Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Cloud computing : Amazon, Apple et Microsoft pointés par Greenpeace

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Dans son dernier rapport sur l'impact écologique des nouvelles technologies publié le 17 avril, l'organisation environnementale Greenpeace a de nouveau dénoncé la consommation énergétique ''élevée'' des infrastructures de Cloud Computing (l'informatique dans les nuages) et pointe les géants de l'Internet Amazon, Apple et Microsoft pour leurs choix énergétiques.

Selon l'association, certains data centers (centre de données) consommeraient autant d'électricité que 250.000 foyers européens. Si le cloud "était un pays, il se classerait au 5e rang mondial en termes de demande en électricité, et ses besoins devraient être multipliés par trois d'ici à 2020", estime l'ONG. Mais "cet essor a un coût pour l'environnement : ce nuage qui héberge toutes nos données fonctionne grâce à des data centers qui sont majoritairement alimentés en électricité par des centrales au charbon", déplore Greenpeace.

Parmi les 14 géants du Net passés au crible, Apple, Amazon et Microsoft sont justement critiqués par l'ONG pour avoir ''largement recours aux énergies sales'' comme le charbon et le nucléaire, selon elle.

Selon Greenpeace, Apple ferait appel à 55,1 % au charbon et 27,8 % au nucléaire pour alimenter ses data centers. Amazon utiliserait respectivement 33,9 % et 29,9 % et Microsoft 39,3 % et 26 %. Selon l'ONG, HP (49,7% de part de charbon et 14,1% de nucléaire), IBM (49,5% et 11,5%) ou Oracle (48,7% et 17,2%) figurent aussi parmi les mauvais élèves.

Google, Yahoo et Facebook parmi les bons élèves

En revanche,"Yahoo et Google continuent de montrer l'exemple en faisant de l'accès aux énergies renouvelables une priorité pour la croissance de leur cloud ; ces deux entreprises soutiennent de plus en plus activement les politiques favorables à l'augmentation des investissements dans les énergies propres", relève Greenpeace. La part de charbon et de nucléaire utilisée pour les data centers de Google est de 28,7 % et 15,3 % et de Yahoo de 20,3 % et 14,6 %. Facebook, "véritable mastodonte de l'Internet avec plus de 800 millions d'utilisateurs dans le monde", est quant à lui "désormais l'ami des énergies renouvelables", selon l'ONG, avec la construction d'un data center alimenté en EnR en Suède. La part de charbon et de nucléaire utilisée par Facebook reste respectivement à 39,4 % et 13,2 %.

Réactions2 réactions à cet article

 

Un peu plus d'esprit critique, sans se fier aux seules sources environnementalistes, rendrait les articles d'Actu-environnement plus équilibrés.

Omille | 20 avril 2012 à 09h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une opération de racket de greenpeace.

Laurent Berthod | 20 avril 2012 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Multitec® BioControl : analyseur de biogaz à poste fixe et mobile SEWERIN