarbures offshore. Greenpeace va déposer un recours avant la fin de l'année avec d'autres associations contre ce projet en Guyane.

Réactions1 réaction à cet article

 

Il y a fort à parier que cette décision vient de la pression des compagnies pétrolières américaines qui se verraient bien sur la place... "naïveté" de Greenpeace... En attendant, on gagne du temps. En attendant, en Guyane, donc en France, on autorise Total à faire ses petits trous dans le plancher océanique... A quand le prochain Deep-Water Horizon ?!

dmg | 11 décembre 2018 à 07h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…