En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les Etats du G7 environnement réaffirment leur soutien à l'Accord de Paris sauf les Etats-Unis

Gouvernance  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

"L'accord de Paris est irréversible et sa pleine intégrité est essentielle à la sécurité et à la prospérité de notre planète, de nos sociétés et de nos économies", ont réaffirmé dans un communiqué final six des sept Etats réunis à Bologne (Italie) les 11 et 12 juin pour le G7 environnement. Les négociations portaient sur des questions environnementales comme l'économie circulaire, la pollution maritime, la réforme fiscale environnementale ou le climat. Dans le texte final, les ministres de l'environnement de l'Allemagne, du Canada, de la France, de l'Italie, du Japon, du Royaume-Uni et les Commissaires européens responsables de l'environnement ont défendu l'intérêt des accords signés à Paris lors de la COP21. Sans surprise, les Etats-Unis à travers Scott Pruitt, directeur de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) ont refusé d'être associé à la section relative au climat du texte. "Paris n'est pas la seule voie à suivre pour progresser, a indiqué dans un communiqué Scott Pruitt. Nous souhaitons nous engager sur une scène internationale qui profite grandement à l'ingéniosité américaine, à l'innovation et aux technologies de pointe".

De nombreuses voix ont regretté la désolidarisation des Etats-Unis. "Comme la déclaration l'indique clairement, il n'y a pas d'enclin à « renégocier » l'Accord de Paris, et l'impulsion vers une économie mondiale basée sur des énergies renouvelables propres continuera à toute vitesse malgré les efforts du président Trump et de Scott Pruitt pour le ralentir", a estimé Alden Meyer, directeur de la stratégie de l'Union of Concerned Scientists.

Pour Laurence Tubiana, directrice de la Fondation européenne pour le climat et ancienne ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique : "En choisissant de ne pas suivre le reste des pays du G7, l'Administration Trump achève son isolement et nuit aux entreprises américaines et aux travailleurs américains."

Enfin, selon Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, malgré ce retrait, "l'économie bas carbone, qui sera le modèle dominant, est en marche. Cette transition est irréversible".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…