En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ademe publie l'édition 2014 des chiffres-clés des déchets

Déchets  |    |  Déborah Paquet Actu-Environnement.com

L'Ademe a publié courant juin ses derniers chiffres du secteur des déchets ménagers et assimilés en France. L'Agence se base sur des données de 2010 et 2011. Elle insiste sur l'accent mis sur la prévention de la production de déchets avec l'intégration de nouveaux indicateurs à son document : suivi des politiques de réduction des déchets, et du réemploi/réutilisation. Un chapitre a également été ajouté traitant des impacts environnementaux de la production de déchets et du recyclage.

Une production stable

Trois-cent-cinquante-cinq millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés (DMA), c'est la production globale annuelle en 2010 avec la part belle pour le secteur de la construction. Ce volume croit de 1% par an. A noter, qu'on observe toutefois une baisse du volume pour les déchets ménagers, grâce à la collecte sélective et à la mise en déchetterie, souligne l'Ademe. Quarante-deux millions d'habitants étaient d'ailleurs couverts par un programme local de prévention en 2010.

Dans le cadre du plan de prévention 2014-2020, l'Etat cible une réduction de 7% des DMA produits par habitant par an entre 2010 et 2020. Le plan s'est fixé comme priorité la réduction des déchets d'activités économiques (DAE) et plus particulièrement les déchets organiques (gaspillage alimentaire), les déchets dangereux et les déchets de construction.

Réduire l'impact environnemental ?

Après avoir précisé les chiffres relatifs à la prévention, la production et au réemploi/réutilisation des déchets en France, l'Ademe présente les données de la collecte des DMA par les services publics et via les filières REP, du traitement des déchets (dangereux, non dangereux, minéraux) et de la valorisation matière (tri et recyclage, compostage et méthanisation). Un chapitre est également consacré à la production énergétique tirée de l'incinération des DMA. 13,8 M tonnes de déchets non dangereux et non minéraux ont ainsi été traitées en France sur la période étudiée. Ce sont, en outre, 19,6 M tonnes qui ont fini dans des installations de stockage en 2010. Enfin, un chapitre est consacré aux coûts de la filière déchets en France. Il ressort ainsi que le secteur déchets et dépollution représentait 119.000 emplois et un total de 15,7 M€ de dépenses de gestion en 2011.

Pour finir, l'Ademe publie les données relatives aux impacts environnementaux de la collecte et du traitement des déchets en France. Il s'agit des émissions dans l'air (CO2, méthane, dioxines) et des quantités de matières primaires évitées via l'utilisation de matières premières secondaires pour réduire la pression sur les ressources naturelles.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager