En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Parlement européen adopte la révision de la directive cadre sur les déchets

Après deux ans de négociations, le Parlement et le Conseil sont arrivés à un accord sur la directive déchets. Le Parlement se satisfait d'objectifs de recyclage alors que le Conseil obtient l'intégration de l'incinération en tant que valorisation.

Déchets  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
   
Le Parlement européen adopte la révision de la directive cadre sur les déchets
   
La maîtrise des déchets au sein de l'Europe est un enjeu central de la politique environnementale dans un contexte inquiétant où la production augmente aussi vite que le PIB soit de 19 % entre 1995 et 2003. Malgré la législation en vigueur depuis plus de 25 ans, la tendance est toujours à la hausse et les conditions de traitement de ces déchets ne sont pas optimales : seuls 33% des déchets ménagers sont retransformés par le recyclage et le compostage. C'est pourquoi la Commission européenne a présenté en septembre 2005, une nouvelle stratégie sur la prévention et le recyclage des déchets. Elle doit constituer la base de la révision de la directive de 1975 dans le but de définir des normes de recyclage et d'obliger les Etats membres à établir des programmes nationaux contraignants pour diminuer leur production de déchets. Cette révision vise également à clarifier et rendre plus efficace cette législation. Une mise à jour utile lorsque l'on sait que plus de 20 directives et règlements européens concernent les déchets !

 
La proposition initiale de la Commission soulevait des points très techniques. Les députés ont ajouté des objectifs de recyclage et ont mis l'accent sur la prévention des déchets  
Caroline Jackson, raporteur
 
Après deux ans de négociations, la Commission, le Parlement européen et les Etats membres, se sont mis d'accord en adoptant le projet de directive en deuxième lecture. Pour le commissaire européen chargé de l'environnement, Stavros Dimas, cette législation marque un tournant, en ce sens que les déchets ne sont plus considérés comme une charge indésirable, mais comme une ressource précieuse. Le député Caroline Jackson rapporteur du projet (PPE-DE, UK) estime quant à elle que le compromis réalisé par le Parlement et le Conseil est la meilleure solution disponible. La proposition initiale de la Commission soulevait des points très techniques. Les députés ont ajouté des objectifs de recyclage et ont mis l'accent sur la prévention des déchets, a-t-elle précisé.
En effet, au cours du débat, les députés ont défendu l'idée d'une hiérarchisation des déchets qui classe les solutions de traitement en fonction de leur incidence écologique en insistant sur la prévention, puis la réutilisation des produits consommés, la valorisation matière comme le recyclage des matériaux, la valorisation énergétique et en dernier lieu l'élimination.

Cependant, sujet de controverse, l'incinération des déchets municipaux a divisé les députés. Doit-elle être considérée comme une « élimination » ou une « valorisation » ? L'Assemblée a finalement soutenu les positions de la Commission et du Conseil qui considèrent que l'incinération de déchets doit être classée comme valorisation à condition qu'elle réponde à certains critères de rendement énergétique.

Au cœur du compromis figurent aussi des objectifs contraignants sur le recyclage et la réutilisation. D'ici 2020, 50% des déchets ménagers comme le papier, le métal, le verre devront être recyclés ou réemployés, tout comme 70% minimum des déchets de construction et de démolition non dangereux. Un objectif visant les déchets industriels et de fabrication, demandé par les députés, n'a pas été inclus dans le compromis. Il est toutefois prévu que la Commission examine les objectifs d'ici 2020 et que, si besoin est, elle renforce ou fixe des cibles pour d'autres flux de déchets.

La directive clarifie en outre un certain nombre de définitions importantes, comme celles du recyclage, de la valorisation et des déchets eux-mêmes. Elle établit notamment une distinction entre les déchets et les sous-produits et détermine à quel stade le déchet a été suffisamment valorisé pour ne plus être considéré comme un déchet.

Certains députés se sont toutefois dits mécontents du compromis, en critiquant l'inclusion d'un objectif non-contraignant de prévention des déchets et auraient préféré avoir des objectifs plus sévères pour le recyclage et la réutilisation.

Le mécontentement s'est aussi exprimé du côté des associations de défense de l'environnement qui jugent les objectifs de recyclage trop faibles et n'acceptent pas que l'incinération soit considérée comme une valorisation. Le Parlement a lâché sur tous les points forts de sa position pour obtenir ses taux de recyclage, alors qu'ils ne vont pas changer grand-chose, s'indigne Nathalie Cliquot, du Bureau Européen à l'Environnement (BEE). La directive de 1994 sur les emballages prévoit déjà une obligation de recyclage de 60% pour le verre, le papier et le carton; 50% pour les métaux; 22,5% pour les plastiques et 15% pour le bois, d'ici le 31 décembre 2008, rappelle-t-elle.
Même argument pour le Centre National d'Informations Indépendant sur les Déchets (CNIID) qui dénonce le remplacement d'objectifs ambitieux de recyclage par des objectifs maquillés ne portant que sur quelques flux de déchets, par ailleurs déjà inscrits dans la directive emballage concernant les déchets ménagers. Pour Hélène Bourges, chargée de la campagne Alternatives au CNIID, ce recul est symptomatique de l'inaction des décideurs face à la pénurie annoncée des ressources naturelles, à commencer par le pétrole, qui est la matière première de tous les plastiques.

Réactions9 réactions à cet article

 
Où ?

Bonjour,

Peut-on trouver quelque part ce projet de directive ?

Merci

viniasco | 25 juin 2008 à 11h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
L'incinération

Bien qu'écologiste je considère l'incinération comme un mal nécessaire :
- tout d'abord les rejets polluants ont considérablement diminué avec les nouvelles normes (mais on peut toujours faire mieux);
- ensuite la valorisation énergétique doit être obligatoire et réelle. Nous avons aussi un problème énergétique ;
- enfin il y a, il y aura toujours, d'énormes problèmes d'occupation du territoire (où installer ? problèmes liées aux nappes phréatiques et pertes de terres agricoles) et des refus des populations des déchetteries, de centres d'enfouissements et autres installations pourtant incontournables.
- Il va cependant de soi que le recyclage doit être fait avant.

René-Pierre | 26 juin 2008 à 13h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
boues de STEP

"Elle établit notamment une distinction entre les déchets et les sous-produits et détermine à quel stade le déchet a été suffisamment valorisé pour ne plus être considéré comme un déchet."

peut on considérer que les boues de STEP pourraient être déclassées comme produits et non plus comme un déchets? surtout dans le cadre de leur valorisation en agriculture?

freddo | 27 juin 2008 à 08h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Où ?

Bonjour,

voici un lien vers le parlement européen ou vous pourrez trouver des informations supplémentaires sur cette directive. Je ne crois pas que le projet de directive soit déjà accessible mais il y a un résumé de l'ensemble de la procédure avec les textes associés.
lien : http://www.europarl.europa.eu/oeil/FindByProcnum.do?lang=1&procnum=COD/2005/0281

youpi2007 | 27 juin 2008 à 11h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Où ?

Merci

viniasco | 27 juin 2008 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Où ?

bonsoir,
le texte intégral de la directive cadre est disponible sur ce lien :
http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P6-TA-2008-0282+0+DOC+XML+V0//FR&language=FR#top

Anonyme | 02 juillet 2008 à 19h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:boues de STEP

Actuellement avec les modes de traitement choisis, les boues de STEP ne sont pas un sous-produit au sens défini par la directive; MAIS si l'on choisit de mettre en oeuvre un traitement complet et écologique, producteur d'énergie renouvelable, elles deviennent alors un sous-produit.

Charles | 12 juillet 2008 à 16h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:boues de STEP

l'épandage agricole des boues est strict dans la réglementation française à cause de la nature supposée classée comme déchets.
tout de même, les boues utilisables en agriculture respectent des teneurs maximales en micropolluants et on sait pertinemment que ces boues apportent des éléments organiques et fertilisants intéressants pour l'agriculture d'où selon moi elles devraient être classées comme un produit ou sous produit.
si je comprends bien vos dires, un séchage thermique des boues permettant une higiénisation pourrait alors déclasser les boues de déchet à sous produit?
les contraintes d'épandage seraient alors revues à la baisse selon la directive?
si oui, la réglementation française concernant les boues de STEP de cette nature serait revue aussi?
à titre personnel, la valorisation énergétique des boues en incinération n'est pas écologique, certes c'est une énergie renouvelable mais elle n'est pas écologique, car on obtient des sous produits d'incinération des boues qui ne sont pas valorisable.
ce n'est pas le cas pour la méthanisation des boues de STEP en autre qui produit des sous produits valorisable et c'est bien une énergie renouvelable. c'est donc écologique. à mon sens.

freddo25 | 13 juillet 2008 à 03h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
le dechet , une valeur marchande

canettes en aluminim de bière, coca ..., bouteilles d'eau en plastique, jonchent les rues et les places, les espaces verts des centres villes et des sites touristiques...et les campagnes
je suis effarée de constater l'insouciance et le mépris des consommateurs face à l'invasion des déchets qui polluent notre environnement,et le gaspillage des ressources naturelles que cela implique.
Pourquoi ne valorise- t-on pas ces déchets par des bornes de reprise de consigne dans les magasins boutiques..., avec un système de bons d'achat (comme cela se fait en Suède)en échange de la bouteille ou des canettes restituées... D'autant que l'emballage est compris dans le prix d'achat! alors pourquoi pas ce système qui motiverait les gens par l'argent...

galauma | 24 octobre 2008 à 11h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…