Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Appels d'offres photovoltaïques : les professionnels dénoncent ''un calendrier inadapté''

Energie  |    |  Rachida Boughriet

Les professionnels de Soler, branche photovoltaïque du Syndicat des énergies renouvelables (SER) ont dénoncé le 9 juin ''des délais incompatibles'' de réponse aux appels d'offres - dont le cahier des charges est actuellement mis en consultation -, avec la réalisation des 500 MW de nouveaux projets prévus en 2011 dans le dispositif de soutien à la filière.

Ces appels d'offres concernent les installations photovoltaïques de plus de 100 kilowatts crête (kWc) et portent sur 300 MW de capacité. Ils seront publiés à l'été 2011.

Mais Soler, qui compte 265 membres, estime dans un communiqué que ''le calendrier est inadapté''. "Le délai de réponse aux appels d'offres est de 6 mois du fait d'une réglementation européenne incontournable et s'ajoutera au délai d'instruction des projets par la CRE (ndlr :commission de régulation de l'énergie)'', explique Soler. Or le syndicat professionnel craint des conséquences ''importantes'' pour le flux des nouveaux projets en 2011 qui s'appuierait uniquement sur les installations inférieures à 100 kW soit "au mieux" un portefeuille de projets équivalent à 200 MW.

Soler s'inquiète aussi d'impacts sur les entreprises, notamment celles ''exécutant actuellement les projets préservés lors du moratoire, qui auront épuisé leur carnet de commande en fin d'année et n'auront aucune visibilité sur leur prévision d'activité avant fin février ou mars 2012, au plus tôt, et quelles n'auront qu'au mieux six mois pour réaliser leur chiffre d'affaires 2012''.

Jean-Louis Bal, président du SER, a demandé aux pouvoirs publics ''de revenir, exceptionnellement, pour la seconde moitié de l'année en cours" plutôt à un dispositif de tarif d'achat pour la gamme de puissance supérieure à 100 kW. "Cela permettrait de se rapprocher de l'objectif de 500 MW de nouveaux projets en 2011 et d'éviter des licenciements dans un certain nombre d'entreprises''.

Le syndicat estime à plus de 5.000 le nombre d'emplois supprimés depuis le début de l'année, suite au moratoire.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Accompagnement juridique à toutes les étapes des projets EnR Cabinet Valentin Renoux - Avocat
Afrique : une équipe complémentaire pour vos projets énergétiques LPA-CGR avocats