En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Sénat a terminé l'étude du projet de loi de finances pour 2009

Dans le cadre des discussions sur le projet de loi de finances pour 2009, les sénateurs ont terminé les débats. Les modifications apportées concernent notamment la taxe sur les pollutions diffuses, la redevance poids lourds et l'Eco-PTZ.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Après trois semaines de discussion, le Sénat a terminé l'étude du projet de loi de finances pour 2009. Outre la fiscalité des biocarburants et la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP), les sénateurs se sont penchés sur l'Eco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) pour les travaux de rénovation énergétique des logements anciens et ont validé sa création. Ils ont tout de même modifié quelques modalités d'application afin de simplifier le dispositif pour qu'il soit rapidement déployé dès 2009.
Ainsi, les sénateurs ont validé un amendement du gouvernement supprimant la limitation de 300€ par mètre carré mais ont maintenu le seuil global de 30.000€ par logement. Ce prêt sera ouvert à l'ensemble des ménages (suppression de toute condition tenant au niveau des ressources) mais sera réduit du montant du crédit d'impôt auquel les dépenses de travaux ouvrent droit. La durée du prêt a également été rallongée à 10 ans contre les 8 ans proposés par les députés.

Les sénateurs ont en revanche supprimé la prise en compte de la performance énergétique dans l'attribution du prêt à taux zéro en faveur de l'accession à la propriété. Les députés et le gouvernement souhaitaient que le montant du prêt soit majoré de 20.000 € pour les opérations portant sur la construction ou l'acquisition de logements neufs dont le niveau élevé de performance énergétique globale. Mais le sénateur Philippe Marini (UMP), à l'origine de la suppression de l'article, a estimé que le dispositif était trop complexe et aboutissait à appliquer une sanction de non-respect des normes de performance énergétique sur l'accédant et non sur le constructeur ou le promoteur non respectueux. De plus, selon lui, le dispositif proposé contrarierait des opérations en cours et pèserait sur des accédants peut-être déjà fragilisés par la crise économique et par la perte de revenus. Malgré l'opposition du gouvernement, de certains députés UMP et de l'opposition, le dispositif a été supprimé.

Ce qui est d'ailleurs loin de convenir aux constructeurs regroupés au sein de l'Union des Maisons Françaises. Une telle décision s'avère complètement incompréhensible et scandaleuse, a commenté son Président Christian Louis-Victor. Ne pas réintroduire cet article, revient à mettre en cause la possibilité d'atteindre les objectifs fixés par la loi Grenelle pour 2012, ajoute-t-il. L'Union des Maisons Françaises a donc appelé le ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire (MEEDDAT) Jean-Louis Borloo, à intervenir rapidement et vigoureusement auprès du Sénat pour un rétablissement de cet article dans le circuit des discussions.

Les sénateurs ont toutefois validé le fait que les collectivités dotées d'une fiscalité propre pourront exonérer de taxe foncière pendant 5 ans minimum les constructions de logements neufs achevées à compter du 1er janvier 2009 dont la performance énergétique globale est supérieure à la législation en vigueur. Le niveau de performance sera fixé par décret.

Rétablissement de l'augmentation de la taxe sur les pollutions diffuses

Alors que l'Assemblée nationale avait rejeté l'augmentation de la taxe pour pollution diffuse versée par les professions agricoles pour cause de mauvaise attribution (surplus reversé à l'Office National Interprofessionnel des Grandes Cultures), le Sénat a rétabli l'article mais a diminué le rythme d'augmentation par deux. La commission des finances estime ne pas avoir une vision assez précise du chiffrage des dépenses couvertes par cette augmentation de ressources, a justifié Philippe Marini (UMP) rapporteur du texte à la commission des finances du Sénat. Les sénateurs ont toutefois précisé que le surplus de recettes serait attribué à l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques, l'ONEMA.
Un amendement complémentaire déposé par le gouvernement et validé précise que ce surplus de recette sera affecté au financement du plan « Ecophyto 2018 ».

Pas de modifications pour la taxe poids lourds

Aucune modification majeure n'est à noter concernant la taxe sur la redevance poids lourds. Rappelons que dès les premiers jours de débat, les associations environnementales avaient fait part de leur crainte au regard des nombreux amendements déposés sur cet article. Plusieurs amendements prévoyaient en effet de réduire le montant de la taxe et de la relever aux véhicules de plus de 12 tonnes contre 3,5 tonnes dans le projet de loi initial. Finalement les sénateurs n'ont pas validé ces propositions. Le dispositif est donc maintenu dans les mêmes termes que ceux votés par l'Assemblée nationale.

Le texte adopté par le Sénat va désormais faire l'objet d'une conciliation entre les deux chambres parlementaires au sein d'une commission mixte paritaire.

Réactions1 réaction à cet article

 
Eco-PTZ

Auprès de quel organisme peut-on faire la demande de subvention ?
Démarche à suivre ?

Baus | 21 janvier 2009 à 18h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager