En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vitrine de l'innovation 2018 : trois lauréats récompensés sur Pollutec

Eau  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com
Vitrine de l'innovation 2018 : trois lauréats récompensés sur Pollutec

Les lauréats de l'édition 2018 de la vitrine de l'innovation de Pollutec ont été dévoilés : trois lauréats ont été sélectionnés parmi les 20 finalistes retenus sur 110 candidats. Les membres du jury se sont prononcés sur le caractère innovant de la technologie mais également son potentiel marché.

Le premier lauréat est la société Starklab. Elle propose une solution de dépollution des fumées industrielles, tout en récupérant l'énergie thermique. Son principe ? Elle utilise un système d'échangeur thermique air-eau qui opère un brassage thermodynamique dans l'eau. La pollution est concentrée dans l'eau, puis traitée dans les circuits classiques. La solution a été testée dans un incinérateur de déchet à Dunkerque, fin 2017. Au final, 97 % des particules fines et 70 % des oxydes d'azote (NOx) ont été réduit.

Le second lauréat Stepsol souhaite contourner un des freins au développement des stations de transfert d'énergie par pompage (step) : les dimensions importantes des bassins et canalisations nécessaires. Pour cela, l'entreprise a développé pour les zones non interconnectées, une micro-step (36 kW à 1 MW) avec un circuit hydraulique fermé. Celle-ci est couplée à une centrale solaire. Le jour, les panneaux solaires alimentent le village et le surplus d'électricité permet de pomper l'eau. Le soir, celle-ci est turbinée pour produire de l'électricité.

Le dernier lauréat, Nereus, s'est penché sur la valorisation des eaux grises d'un restaurant. Dans le cadre d'un projet européen au sein d'un écoquartier, l'entreprise a installé un dispositif qui traite 12 m3 d'eau par jour. Les matières solides sont séparées de l'effluent brute lors d'un prétraitement. L'eau est ensuite nano-filtrée puis est traitée par UV. Elle est ensuite contrôlée par un analyseur en ligne. Les clients se verront proposer au choix : de l'eau issue du réseau classique ou récupérée.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…