Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La compensation volontaire du CO2 mise en péril par la taxe carbone ?

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
La compensation volontaire et la taxe carbone ou Contribution Climat-Energie (CCE) sont ''des moyens complémentaires
 dans la lutte contre le changement climatique'', ont affirmé hier dans un communiqué plusieurs associations et entreprises, spécialistes de la compensation carbone parmi lesquelles Ecoact, Climat Mundi, Actioncarbone.org ou Voltalia Carbon.

Toutefois, cette taxe carbone, fixée à 17 euros par tonne de CO2 en 2010, nécessiterait ''d'être complétée'' et n'éviterait ''pas directement l'émission de gaz à effet de serre'', ont-elles prévenu. ''A partir de janvier 2010, consommer des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon NDLR) soumises à la CCE aura certes pour conséquence immédiate une certaine redistribution fiscale, mais continuera à émettre des gaz à effet de serre dans l'atmosphère''.

Si l'argent versé à l'Etat sera compensé par la baisse d'autres prélèvements et redistribué aux ménages, rappellent les spécialistes, ''le produit de la CCE ne sera pas affecté directement au financement de projets de lutte contre le changement climatique'' et ''ne permettra donc pas directement de réduire les émissions de gaz à effet de serre aujourd'hui'', ont déploré les acteurs de la compensation du CO2. Ces derniers demandent que la CCE soit ''complétée par la compensation volontaire'', un système international issu du Protocole de Kyoto, qui consiste, par l'achat de crédits carbone, à financer des projets de lutte contre les gaz à effet de serre.

''Compenser permet ainsi d'agir vite, en parallèle d'une démarche de réduction continue qui produira des effets à plus long terme'', ont-ils souligné. Selon les acteurs du secteur, en 2007, les projets de compensation volontaire auraient permis d'éviter l'émission de 43 millions de tonnes équivalent CO2 dans l'atmosphère, et 54 millions en 2008.

Réactions2 réactions à cet article

 
En effet

En effet, le grand regret sur cette taxe carbone, c'est bien que l'argent ainsi collecté sera refondu dans le budget de l'Etat et n'ira pas à des projets dédiés à la réduction des GES...

Lud | 09 octobre 2009 à 13h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
incompréhension

tout à fait d'accord avec Lud.A quoi servira cette taxe si elle ne finance pas les projets de lutte contre le changement climatique ? je suis perplexe car la démarche est urgente .Elle a ,je crois , fait ses preuves dans les pays scandinaves .

veilchen | 12 octobre 2009 à 18h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RES : des systèmes de stockage d’énergie pour un rendement maximal RES