En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Émissions de dioxyde d'azote des moteurs Diesel : l'Afsset demande une action rapide

L'Afsset s'inquiète des niveaux persistants de dioxyde d'azote (NO2) favorisés par l'installation des filtres à particules peu performants sur les véhicules diesel et recommande un renforcement au niveau européen de la réglementation.

Transport  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Émissions de dioxyde d'azote des moteurs Diesel : l'Afsset demande une action rapide
© Matteo Natale
   
Alors que les concentrations de certains polluants ont fortement diminué depuis 2000 en France, la situation pour le dioxyde d'azote, l'ozone et les particules, ne s'améliore pas. L'Afsset, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail, s'inquiète ainsi des niveaux persistants de dixoyde d'azote (NO2), un gaz irritant pour les voies respiratoires, favorisé par l'installation des filtres à particules peu performants sur les véhicules diesel. Dans un communiqué daté du 1er septembre, l'Agence s'inquiète notamment du niveau persistant de dioxyde d'azote (NO2), à proximité du trafic et recommande de prendre dès maintenant [des] mesures pour contrer les émissions de NO2 par les véhicules diesel.

Ce polluant se forme dans l'atmosphère à partir du monoxyde d'azote (NO) qui se dégage essentiellement lors de la combustion de combustibles fossiles, dans la circulation routière par exemple. Or, la concentration de ce gaz irritant n'a pas diminué depuis le milieu des années 90 en situation de proximité au trafic routier et pose des problèmes sanitaires en agglomération tels qu'une hyperréactivité bronchique chez les asthmatiques et une fragilisation de la muqueuse pulmonaire face aux agressions infectieuses, notamment chez les enfants.

Tandis que des progrès ont été réalisés pour d'autres gaz polluants et les particules, l'Afsset, dont les travaux répondaient à la demande des ministères de l'Ecologie, de la Santé et du Travail, estime que la réglementation européenne EURO sur les émissions des véhicules a pris du retard sur la maîtrise des émissions de NO2 qui n'est aujourd'hui comptabilisé qu'au sein d'un agrégat : les oxydes d'azote (NOx). En effet, dans le cas des motorisations Diesel, la présence de quantité importante d'oxygène dans les gaz d'échappement ne permet pas la mise en œuvre simple d'une catalyse d'oxydation (monoxyde de carbone CO, hydrocarbures imbrûlés) et de réduction (NOx) simultanées comme dans le cas de la catalyse des émissions des moteurs Essence. Seule la fonction d'oxydation du CO et des hydrocarbures est facilement mise en œuvre et déployée dans les filtres à particules peu performants. Selon l'agence, si rien n'est fait, l'application des normes EURO successives sur les émissions des véhicules ne produira pas d'effet significatif sur ce polluant d'ici à 2014 (entrée en vigueur d'EURO VI et EURO 6). Il faudra maintenant attendre 2014 et la sixième génération de norme EURO avec de nouvelles réductions à l'émission sur plusieurs polluants (hydrocarbures et NOx notamment) pour envisager de premiers effets bénéfiques.

L'Afsset recommande par conséquent de retenir systématiquement le NO2 comme critère dans toutes les nouvelles réglementations sur les émissions des véhicules routiers. Elle propose notamment de mesurer le NO2 lors des tests sur les véhicules neufs au cours des cycles d'homologation et de le retenir comme un des critères de choix pour évaluer les performances des technologies du moteur et de post-traitement des émissions.

Elle préconise également de ne retenir que les filtres à particules les moins émetteurs de NO2, particulièrement lorsqu'ils sont installés sur les bus, les véhicules utilitaires et les taxis.

Autres recommandations de l'Afsset sur ce point : renforcer les connaissances dans le domaine de la toxicologie des émissions des véhicules diesels équipés de dispositifs de post-traitement.

Enfin, l'agence demande plus largement la mise en place d'un dispositif d'évaluation de l'efficacité des technologies de contrôle des émissions diesel, en se basant sur les expériences déjà conduites en Allemagne, en Autriche, aux Etats-Unis et en Suisse. Selon elle, un tel dispositif prendrait notamment en compte la réduction des particules, la réduction des NOx, la limitation des émissions de NO2 et la résistance dans le temps des performances des technologies.

Réactions3 réactions à cet article

 
MAZOUTAGE

LE LOBBY AUTOMOBILE FRANçAIS MARCHE A FOND (90% DU PARC ET EN DIESEL!!!)COMMENT CE FAIT IL QUE LE BONUS MALUS NE TIENNE PAS COMPTE DU NO2??QUANT A LA RECHERCHE ELLE EST BIEN PARTIE PUISQUE LES FUTURS HYBRIDES SERONT SUR LA BASE DE VEHICULE... DIESEL !!!§

LIONEL | 02 septembre 2009 à 17h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Chasse aux NOx dont NO2, + CO2 + particules !!!

Il faut en effet être conséquent et ne pas se limiter à regarder (le nombril) et le niveau de CO2 émis ! Mettre en place démarche de ''retenir systématiquement le NO2 comme critère dans toutes les nouvelles réglementations sur les émissions des véhicules routiers. Mesurer le NO2 lors des tests sur les véhicules neufs au cours des cycles d'homologation et rajouter des solutions (syst.à urée et autres)'' et de le retenir comme un des critères de choix pour évaluer les performances des technologies du moteur et de post-traitement des émissions, et indiquer ces critères dans les magazines, affiches sur Salons autos, etc...

Elle préconise également de ne retenir que les filtres à particules les moins émetteurs de NO2!
A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91) | 03 septembre 2009 à 08h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Technologie Pentone

Question : qu'en est-il de la technologie Pentone dont le principe consiste à modifier l'alimentation en carburant du moteur à explosion (essence ou diesel); elle est censée permettre une forte réduction de pollution et une importante économie de carburant, en remplacement ou en adjonction du produit de la pyrolyse de vapeur (essence, eau, etc.).

Si le procédé est paraît-il connu depuis le début du 20è siècle, quelles sont les raisons objectives qui n'ont pas permis son développement et sa commercialisation ?

Merci de vos réponses éclairées

Anonyme | 03 septembre 2009 à 09h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager