Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Robert Lion, nouveau président du conseil d'administration de Greenpeace France

Robert Lion a été élu président du conseil d'administration de l'organisation Greenpeace France, en remplacement de Katia Kanas, en fonction depuis 2003.

Nomination  |  Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com
Lors de l'assemblée statutaire de Greenpeace France, réunie le 22 novembre dernier à Paris, Robert Lion a été élu président du conseil d'administration de l'organisation, en remplacement de Katia Kanas, en fonction depuis 2003. Sylvain Breuzard, chef d'entreprise, ancien président du Centre des Jeunes Dirigeants, François Veillerette, ancien président de Greenpeace France et Céline Rodriguez, géographe, ont été également élus au conseil d'administration.

Robert Lion a derrière lui une carrière de haut fonctionnaire, de dirigeant d'un syndicat professionnel, de politique, de banquier mais aussi de militant associatif.
Délégué général de l'Union des HLM de 1974 à 1981, il est à l'époque parmi les fondateurs de l'Agence pour les économies d'énergie et lance le Comité d'action solaire. Il dirige en 1981 le cabinet du premier ministre Pierre Mauroy puis la Caisse des dépôts de 1982 à 1992. Il lance de multiples actions au sein du groupe Caisse des Dépôts dans l'environnement.
Depuis 1992, il a choisi de s'engager au sein d'associations, notamment Earth Council, Energy 21, Médecins du Monde ou Coordination Sud. Président d'Agrisud depuis 2002, il participe activement, en tant que membre de l'Alliance pour la Planète, au Grenelle de l'environnement. A cette occasion, il fait cause commune avec Greenpeace, et devient membre de son Assemblée Statutaire en juin 2008. Celle-ci vient de l'élire à la présidence de son conseil d'administration.
Greenpeace me semble en France, en matière d'écologie, la plus efficace des ONG, déclare Robert Lion. J'apprécie son expertise, le sérieux et la discipline avec lesquels elle conduit ses travaux, l'attention dont ses prises de position bénéficient – notamment depuis le Grenelle. L'indépendance financière de Greenpeace me semble essentielle. (…)
Cette indépendance financière et politique est vitale pour que Greenpeace ne soit arrêté par aucun tabou, par la crainte d'aucune réaction d'un bailleur de fonds ou d'un partenaire. Elle lui confère une capacité rare à dénoncer l'inacceptable et à proposer des solutions alternatives et réalistes.


Face à l'ampleur et à l'urgence des défis environnementaux auxquels nous faisons face, l'expérience de Robert Lion, sa grande connaissance des institutions et des entreprises et son choix de servir une cause militante seront d'une grande valeur ajoutée dans le combat de Greenpeace pour trouver des réponses à la crise écologique., conclut Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager