En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Qualité de l'air : l'Ademe recommande à court terme la mise en place de Zapa

La mise en œuvre de Zapa permettrait à la France d'améliorer la qualité de l'air à court terme. Une telle politique accélèrerait le recours à des modes de transport moins polluants que les véhicules diesel anciens.

Transport  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

"Afin d'améliorer rapidement la qualité de l'air dans les zones urbanisées les plus polluées", l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) "recommande (…) d'agir prioritairement sur le parc roulant de véhicules anciens, en particulier le parc diesel non équipé de filtres à particules fermés : véhicules particuliers et véhicules de livraison ainsi que flottes captives (taxis, bus…) circulant dans les agglomérations". Telle est la principale conclusion d'un avis de l'Ademe sur les émissions de particules des véhicules routiers, publié le 26 novembre.

Cet avis intervient alors que l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) publie un rapport qui évalue l'impact sur l'environnement des transports en Europe. "Le rapport constate quelques améliorations, bien que ces dernières puissent être en partie attribuées à la baisse de l'activité économique durant la récession", résume l'AEE

Améliorer la qualité de l'air à court terme

Globalement, et indépendamment de l'horizon temporel, l'Ademe propose d'agir sur toute une série de leviers. "Pour l'Ademe,la diminution des impacts du secteur des transports passera par l'addition de plusieurs types d'évolutions", explique l'Agence qui propose une liste des leviers disponnibles : les besoins de déplacement, les modes de transport, les types de mobilité, les motorisations et les carburants. Et de conclure que "les enjeux de qualité de l'air en zone fortement urbanisée nécessitent tout particulièrement le développement de solutions de mobilité adaptées".

Reste que les mesures les plus structurantes (modification des besoins de déplacement par exemple) s'envisagent à long terme. Or, le temps presse, la France ayant de bonnes chances d'être condamnée à brève échéance par la Cour de justice de l'Union européenne pour le non-respect des normes européennes relatives à la qualité de l'air et applicables aux particules fines (PM10) en particulier.

Aussi, court terme, l'amélioration de la qualité de l'air nécessite la substitution par d'autres modes de transports moins polluants ou leur renouvellement par des véhicules plus récents et équipés de technologies plus propres", estime l'Ademe. Le constat de l'Agence est simple : d'une part "le parc actuel est encore faiblement constitué de véhicules soumis à la norme Euro 5" qui s'applique depuis septembre 2009 et d'autre part "les Zones d'actions prioritaires pour l'air (Zapa) (…) ont démontré leur efficacité en Europe comme mesure court terme".

Renouvellement du parc

"Depuis les années 1990, des normes strictes et des technologies performantes ont permis de réduire drastiquement les émissions de particules des véhicules neufs", rappelle l'Ademe qui évoque en particulier les filtres à particules "fermés". Cependant, ce processus d'amélioration atteint aujourd'hui un niveau à partir duquel peu de progrès sont envisageables.

"Au-delà de la norme Euro 6 pour les véhicules particuliers, de nouvelles réductions d'émissions primaires à l'échappement seront de plus en plus difficiles à atteindre", prévient l'Ademe, ajoutant que "chaque nouveau dispositif de dépollution est susceptible de générer d'autres types d'émissions primaires ou secondaires (…) soupçonnées de produire des impacts sanitaires graves".

Bien sûr, le renouvellement du parc automobile est déterminant pour la diffusion des meilleures techniques. Pour l'instant, "le parc de véhicules anciens reste fortement émetteur de particules fines, en particulier les véhicules diesel non équipés de filtres à particules fermés". Bien que commercialisés depuis le début des années 2000, les filtres à particules (toutes technologies confondues) n'équipent actuellement que 23,8% du parc de véhicules diesel en circulation.

Réactions2 réactions à cet article

 

Coucou les petits français ; alors on continue de pédaler dans le yaourt ; à n'appliquer les directives de l'UE que sous la pression du contentieux et à ne raisonner qu'avec des lunettes de borgnes : alors les petits français, dites vous bien que l'agriculture émet beaucoup de gaz, et beaucoup plus parce que les règles de l'UE ne sont pas respectées ; et pour certains gaz c'est très intéressant ; il y a de très intéressantes études là dessus ; mais il est vrai que la France en est restée au traité de Versailles version l'enfumage et le bidouillage sont les deux mamelles de la France au budget de l'UE ; notre président Hollande devrait moins écouter son Le Foll et plus s'intéresser aux conditions d'emploi conforme des fonds structurels ; dire que l'administration du MEDDE n'a pas été prévenue de ce qui est une fraude est un mensonge, qu'elle ait écrasé en direction du pouvoir politique est une possibilité ; pénalement répréhensible ; message à l'attention des politiques en place pour qu'ils se méfie des idées reçues, les leurs et celles de leurs administrations. La France est en position de très grande vulnérabilité pour ce motif dans ses négociations du budget de l'UE... A tout bientôt les petits français et n'oubliez pas de mettre votre pays aux normes démocratiques minimales, ce n'est toujours pas le cas aujourd'hui. C'est ça aussi une présidence normale.

theolevertige | 28 novembre 2012 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci theolevertige pour ce message.
En effet le Français moyen, voire "normal" donne des leçons à toute la planète (genre Napoléon Bonaparte). Lorsqu'il s'agit d'appliquer des mesures efficaces en France, il n'y a plus personne...No comment!
Commençons (évidemment) par retaxer fortement le diesel, beaucoup plus que l'essence afin que le Français moyen aille vers l'essence. Cela étant dit, il faut développer les transports dans les villes. Lorsqu'a Paris par exemple on voit tous les matins et tous les soirs, la voie Georges Pompidou saturée...il y a urgence. 1)Transformer cette voie en voie pour les bus, pompiers, gendarmerie, taxi,(sans permettre l'accès aux 2-3 roues très pollueurs 2)Taxer les véhicules/motos non électriques qui entrent dans Paris intra-muros 3) mettre en place un tramway qui longe la Seine de l'Avenue de versailles jusqu'a Chatelet (et pourquoi pas au-dela). Mettre simplement en place des vraies actions qui vont obliger les gens à changer de comportement de gaspilleur-pollueur.

arthur duchemin | 29 novembre 2012 à 09h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…