En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bâtiments BBC : les premiers projets tiennent leurs promesses

Grâce aux nombreux bâtiments construits dans le cadre des appels d'offres du PREBAT, l'ADEME confirme que le label BBC est atteignable que ce soit en construction neuve ou en rénovation mais avec un surcoût de 15% en moyenne aujourd'hui.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Depuis 2005, dans le cadre du Programme de recherche et d'expérimentation sur l'énergie dans les bâtiments (PREBAT), l'Agence de l'environnement et la maîtrise de l'énergie (ADEME), l'Agence nationale de l'habitat (ANAH) et Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) encouragent la réalisation de bâtiments dont les performances énergétiques vont au-delà des exigences de la réglementation thermique actuelle (RT 2005). Des appels à projets ont été lancés depuis 2006 en partenariat avec la quasi-totalité des régions pour la construction ou la réhabilitation de bâtiments à des niveaux de performance équivalant le label réglementaire BBC. Ce label Bâtiments Basse Consommation est attribué aux bâtiments de logements neufs consommant au maximum 50 kWh/m2/an à ajuster d'un facteur 0,8 à 1,3 selon l'altitude et la zone climatique ainsi qu'aux bâtiments tertiaires présentant une consommation inférieure à 50% de la consommation conventionnelle de référence de la RT 2005. Cette RT 2005 correspond à une consommation de chauffage de 85 kWh/m2/an en moyenne.

Résultat, à travers ces appels d'offres, plus de 250 projets démonstrateurs ont été sélectionnés représentant près de 550 bâtiments que ce soit des bureaux, des maisons ou des immeubles d'habitation. 60 d'entre eux portent en totalité ou en partie sur la réhabilitation de bâtiments existants. 4 projets concernent des bâtiments à énergie positive, bâtiments qui produisent plus qu'ils ne consomment grâce aux énergies renouvelables. Pour l'ADEME, les premiers bâtiments réalisés tiennent leurs promesses et démontrent que la basse consommation peut être atteinte avec les technologies existantes et pour des coûts maîtrisés.

Le PREBAT a ainsi permis de construire une maison individuelle à Gigean dans l'Hérault. Construite en béton cellulaire avec isolation par l'intérieur associée à une protection solaire de la façade sud, un chauffage gaz à condensation et un chauffe-eau solaire individuel, cette maison ne consomme que 32 kWh/m2 /an d'énergie primaire. Elle répond donc au label BBC qui dans cette zone climatique exige une consommation maximale de 40 kWh/m2 /an.

Avec le recul, l'ADEME précise que le coût médian de construction des bâtiments neufs se situe ainsi vers 1.450 euros HT/m2 soit environ 15% supérieur au coût moyen de la construction. L'ADEME remarque toutefois que près de la moitié des projets présentent des surcoûts inférieurs à 15%, voire aucun surcoût par rapport à des bâtiments qui auraient été construits suivant la réglementation thermique actuelle (RT2005).
L'agence assure toutefois que les bâtiments démonstrateurs du PREBAT vont permettre de diffuser largement les meilleures solutions et les techniques d'optimisation. Cela permet d'espérer que les éventuels surcoûts engendrés par la future réglementation thermique puissent être réduits autour de 5%, précise l'ADEME. Ces surcoûts d'investissement pourront être amortis en 10 – 15 ans grâce aux économies de charges induites sur la facture énergétique, au coût actuel de l'énergie, ajoute-t-elle.

De nouveaux appels à projet régionaux vont être lancés dans les prochains mois, notamment axés sur les bâtiments à énergie positive pour le neuf et la réhabilitation.

Par ailleurs, l'agence contribuera au lancement prochain d'un observatoire du Bâtiment Basse Consommation en partenariat avec le Ministère de l'Écologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire et le collectif Effinergie.

Réactions4 réactions à cet article

 
future collège de BERRE 13

nous sommes en équipe sur un collége de 700 éléves sur berre et nous obtenons à ce jour le nivau BBC de 44KWH/M2/AN sans le photo voltaique avec celui ci nous en somme à 17KWH/M2/AN le projet sortira du sol fin de l'année

PATRICK | 30 juin 2009 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Une maison BBC construite en 1982, en Normandie.

A Caen, Basse-Normandie, j'ai fait construire, en 1982, une maison Bioclimatique que j'ai équipée d'un PSD (Plancher Solaire Direct) en 2004, ainsi que d'une installation photovoltaïque.
Mes besoins de chauffage sur les 5 dernières années s'élèvent en moyenne à 24 kwh/m2/an, dont 2 années à 14 kwh/m2/an.
Grâce à l'adjonction d'un système géothermique, je pense passer bientôt au stade de Maison à énergie positive.
Les investissements réalisés sont amortissables sur 10 ans. Les matéiaux utilisés sont très classiques.
A noter que mes capteurs thermiques me permettent de chauffer une piscine de 38 000 litres, aujourd'hui à 31°5 C.
Pour plus de précisions, envoyez moi un courrier à : michel.langris@cegetel.net.
Ma maison est visitable sur rendez-vous.
Michel Langris

michel;langris | 02 juillet 2009 à 09h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Une maison BBC construite en 1982, en Normandie

Bonjour,

Votre remarque est intéressante car elle montre la confusion entre les besoins de chauffage (exprimés en énergie finale) et le coefficient Cep (celui utilisé pour le label BBC) qui lui est exprimé en énergie primaire et comprend également l'éclairage, l'eau chaude et les auxilliaires. Par exemple si vous assuriez ces besoins de chauffage résiduels par du chauffage électrique direct, le coefficient en énergie primaire serait de 62 kWhep/m²/an auquel il faudrait ajouter l'ECS, l'éclairage et les auxiliaires (ventilation, etc), donc hors course pour le label BBC Effinergie qui n'autorise la déduction que de 12 kWhep/m²/an maximum pour le photovoltaïque.

izarn | 02 juillet 2009 à 22h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Une maison BBC construite en 1982, en Norman

Je vous remercie de me tirer de ma confusion.
Les kwh dont je parle dans mon précédent message sont bien d'origine électrique, il est opportun de leur affecter le coefficient de 2,58 pour les transformer en kwhep (équivalents pétrole, pour satisfaire aux normes d'Effinergie. Au terme de cette opération, je constate avec vous que, sur les 5 dernières année je constate un besoin de chauffage qui ne dépasse que de 12 kwhep la norme BBC de 50 kwh/m2/an. J'observe aussi que cette différence est compensée par les 12 kwhep que fournit mon équipement photovoltaïque.
Je reconnais que je suis cependant encore en dessous des pré-requis du label BBC car ma performance de 50kwh/m2/an ne prend en compte ni l'éclairage (pourtant entièrement fourni pas des lampes basse consommation et LED), ni la ventilation (pourtant équipée d'un échangeur de calories).
Au total, ma maison se situera donc tout prés des normes du prestigieux label BBC d'Effinergie (mais satisfera aux critères de Minergie, par exemple).
Je reste donc persuadé que ma réalisation reste un bon exemple de ce qu'il est possible de faire avec une construction "ancienne" (27 ans) lorsqu'elle a été bâtie sur de solides fondements bioclimatiques et qu'on la fait évoluer en utilisant les technologies nouvelles de mise en valeur des énergies renouvelable, dans le cadre d'investissements raisonnablement amortissables.
Je maintiens donc mon invitation à venir, après beaucoup d'autres, visiter mon humble demeure.
Michel Langris

michel;langris | 07 juillet 2009 à 10h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager