Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La SNCF et RFF s'engagent à travers un accord-cadre pour limiter l'utilisation des pesticides sur les voies

Dans le cadre du plan de réduction des risques liés aux pesticides, la SNCF et RFF ont signé un accord-cadre avec le ministère de l'agriculture et celui de l'écologie pour limiter l'utilisation des pesticides pour le désherbage des voies.

Agroécologie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Chaque année, dès le printemps, c'est le même rituel : les trains désherbeurs de la SNCF sillonnent la France afin de procéder à l'entretien des 29.000 km de voies ferrées pour le compte de Réseau Ferré de France (RFF). Malgré leur récurrence et leur aspect fastidieux, ces traitements sont nécessaires pour maintenir la sécurité des circulations, leur régularité, l'accessibilité aux secours et la conservation de l'infrastructure ferroviaire. Ainsi, la voie, la piste, les bandes de proximité, les abords et certaines zones sensibles au risque d'incendie doivent faire l'objet d'un désherbage ou d'opérations chimiques ou mécaniques de maîtrise de la végétation.

Même si les quantités de substance active utilisées sur le réseau ferré national représentent moins de 0,3 % des ventes totales, ces apports se font sur des secteurs étendus traversant parfois des zones particulièrement sensibles à la pollution des eaux par les pesticides. C'est pourquoi, dans le cadre du plan interministériel de réduction des risques liés aux pesticides présenté en juin 2006, le ministère de l'agriculture (MAP) et le ministère de l'écologie (MEDD) ont signé un accord-cadre avec la SNCF et le RFF. Celui-ci, d'une durée de trois ans, a pour objet de définir un cadre général d'actions d'intérêt commun portant sur l'utilisation des produits phytosanitaires et la réduction de leur impact sur la qualité de l'eau.

Ainsi, à travers cet accord-cadre, la SNCF et RFF s'engagent à mener une veille technologique et des actions de recherche et d'expérimentation dans le domaine des aménagements permettant de réduire l'apparition de végétation ainsi que dans le domaine des techniques de désherbage. Pour réduire l'impact environnemental de cette pratique, les deux sociétés s'engagent également à poursuivre les efforts de réduction d'utilisation, de sélection des produits phytosanitaires et de sensibilisation du personnel. Par ailleurs, une disposition de l'accord-cadre demande aux deux sociétés d'assurer la traçabilité des produits utilisés (dose, molécules, périodicité, matériel utilisé…) afin de mesurer de manière plus précise la réduction des tonnages de substances actives utilisée. Enfin, la SNCF et RFF doivent mettre en place des actions d'information, de communication et de sensibilisation en interne auprès des personnels SNCF concernés par l'entretien, et en externe notamment auprès des prestataires de service, des organismes officiels chargés de l'évaluation et de la gestion des risques, des administrations, des organismes institutionnels tels les agences de l'eau et les organismes avec lesquels les établissements ferroviaires peuvent avoir des interactions.

De son côté, le MEDD s'engage à soutenir les deux sociétés dans leurs projets en leur apportant aide financière et assistance scientifique et technique, dans le cadre de conventions financières correspondantes. Le ministère devra également assurer l'information des établissements ferroviaires en relation avec les autres ministères concernés au sujet des zones particulièrement vulnérables au regard de la pollution de l'eau par les produits phytosanitaires et faciliter l'organisation des échanges entre les établissements publics et les agences de l'eau. Le MEDD souhaite également inciter l'ensemble des organismes à caractère public à apporter leur appui aux projets en s'inscrivant dans le champ de l'accord-cadre.
Le ministère de l'agriculture s'engage, quant à lui, à apporter son appui réglementaire et technique sur les produits phytosanitaires à utiliser et les méthodes de lutte à appliquer contre la flore indésirable. Le ministère s'engage en outre à faciliter les échanges entre les établissements publics et les services régionaux de la protection des végétaux.

Depuis plusieurs années la gestion des pesticides est une préoccupation de la SNCF qui mène une politique de réduction des quantités de produits utilisés. Il semblerait que la quantité annuelle appliquée sur le réseau ferré ait diminué de plus de 40 % sur les 20 dernières années. Désormais, les traitements sont adaptés en fonction du milieu : respect des périmètres de protection des captages en eau potable, interruption des traitements au franchissement des cours d'eau… Une réflexion est en cours pour élaborer un système de traçabilité de l'enherbement permettant de ne déclencher les traitements de cette partie que lors de l'apparition des premiers végétaux. D'autre part, la SNCF teste actuellement un système de détection infrarouge embarquée qui permet d'identifier la présence de végétation et de traiter localement à mesure de sa découverte. Après validation technique de l'engin prototype, la SNCF procédera à l'équipement infrarouge de l'ensemble du parc de trains désherbeurs pour un investissement de plus de 2 millions d'euros.
Toutefois, de nombreux progrès sont encore possibles puisque les risques de contamination de l'eau peuvent en outre intervenir aux différentes étapes de mise en œuvre du traitement : stockage des produits, préparation des produits, lavage et rinçage des cuves, élimination des reliquats, des produits non utilisables et de leur emballage…

Réactions1 réaction à cet article

 
SNCF : Encore des efforts

Bravo la SNCF (RFF) !

Mais cette entreprise public a encore beaucoup d'effort en ce qui concerne les économies d'énergie.
Je prends souvent le train (au moins 2 x par semaine).
La SNCF peut-elle me dire pourquoi les lumières des wagons sont continuellement allumées. Il y a un gachi ENORME d'électricité ?

Cdlt

pascal58 | 26 avril 2007 à 08h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Capteurs de pression VEGABAR 10, 20, 30 à plage de mesure étendue VEGA