Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Affaire chlordécone : les juges mettent fin aux investigations

Risques  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Déjà redoutée l'an dernier, la décision d'un non-lieu semble désormais inéluctable dans l'affaire du chlordécone aux Antilles françaises. Le 25 mars, les deux juges d'instruction du pôle santé publique du tribunal judiciaire de Paris ont prononcé un avis de fin d'information, c'est-à-dire la fin des investigations sans mise en examen, selon l'AFP. Cet avis ne constitue pas une décision finale et ouvre la possibilité aux plaignants de demander, par exemple, de dernières observations. Passé un délai de deux mois, le parquet de Paris sera réquisitionné afin d'exprimer un jugement définitif.

« Pour nous, ce n'est pas terminé », a affirmé Harry Durimel, maire de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, et l'un des avocats historiques des victimes du chlordécone aux Antilles, le 6 avril, sur France Info. Il assure être prêt à mener l'affaire en appel, voire devant la Cour de cassation, si une ordonnance de non-lieu est finalement délivrée. « L'empoisonnement massif que le chlordécone provoque dans nos sols, dans nos corps et dans nos os, est une infraction continue. » Revenant sur les aides octroyées au cours de la présidence d'Emmanuel Macron, notamment dans le cadre du plan Chlordécone IV, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, dit souhaiter « que les parties civiles puissent user de toutes les voies de recours et d'appel dans la procédure judiciaire en cours ».

Pour rappel, cette affaire a débuté en 2006 par des plaintes déposées par des associations martiniquaises et guadeloupéennes contre plusieurs anciens ministres de la Santé et de l'Agriculture pour empoisonnement, mise en danger de la vie d'autrui et administration de substance nuisible. Le poison visé, le chlordécone, est un insecticide précédemment employé dans les bananeraies antillaises pour lutter contre le charançon du bananier (Cosmopolites sordidus). Considéré comme cancérogène probable et perturbateur endocrinien, il a été interdit à la vente en France, en 1990, mais a continué d'être utilisé en Martinique et en Guadeloupe, par dérogation, jusqu'en 1993.

Réactions4 réactions à cet article

 

Quand même la justice de la République chlordécone ! Une gifle cuisante pour les victimes humaines et l'environnement, une aubaine inespérée pour les firmes agrochimiques.
Désastre sanitaire, environnemental et - peut-être pire encore - judiciaire total. Comment s'étonner ensuite que flambe le niveau de ressentiment à l'égard des institutions de la République ? Cette violence institutionnelle est d'autant plus criminelle qu'elle est voulue, théorisée, orchestrée.
Compassion aux antillais doublement victimes de cette infamie.

Pégase | 07 avril 2022 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'il y ait plainte contre l'Etat c'est tout-à-fait justifié mais pourquoi "enjamber" la responsabilité des élus locaux qui ont demandé que l'application de l'interdiction du Chlordécorne soit reportée ? Sans parler des stocks qui avaient été faits par les intéressés et qui ont été utilisés après l'interdiction ?

MSBIB | 07 avril 2022 à 12h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

on ne demande pas des observations, on en formule :)

rectifions les faits | 07 avril 2022 à 14h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La Vème République s'est construite sur les décombres de l'Empire colonial français. Visiblement il lui en reste quelques souvenirs....

BIB57 | 08 avril 2022 à 17h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XRF Vanta™ : analyseur pour l’étude de sol et la remédiation Olympus France