En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le ministère du Travail lance une campagne de prévention des TMS

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Le ministère du Travail lance le 20 octobre une nouvelle campagne d'information sur les troubles musculo-squelettiques (TMS). L'objectif ? Inciter les chefs d'entreprise à se poser les bonnes questions et à améliorer les conditions de travail de leurs salariés.

Première cause de maladies professionnelles en France

 
Modification du tableau de maladies professionnelles n° 57 Un décret, publié au Journal officiel du 19 octobre 2011, révise et complète les dispositions du tableau de maladies professionnelles n° 57 relatives aux pathologies de l'épaule (désignation des maladies, délais d'exposition et de prise en charge, liste limitative des travaux). Ces pathologies, particulièrement nombreuses, figurent parmi les plus invalidantes et douloureuses.
 
Ces pathologies constituent la première cause de maladies professionnelles en France : selon la CNAMTS, elles représentent 85% des causes de maladies professionnelles reconnues pour les actifs du régime général.

"Directement liés aux conditions de travail, les TMS se traduisent par des douleurs qui peuvent devenir invalidantes et conduire à des incapacités de travail. Ils affectent directement les muscles, les tendons et les nerfs pour prendre par exemple la forme de douleurs au poignet (canal carpien) ou de douleurs dorsales (lombalgies)", précise le ministère du Travail. "L'ensemble des entreprises est concerné par cette problématique, avec des secteurs d'activité plus touchés que d'autres comme l'industrie agroalimentaire, la grande distribution, le BTP ou les services à la personne".

Les cas de TMS constatés en 2010 ont occasionné une perte de 9,7 millions de journées de travail et coûté 930 millions d'euros. Dans le secteur agricole, le coût est de 70 millions d'euros.

Prévenir les TMS ne s'improvise pas

"Prévenir efficacement les TMS ne s'improvise pas et exige une implication forte et durable tant de la direction de l'entreprise que des représentants des salariés", avertit le ministère du Travail. Chaque démarche de prévention doit être adaptée aux particularités du secteur concerné, d'où l'importance de l'état des lieux en amont qui doit permettre d'évaluer les risques et de construire un plan de prévention efficace.

"Intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP), médecins du travail et responsables d'entreprise peuvent identifier les causes et suggérer des actions pour lever les difficultés. De nombreuses institutions de prévention (CRAM, MSA, ARACT et OPPBTP) peuvent également aider les entreprises à structurer leur démarche selon leur secteur d'activité", rappelle le ministère.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager