Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Une nouvelle politique agricole commune aux ambitions limitées

Pour les plus ambitieux, la déception est grande. Mais la nouvelle politique agricole commune qui entrera en vigueur en 2023 devrait toutefois faire bouger les lignes du côté des modèles agricoles classiques. Un petit pas, loin d'une révolution.

Agroécologie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Une nouvelle politique agricole commune aux ambitions limitées

Après trois ans de négociations et un trilogue chaotique, le Conseil européen, la Commission européenne et le Parlement européen ont trouvé un accord sur la future politique agricole commune (PAC) pour la période 2023-2027. Après un accord en octobre sur un premier lot de mesures, une tentative d'accord sur les mesures restantes avait échoué fin mai dernier. En cause, selon le Gouvernement français, « des positions trop rigides du Parlement européen » et « une Commission européenne peu facilitatrice », sur les questions d'ambition environnementale notamment.

Il semblerait que les choses se soient apaisées puisque les négociations sont conclusives cette fois-ci et chacun s'en félicite : « L'accord politique provisoire conclu vendredi [25 juin] par le Parlement européen et le Conseil ouvre la voie à une PAC plus équitable, plus verte, plus respectueuse des animaux et plus souple », commente la Commission européenne. « L'ambition environnementale de la PAC sera renforcée sur l'ensemble du territoire de l'Union européenne selon un cadre harmonisé applicable à tous les États membres, permettant d'accompagner la transformation durable des exploitations agricoles », estime Julien Denormandie, ministre français de l'Agriculture.

La France et les autres États membres de l'UE ont officiellement validé l'accord, lundi 28 juin, lors d'un conseil Agriculture et Pêche. « L'accord prévoit une PAC modernisée qui accompagne la transition vers une agriculture plus verte et plus respectueuse du climat », met en avant Maria do Céu Antunes, ministre portugaise de l'Agriculture, dont le pays est à la présidence de l'UE.

Plus d'éco-conditionnalité

Les discussions interinstitutionnelles ont porté sur les trois règlements qui constituaient le paquet de réforme de la PAC et se sont concentrées, la semaine dernière, sur certains des points de négociation encore en suspens, notamment les sujets environnementaux comme le budget minimal alloué aux paiements directs pour les programmes écologiques (éco-régimes) et la mise en place d'une période d'apprentissage pour les États membres ; et l'alignement de la PAC sur le pacte vert pour l'Europe. L'idée est de récompenser les agriculteurs mettant en place des pratiques vertueuses pour l'environnement.

Dans cet accord, la Commission européenne met en avant plusieurs nouveautés. Les conditions minimales de versement des aides sont désormais plus exigeantes. Par exemple, dans chaque exploitation, au moins 3 % des terres arables seront consacrées à la biodiversité et à des éléments non productifs, avec la possibilité de recevoir une aide par l'intermédiaire de programmes écologiques pour atteindre 7 %. Toutes les zones humides et les tourbières seront protégées.

Les États membres seront également tenus de proposer des programmes écologiques. Ce nouveau dispositif est basé sur le volontariat des agriculteurs. Il récompensera financièrement ceux qui adoptent des pratiques respectueuses du climat et de l'environnement (agriculture biologique, agroécologie, lutte intégrée contre les organismes nuisibles, etc.). Les États membres devront allouer au moins 25 % de leurs aides aux programmes écologiques. Au moins 35 % des fonds de développement rural seront alloués à des engagements agroenvironnementaux.

Tout se jouera avec les plans nationaux

« Grâce aux députés, la préservation et le renforcement de la biodiversité ainsi que le respect des engagements de l'UE dans le cadre de l'accord de Paris deviendront l'un des objectifs de la future PAC », ajoute le Parlement européen. Lors de son évaluation des plans stratégiques nationaux, la Commission devra en outre vérifier leur contribution aux engagements environnementaux et climatiques de l'UE ainsi qu'aux objectifs 2030 des stratégies européennes « de la ferme à la table » et en matière de biodiversité. « Aucun plan stratégique national ne pourra être approuvé par la Commission s'il n'est pas conforme à des législations telles que celles sur les pesticides, sur l'habitat des oiseaux ou sur l'élimination du carbone dans les sols - cela change la donne et cela sera renforcé à chaque fois que ces législations seront révisées dans le cadre du déploiement du Green Deal », se satisfait l'eurodéputé Pascal Canfin (Renew Europe), qui estime que sur le plan environnemental l'accord « est un pas en avant indéniable ».

Mais le Parlement aurait voulu aller plus loin. « Nous voulions que l'interdiction de produits importés comportant des pesticides non tolérés en Europe figure dans la nouvelle PAC. Le Conseil a toujours refusé une telle interdiction, explique l'eurodéputé Eric Andrieu (S&D). Nous avons alors exigé et obtenu de la Commission européenne qu'elle s'engage, dans les plus brefs délais, à mettre en place une législation spécifique sur la question et donc que les résidus de pesticides interdits en Europe présents dans les produits importés ne soient plus tolérés ! ».

Du nouveau pour les agriculteurs les moins engagés

Pour la FNSEA, cet accord est de bon augure côté timing pour réussir une mise en œuvre en France « dans de bonnes conditions ». « [Cette nouvelle PAC] est tout sauf un statu quo pour les agriculteurs. En plus des mesures déjà en vigueur, ils appliqueront une nouvelle conditionnalité des aides, des « éco-régimes » qui représentent un quart du budget du premier pilier, et des mesures agro-environnementales et climatiques renforcées », détaille le premier syndicat agricole.

 
Cette nouvelle PAC est tout sauf un statu quo pour les agriculteurs  
FNSEA
 
A contrario, les partisans d'une PAC plus verte attendent encore la réforme : « Les ambitions sociales et environnementales de départ se traduisent au bout du compte par un conservatisme en décalage complet avec l'ampleur des évolutions de l'agriculture européenne que la PAC devrait accompagner au cours des prochaines années », dénonce la plate-forme « Pour une autre PAC », accusant surtout les États membres d'être responsables de ce manque d'ambition. Elle compte désormais sur la Commission européenne pour éviter à la prochaine PAC « un fiasco total » : « C'est elle qui aura pour mission d'approuver ou de retoquer les plans stratégiques nationaux des États membres. Pour une autre PAC et ses partenaires européens ne toléreront aucune complaisance de la Commission à l'égard des déclinaisons nationales de la réforme et préparent d'ores et déjà à le faire savoir ! ».

Réactions1 réaction à cet article

 

Rèver d'une Europe agricole écolo tient du fantasme, déjà chez-nous, la destruction des haies voire des chemins dits vicinaux à marche forcée, chez eux c'est déjà tout propre, des milliers d'hectares aussi lisses qu'un tarmac, je les vois pas repiquer des millions d'arbustes pour obéir à la doxa écologique.

pemmore | 30 juin 2021 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bouée DB600 : station d'alerte instrumentée et autonome en milieux naturels Xylem Analytics France