En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Afsset propose une nouvelle méthode de calcul des VTR pour les produits reprotoxiques

Afin d'harmoniser les méthodes d'évaluation des Valeurs Toxiques de Référence, essentielles à l'évaluation des risques sanitaires, l'Afsset propose une nouvelle méthodologie et recommande sa diffusion au niveau national et européen.

Risques  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
L'évaluation du risque sanitaire par rapport à certaines substances toxiques nécessite de bien connaître les effets de ces produits sur l'homme pour chaque mode d'exposition (inhalation, ingestion, exposition cutanée) en fonction de la quantité de produit. Les tests directs sur l'homme n'étant pas envisageables, les informations sont le plus souvent identifiées chez l'animal puis extrapolées à l'homme grâce à un certain nombre de facteurs. Ces calculs aboutissent aux Valeurs Toxiques de Référence (VTR) : on parle de VTR « à seuil de dose » pour les substances qui provoquent, au-delà d'une certaine dose, des effets dont la gravité est proportionnelle à la dose absorbée et de VTR « sans seuil de dose », pour les substances pour lesquelles une seule molécule pénétrant dans l'organisme provoque des effets néfastes. Ces dernières substances sont, pour l'essentiel, des substances des effets cancérogènes, ou dans certains cas reprotoxiques.

Pour de nombreuses substances, aucune VTR n'a été établie alors que pour d'autres, plusieurs ont été proposées selon diverses modalités. Pourtant de nombreux dossiers sont construits par des consultants, des industriels ou des services de l'Etat, sur ces valeurs toxicologiques de référence (VTR). Il était donc important d'harmoniser les critères de choix de ces VTR. C'est pourquoi l'Afsset s'est penchée sur la question. La mise en place en mars 2004 d'un groupe de travail avec les principaux partenaires et institutions concernés a permis d'initier la réflexion sur la construction de VTR pour des substances chimiques toxiques sur la reproduction et le développement embryofœtal, considérées comme représentatives de substances dites « à seuil de dose ».

Après presque trois ans de travail, l'Afsset vient de rendre son avis dans un document comportant entre autre une analyse et une comparaison des approches internationales existantes et décrit une démarche servant de point de départ pour l'élaboration d'une VTR. Dans le cadre de cette réflexion, cette méthode a été testée sur des substances représentatives des molécules reprotoxiques comme le Toluène ou l'Ether éthylique de l'éthylène glycol. Dans son avis, l'Afsset recommande d'appliquer la méthode présentée et de promouvoir l'harmonisation des différentes méthodes d'élaboration à l'échelle européenne. L'Agence insiste également sur la nécessité de poursuivre ces travaux en construisant des VTR pour toutes les substances d'intérêt, notamment celles « sans seuil de dose ». Par ailleurs, elle recommande fortement de faire évoluer la méthode en fonction de l'acquisition de nouvelles connaissances scientifiques et en s'appuyant sur l'expérience acquise lors la construction des Valeurs Toxiques de Référence.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…