En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le TGI de Créteil interdit à Orange d'installer une antenne-relais à Paris

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Dans une ordonnance de référé du 11 août 2009, le TGI tribunal de grande instance (TGI) de Créteil a interdit à l'opérateur de téléphonie mobile Orange d'installer une antenne relais sur le toit d'un immeuble du 13e arrondissement de Paris, au nom du principe de précaution, a révélé le 26 août la radio France-Info.

Orange avait prévu l'installation d'une antenne à moins de 15 mètres de la chambre à coucher d'un habitant. Saisi par les copropriétaires de l'immeuble, le tribunal de Créteil précise que même si les études ne sont pas concordantes sur la certitude du danger causé par les ondes émises par les antennes, il ressort qu'il existe au moins un risque découlant de la propagation des ondes envoyées par ces antennes pour la santé des personnes se trouvant à proximité.

Pour la première fois à Paris, la justice a décidé d'interdire une antenne-relais, avant même qu'elle ne soit installée. Et contrairement à d'autres interdictions précédentes, il n'y avait pas d'école à proximité.

Orange qui s'est déclaré ''surpris'' par l'interdiction, a annoncé le 26 août à l'AFP son intention de faire appel. On met en avant le principe de précaution alors même que les antennes relais ont été jugées non dangereuses par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et le ministère de la Santé, a déclaré Jean-Bernard Orsoni, un porte-parole d'Orange.

Les associations satisfaites

De leur côté, les associations Priartem et Agir pour l'environnement se sont félicitées dans un communiqué qu'un juge ait considéré les effets potentiels sur la santé des riverains comme une évidence. La multiplication des procédures judicaires et la condamnation des opérateurs démontrent par l'absurde le peu d'effets du Grenelle des ondes. Les associations appellent les parlementaires à faire montre d'ambition en durcissant sensiblement le projet de loi dit Grenelle2. Elles appellent également le maire de Paris à ''ne plus différer'' la mise en oeuvre des préconisations issues de la conférence de citoyens, rendues publiques en juin, en réduisant les seuils d'exposition aux ondes électromagnétiques issues des antennes-relais à 0,6 volts/m.

Réactions1 réaction à cet article

 
Principe de précaution

une très bonne décision! Pour l'amiante on s'est aperçu de l'effet nocif en 19O5 alors que le danger n'a été reconnu que vers la fin du siècle.:

Anonyme | 14 octobre 2009 à 01h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager