En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Agences régionales de la biodiversité : Barbara Pompili ne veut pas "bousculer les régions"

Biodiversité  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Depuis le 1er janvier 2017, la France dispose d'une nouvelle agence nationale : l'Agence française de la biodiversité (AFB). Elle regroupe des institutions déjà existantes comme l'Office national des eaux et des milieux aquatiques (Onema), l'Atelier technique des espaces naturels (Aten), les Parcs nationaux de France et l'Agence des aires marines protégées (AAMP). Ses 1.200 salariés se répartissent entre le siège administratif de Vincennes (Val de Marne), le pôle mer à Brest (Finistère), les pôles formation, communication et recherche à Montpellier (Hérault) et les nombreuses antennes locales des organismes d'origine. "850 salariés sont déjà en poste dans les territoires", explique son directeur Christophe Aubel.

L'Etat encourage la création de déclinaisons régionales de cette agence pour adapter son action aux spécificités des territoires. Les Régions sont invitées à se saisir de l'occasion et à se manifester auprès du ministère de l'Environnement. A l'heure actuelle, trois régions semblent bien parties : Occitanie, Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche-Comté. Depuis novembre dernier, Yves Piétrasanta, président de la Communauté de communes du Nord Bassin de Thau, mène sa mission de préfiguration en Occitanie. Le Centre-Val de Loire a fait le choix de s'appuyer sur son Ecopôle qui fédère déjà tous les acteurs de la biodiversité sur son territoire.

Mais la secrétaire d'Etat à la biodiversité Barbara Pompili ne veut pas "bousculer les régions" : "Il n'y a pas de modèle administratif unique, explique-t-elle. Nous appuyons celles qui veulent aller vite et nous sommes conscients que certaines attendent de voir comment ça se passe". Certaines régions politiquement à droite comme Auvergne-Rhône-Alpes ne donnent "aucun signe de vie" mais la secrétaire d'Etat se dit "optimiste". Pour preuve, la région Hauts-de-France dirigée par Xavier Bertrand (LR) s'intéresse à la question.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager