Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'Ademe cible le potentiel d'atténuation des émissions agricoles par régions

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

L'Agence de la transition écologique (Ademe) a mis en ligne treize fiches qui évaluent, pour chacune des 13 régions métropolitaines, le potentiel d'atténuation des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur agricole. Ces fiches régionales ont été élaborées avec l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae).

« L'Ademe propose aux acteurs régionaux – décideurs publics et acteurs du monde agricole – des fiches régionales sur les leviers techniques pour la réduction des émissions GES et pour le stockage de carbone dans le secteur agricole », souligne Jérôme Mousset, directeur bioéconomie et énergies renouvelables de l'Ademe.

Ces fiches émanent des résultats clés issus du projet de recherche Banco de l'Ademe (étude parue en mars 2018), et de l'étude « 4 pour 1000 », publiée par l'Inrae en juin 2019. Les résultats ont abouti à des évaluations, par pratiques, des potentiels d'atténuation des GES et de stockage de carbone dans les sols et leurs coûts associés. Chaque fiche inclut des éléments de contexte régionaux sur l'agriculture et ses émissions de gaz à effet de serre, sur les pratiques clés et leurs coûts et sur les dispositifs d'accompagnement pour le déploiement des actions.

Réactions3 réactions à cet article

 

Quelle honte que l'Agence de la Transition Ecologique présente la méthanisation comme solution de réduction des GES en Bretagne. Soutenir la méthanisation, c'est soutenir l'agriculture intensive, la monoculture ou le monoélevage, l'agriculture avec importation d'entrants, l'agriculture des pesticides et engrais chimiques, et en conséquence aussi la pollution de l'eau, de l'air et des sols. C'est cela les solutions que l'on nous propose pour l'avenir ? La méthanisation s'est juste fait perdurer ce système agricole nocif.

Nature20 | 24 novembre 2021 à 17h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le 4/1000 mis en place à reculons, par les exploitants industriels à l'époque de Le Foll, n'est toujours pas respecté.. en mettant les fumiers, lisiers et autres cultures dédiées, dont le carbone sert à produire le CH4, ne va pas améliorer les sols

AUCASOU | 25 novembre 2021 à 08h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait, Nature20. Vous souvenez-vous de la présentation à la fin des années 90 des véhicules carburant au Diesel comme si vertueux au plan environnemental car émettant moins de CO2 que les motorisations à l'essence ? Il a alors très opportunément été fait abstraction des autres polluants émis... Ou des "biocarburants" - en réalité des agrocarburants principalement issus du colza ou de la betterave à sucre intensifs et archi polluants, comme panacée européenne de substitution au tout pétrole ? Depuis, l'UE a reconnu qu'elle s'était quelque peu emballée (des esprits taquins diraient plutôt qu'elle s'est gentiment laissée balader par les diktats de l'agro-industrie, jamais en reste pour faire main basse sur l'argent public).
La méthanisation n'est jamais qu'un n-ième avatar du même scénario de la main mise de l'agro-industrie sur les subventions publiques. Cette captation de bien public par une ultra minorité n'est possible qu'à la condition que nombre de grands décideurs et de très hauts fonctionnaires acceptent de fort curieusement détourner les yeux du larcin...

Pégase | 25 novembre 2021 à 21h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager