En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le projet de loi de finances pour 2010 a été adopté définitivement

Le Sénat et l'Assemblée nationale se sont mis d'accord sur le projet de loi de finances pour 2010 en l'adoptant définitivement le 18 décembre. Le texte a encore été modifié notamment sur la contribution carbone et la TGAP pour les déchets.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Le projet de loi de finances pour 2010 a été adopté définitivement
© photo-sénat
   
Les parlementaires ont définitivement adopté vendredi 18 décembre, le projet de loi de finances pour l'année 2010. Depuis son passage à l'Assemblée nationale en novembre, le texte a été retouché par le Sénat. Ainsi, les sénateurs ont validé l'instauration dès 2010 de la taxe carbone, rebaptisée ''contribution carbone'', mais ont décidé de diminuer son montant pour le transport fluvial de marchandises et le transport maritime national (continuité territoriale avec les îles françaises). Les transporteurs fluviaux et maritimes seront donc exonérés à hauteur de 35 % l'an prochain à l'instar des transporteurs routiers. L'application de la taxe carbone a également été reportée d'un an pour les produits énergétiques utilisés par les réseaux de chaleur.

Débat sur la TGAP déchets

Les sénateurs ont par ailleurs quelque peu modifié la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) sur les déchets. La réduction de la TGAP accordée aux centres de traitement certifiés ISO 14001 et EMAS sera effective dès l'obtention de cette certification.
Une question plus problématique a été soulevée concernant la taxation des résidus de traitements des déchets. Plusieurs sénateurs ont expliqué qu'à l'heure actuelle, les résidus d'incinération par exemple (mâchefers et REFIOM) étaient taxés deux fois : une première fois sur le volume de déchets entrant dans l'incinérateur et une seconde fois lors de leur stockage en centre d'enfouissement. Il a donc été proposé que le stockage de ces matières soit exonéré de taxe. Peu au fait de ce sujet complexe, le gouvernement, représenté par le ministre du budget Eric Woerth, ne s'est pas prononcé sur la question mais a promis d'y réfléchir : ''il me semblerait sage de se donner le temps d'examiner la question de la taxation à la TGAP des déchets ultimes et d'en mesurer les enjeux afin de déboucher sur un dispositif qui « tienne » à la fois techniquement et financièrement''. Ce sujet devrait donc revenir prochainement dans les discussions parlementaires.
De même, plusieurs sénateurs ont plaidé sans succès pour l'élargissement de la TGAP aux installations de co-incinération et de méthanisation. ''Les différentes filières de valorisation énergétique des déchets ménagers et assimilés sont complémentaires et, afin d'éviter toute distorsion de concurrence entre elles, cet amendement vise à appliquer à la co-incinération et à la méthanisation le même régime qu'à l'incinération'', a défendu le sénateur Laurent Béteille (UMP). Une mission commune d'information du Sénat a prévu d'étudier la question.

La fiscalité de l'éolien maintenue de justesse

De nouvelles modifications ont par la suite été apportées par l'Assemblée nationale et le Sénat dans le cadre de la Commission mixte paritaire (7 sénateurs, 7 députés). Un article prévoyait notamment de porter le niveau de l'imposition forfaitaire à laquelle sont soumises les éoliennes et les énergies marines à 8.000 € par MW et par an. Selon les professionnels des énergies renouvelables, cela revenait à doubler la charge fiscale qui pesait sur la filière éolienne dans le cadre de la taxe professionnelle. Cette disposition a depuis été annulée à la grande satisfaction du Syndicat des Energies Renouvelables qui craignait que la filière ne soit totalement déstabilisée : ''cette augmentation de la charge fiscale se conjugue au 1er janvier 2010 avec une baisse de 6 % environ des tarifs d'achat, du fait de la dégressivité et de l'indexation de ces tarifs. Au total, c'est une perte de chiffre d'affaires d'environ 10 % que subiront les exploitants de parcs éoliens. Une telle baisse remet en cause la viabilité de la quasi-totalité des projets et l'équilibre économique des parcs en exploitation'', a expliqué le SER. Finalement, la fiscalité restera similaire à celle des autres modes de production d'électricité : 2.913 € / MW pour le nucléaire et les centrales au gaz et au charbon, 2.200 € / MW pour le photovoltaïque, l'éolien et les énergies marines.

Réactions3 réactions à cet article

 
Y-a-t-il un pilote ?

Finalement, pourquoi payer payer un ministre ? On devrait mettre diectement Antonini et le SER au pouvoir .

vent pire | 23 décembre 2009 à 12h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Énergies renouvelables en sursis en France ?

Alors que l'Assemblée nationale avait opté, en première lecture, pour un traitement fiscal équitable des différentes énergies, le texte adopté par le Sénat, également en première lecture, prévoyait de charger fiscalement l'éolien et les énergies marines... Mais que s'est-il passé chez les sénateurs pour être à ce point en déphasage avec les enjeux environnementaux ? La force des lobbies ? Il est stupéfiant, également, de lire l'arbitrage défavorable de la Commission Mixte Paritaire (députés + sénateurs) du 14/12/2009, amendé de justesse par le Gouvernement, rappelé à la raison par les professionnels. L'éolien et les énergies marines seront épargnés en 2010. Mais sur ce coup là, le Politique aurait bien pu nous décevoir. Et ça fait froid dans le dos !

SOBRE | 24 décembre 2009 à 00h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Y-a-t-il un pilote ?

Parfaitement. Ca serait une révolution pour les EnR, que j'attends avec impatience. Mais ne rêvons pas, ce n'est pas demain la veille que nous verrons des personnes agissant réellement pour l'environnement prendre la tête du pays.

Umwelt | 24 décembre 2009 à 13h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…