En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Usine de la Mède : Total est en passe de recevoir sa première livraison d'huile de palme

La première cargaison d'huile de palme brute, importée d'Indonésie, pourrait être livrée vendredi 22 mars à Total pour alimenter sa bio-raffinerie de la Mède. 20.000 tonnes devraient être déchargées, selon Le Parisien.

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Usine de la Mède : Total est en passe de recevoir sa première livraison d'huile de palme

Le quotidien Le Parisien révèle que le premier chargement d'huile de palme devrait être livré, vendredi 22 mars, à la bio-raffinerie Total de la Mède (Bouches-du-Rhône). 20.000 tonnes d'huile de palme, en provenance d'Indonésie, devraient être déchargées, selon Le Parisien, afin d'alimenter l'usine de production de biocarburants de Total. Le groupe pétrolier a annoncé le démarrage de sa bio-raffinerie pour la mi-2019.

Pour rappel, Total avait reçu, en mai 2018, le feu vert de la préfecture des Bouches-du-Rhône et du ministère pour exploiter son usine polémique. Total s'est engagé à limiter son approvisionnement en huile de palme brute à un volume inférieur à 50 % des volumes de matières premières qui seront traitées sur le site. Soit 300.000 tonnes par an.

La bio-raffinerie est autorisée à utiliser, au total, jusqu'à 450.000 tonnes d'huiles végétales brutes (palme, colza, soja …) par an. Total prévoit aussi d'alimenter sa bio-raffinerie avec 50.000 tonnes de colza français issues du groupe agricole Avril.

En juillet 2018, plusieurs ONG, dont Les Amis de la Terre et Greenpeace, ont attaqué l'autorisation préfectorale devant le tribunal administratif. "Le contentieux suit son cours", indique au Parisien – Aujourd'hui en France leur avocat Me Louis Cofflard. La bio-raffinerie de Total pourrait importer un plus gros volume d'huile de palme qu'annoncé, d'après les ONG, soit jusqu'à 550.000 tonnes par an. L'usine pourrait, selon elles, faire augmenter de plus de 60 % les importations d'huile de palme en France. Cette première cargaison d'huile de palme serait issue "de la province de Riau (Indonésie), l'une des zones les plus touchées par la déforestation", d'après Les Amis de la Terre.

L'huile de palme, de plus en plus controversée en France et en Europe

La France a adopté, en novembre 2018, sa stratégie contre la déforestation importée d'ici à 2030. Elle s'engage à plafonner l'incorporation des biocarburants "à fort impact sur la déforestation" dont l'huile de palme, selon les critères adoptés la semaine dernière par la Commission européenne. Or, Bruxelles "a officiellement reconnu que les agrocarburants à base d'huile de palme n'étaient pas durables", souligne Greenpeace.

En décembre 2018, l'Assemblée nationale a aussi voté la fin, à partir de 2020, de l'avantage fiscal permettant d'incorporer l'huile de palme dans les carburants, à cause de son impact sur la déforestation dans les pays du Sud.

Réactions3 réactions à cet article

 

Cette importation d'huile de palme est tout simplement honteuse.
Le changement d'affectation des sols détruit la biodiversité et libère dans l'atmosphère des quantités phénoménales de carbone.
Les "bio carburants" portent bien mal leur nom...

Paskalo | 26 mars 2019 à 08h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au-delà des impacts gravissimes de l'exploitation de l'huile de palme dans les pays producteurs, connait-on l'impact du raffinage de cette matière première sur la qualité de l'air ? Idem pour l'eau ?
C'est que c'est déjà particulièrement gratiné dans le secteur de l'Etang de Berre.

Pégase | 26 mars 2019 à 09h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On marche sur la tête! alors que l'on clame haut et fort, et à juste titre, que l'on doit préserver la nature, la biodiversité, les forêts et les terres cultivables on donne l'autorisation à Total d'utiliser de l'huile de palme pour faire du carburant. La marque Nutella c'est vue mis au pilori parce qu’elle utilise de l'huile de palme pour sa célèbre pâte à tartiner mais en même temps on donne notre bénédiction à un pétrolier pour dévaster de nouveau les forêts au nom de l’intérêt général. Ne serait-ce pas plutôt au nom du sacro- saint intérêt financier enrichissant un peu plus les géants du pétrole et ses actionnaires? la planète, nos descendants dans tous ça ne pèsent pas bien lourds c'est regrettable voir.... criminel n'en déplaise à nos dirigeants et aux industriels peu regardant de l'avenir de notre planète

Breton22 | 28 mai 2019 à 11h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager