En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

En 2018, l'UE interdira pendant trois mois de pêcher les anguilles

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les 28 Etats membres de l'Union européenne se sont accordés, le 13 décembre, sur les quotas de pêche pour 2018 dans l'Atlantique et la mer du Nord. L'accord intervenu "confirme largement la proposition initiale de la Commission", a souligné le Conseil de l'UE dans un communiqué.

Compte tenu de "la situation critique" des stocks d'anguilles, les Etats ont décidé d'interdire de pêcher les spécimens d'anguille européenne (de plus de 12 cm de longueur), pendant trois mois consécutifs - entre le 1er septembre 2018 et le 31 janvier 2019 - "période où l'anguille migre et est donc la plus vulnérable". Cette interdiction sera prise dans toutes les eaux de l'Union européenne, y compris en mer Baltique. Cette décision est complétée par une déclaration commune de la Commission européenne et des Etats membres, "qui vise à protéger davantage le stock d'anguilles européennes, notamment dans les eaux intérieures, par un renforcement des plans de gestion à toutes les étapes du cycle de vie de l'anguille". Plutôt que le moratoire complet proposé par la Commission, le Conseil "a réaffirmé la nécessité que l'ensemble des Etats membres mettent pleinement en œuvre les plans de gestion nationaux, et les renforcent si nécessaire", a salué le ministre en charge de la pêche Stéphane Travert.

Un moratoire de deux mois pour les bars

Concernant le stock Nord de bars pour 2018, une fermeture des pêcheries durant deux mois est aussi prévue, en février-mars, visant à protéger l'espèce pendant la période de reproduction. Le Conseil a "pris acte du mauvais état des stocks dans la mer Celtique, la Manche, la mer d'Irlande et la mer du Nord méridionale et de leur importance pour de nombreux pays". Les ligneurs,"particulièrement dépendants de cette espèce", pourront débarquer 5 tonnes par an, a précisé le ministère. Les tolérances de captures pour les fileyeurs et les chalutiers de fond sont quant à elles fixées respectivement à 1,2 tonnes par an et 100 kg par mois. La pêche de loisir est également limitée, seul le pêcher-relâcher étant autorisé pendant toute l'année. Un abaissement de la limite de capture quotidienne pour la pêche de loisir est également fixé dans le golfe de Gascogne.

S'agissant des autres stocks, des hausses de quotas ont été fixées notamment pour la sole de Manche Est (+ 22% par rapport à 2017) et du golfe de Gascogne (+ 6%) ou encore pour le cabillaud en mer Celtique (+ 9%) et les raies (+ 20% pour la Manche-Est et la mer du Nord, + 15% pour la mer Celtique, et +15% pour le golfe de Gascogne). En mer Celtique,"la France a obtenu une baisse limitée à - 11% pour l'églefin (proposition initiale à - 34%), - 25% pour le merlan (proposition initiale à - 51%)", a ajouté le ministère.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…

Formations professionnelles