En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ademe lance une base pour calculer l'impact environnemental des produits de grande consommation

Biodiversité  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

Electricité, chaleur, acier, textile, plastiques, transports, composants pour les équipements électriques et électroniques... L'Ademe vient de rendre publique sa base de données environnementales nécessaires au calcul de l'impact environnemental des principaux produits de grande consommation,  la Base impact®.

"Ces données ont pour objectif d'alimenter différents outils de calcul, permettant l'évaluation environnementale des produits, en vue soit d'informer les consommateurs sur les impacts de ces produits (via l'affichage environnemental), soit d'en améliorer les caractéristiques environnementales (via l'éco-conception) ", précise l'Ademe.

Trois outils de calcul sont disponibles sur le site : un d'aide à l'éco-conception et deux qui permettent de calculer les impacts des téléviseurs et des chaussures.

La Base a été construite selon les standards de l'Union européenne. Elle sera enrichie selon trois modes : l'acquisition de données existantes auprès de développeurs de base de données reconnus, la production de nouvelles données par des programmes de recherche partenariaux (Agribalyse, principales productions agricoles françaises, Acyvia, transformation agroindustrielle et un projet en cours sur le secteur de la papeterie). L'Ademe prévoit également le lancement d'autres projets de ce type sur des secteurs comme la chimie (y compris la chimie du végétal) ou le recyclage. Le troisième mode sera contributif : un acteur tiers pourra proposer de nouvelles données construites en accord avec les règles de modélisation établies pour le secteur correspondant.

Réactions4 réactions à cet article

 

Un exemple de choix d'emballage avec un jus de fruit. Il existe des emballages en plastique, en verre, en brique composite carton (genre tétrapak), et acier ou aluminium. Alors quel emballage sera préférable du point de vue écologique et developpement durable? Les critères sont le nombre d'étapes entre les matières premières et le produit fini, les distances séparant les diverses matières premières de l'usine, la densité, l'énergie requise, la température maximale atteinte lors du process, la recyclabilité, le cas échéant la valorisation thermique.
Le verre est fait a haute température avec du sable, de la chaux (calcaire) et de la "soude" , il faut du gaz pour le four. Les ingrédients proviennent de sites différents.
L'acier est fait avec du minerai, du coke, à la température de 1500°C, c'est le plus dense des matériaux. il se recycle facilement
L'aluminium est fait de minerai et avec une grosse consommation d'électricite, il est léger et se recycle facilement.la température maximum est moitiè de l'acier environ.
Ces 2 métaux emploient des produits venant de loin
Le composite carton aluminum plastique nécessite 3 matériaux d'emballages. fabriqué dans 3 usines. Il emploie du bois pour faire le carton. Le nombre d'étapes cumulées des 3 produits est maximum.
Le plastique est obtenu avec du pétrole et le plus souvent la fabrication est faite sur le site directement par une usine en aval d'une raffinerie:le nombre d'étapes est minimal, léger et recyclable.
C'est le bon choix.

ami9327 | 28 février 2014 à 22h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Le plastique est obtenu avec du pétrole" c'est le mauvais choix, très mauvaise biodégradabilité, sa composition est faite d’éléments polluants (santé, environnement),il utilise des énergies fossiles dans sa composition et dans sa production.
Sous sa forme actuelle le plastique est une très mauvaise solution, et la principale cause de pollution de la planète.

lio | 03 mars 2014 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le plastique est un mauvais choix... C'est la première idée qui vient tant qu'on a pas tenté d'apprehender de façon globale le problème du choix des emballages. En 1500 signes il n'est pas possible de tout détailler. Par contre je suis tout à fait d'accord pour dire que d'autres plastiques répondant mieux aux préoccupations environnementales seraient bienvenus. On sait fabriquer des plastiques sans pétrole, on en fabrique déjà des quantités: Acétate de cellulose, Nitrocellulose, Acide Polylactique (le truc qui ressemble au P.E.T. et qui se décompose a l'humidite lentement). Nous utilisons des matériaux d'origine naturelle tels le cuir ou le caoutchouc et ils ne sont pas pour autant biodégradables, donc origine naturelle et biodégradabilite n'ont rien a voir.
En matière d'écologie il ne faut jamais limiter sa réflexion sur UN seul thème (comme ici "les plastiques") il faut s'interesser aux alternatives et (tenter de) faire un bilan pour chaque.

ami9327 | 03 mars 2014 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le cuir et le caoutchouc sont des matériaux naturels

lio | 04 mars 2014 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…