En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Agence des aires marines protégées dresse un état des lieux des canyons de la Méditerranée

Durant 21 mois, l'Agence des aires marines protégées va dresser un état des lieux des habitats et des espèces présents dans toutes les têtes de canyon sous-marins de la Méditerranée. L'opération vise notamment à estimer la qualité de ces écosystèmes.

Biodiversité  |    |  Marie BernardActu-Environnement.com
Les habitats et les espèces présents dans les canyons de la Méditerranée au large des côtes françaises, feront à partir du 3 novembre, l'objet d'un recensement lancé par l'Agence des aires marines protégées avec l'appui de nombreuses équipes scientifiques*, dans le cadre de son programme d'amélioration de la connaissance du milieu marin.

Si les canyons sont en effet le refuge de beaucoup d'espèces qui y trouvent leur nourriture, un abri ou encore des conditions propices à la nurserie, ils constituent également des zones fragiles qui peuvent être affectées par les activités humaines telles que la pollution et la surpêche. Aussi, il semble aujourd'hui très important, de dresser un état des lieux, le plus exhaustif possible, afin de pouvoir estimer précisément la qualité de ces écosystèmes et de les faire bénéficier de mesures de suivis, indique l'Agence des aires marines protégées.

Pour mener à bien ce programme, une dizaine d'expéditions vont être menées de la frontière espagnole à la frontière monégasque et reposeront en priorité sur l'acquisition de données grâce à une imagerie scientifique haute-définition, obtenue à partir de sous-marins soit habités soit téléguidés.

La campagne visera plus précisément à obtenir un état de référence des écosystèmes entre 100 et 600 mètres de profondeur comprenant des informations précises sur la présence et la répartition des espèces telles que les poissons, les crustacés ou les cnidaires, mais également sur les coraux profonds d'eau froide.

L'agence des aires marines protégées s'intéressera par ailleurs au plateau continental situé dans la partie orientale de la Méditerranée française entre 50 et 200 m de profondeur. Relativement étroite, cette zone située au-delà des profondeurs que peuvent fréquenter les plongeurs, n'a été jusqu'alors que peu étudiée.

À terme, cette campagne devrait ainsi permettre de comparer les caractéristiques de chaque canyon et donc, de mieux comprendre l'importance écologique de ces entités dans le fonctionnement des écosystèmes littoraux.


Un appui pour le projet de parc naturel marin de la Côte Vermeille

Le programme fournira en parallèle de précieux arguments pour la création d'aires marines protégées de la région, tel que le projet du parc naturel marin de la côte Vermeille mis en place en septembre 2007.

En effet, au large des côtes catalanes, se situent trois canyons inclus dans le périmètre de réflexion du projet et qui seront étudiés lors du programme.
D'après d'anciennes études, il semblerait que ces canyons possèdent une très grande diversité de faune fixée et mobile, ainsi que des peuplements de coraux profonds d'eau froide. Ils constitueraient alors des milieux beaucoup plus riches que le reste du talus, notamment en poissons, en oursins, en mollusques (poulpes, calmars, huîtres…), en cnidaires (coraux, méduses…) et en plancton (gélatineux, crustacés…). De ce fait, ces canyons forment un pôle d'attraction pour les grands prédateurs, comme certains cétacés qui viennent se nourrir dans la zone.
Les résultats de la campagne seront donc pris en considération dans les orientations du projet de parc.



*Le programme de l'Agence des aires marines protégées sera réalisé avec l'appui scientifique de nombreuses équipes à l'instar de l'Ifremer, de l'EPHE, du CNRS, de l'Institut des sciences de la mer de Barcelone, de l'Université de Perpignan, de Marseille et de Nice, des Stations marines de Villefranche sur Mer et de Banyuls ou encore de Paris VI.

Réactions3 réactions à cet article

 
Etat des lieux des canyons, sans oublier...

Celui des côtes, pour exemple en Corse au droit de l'ancienne exploitation d'amiante de la carrière à ciel ouvert de Canari. Les stériles qui étaient rejetés en mer ont comblé tous les abris naturels de la côte de part et d'autre du site sur plusieurs kilomètres => disparition de la faune et la flore et des métiers de la pêche et dépôts continu de stériles encore amiantifère sur les plages => problème de Santé publique.

QUID de la remise en état de cette côte ?

bibi06200 | 06 novembre 2008 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Excellente initiative !....mais...

Excellente initiative de faire cet état des lieux, étape indispensable pour prise de conscience des actions à mener et leurs priorités. C'est une telle action (merci aux équipes de plongeurs-caméramen et la logistique + payeurs associés) qui a permis de prendre conscience du caractère indispensable & impératif et de mettre en place des STEPs pour des villes comme Marseille, Nice, Monaco, etc...tel que vu dans un Thalassa d'il y a qq semaines.(Bravo à G.Pernoud et son équipe! Merci de continuer à tj sensibliser)

Ce type d'état des lieux en face de toutes les côtes et villes tout autour du bassin méditerranéen et des canyons & fonds marins sont LE SEUL REMEDE -A CONDITION QUE suivi des CORRECTIONS indispensables et impératives, of course!-
pour prise de conscience et ACTIONS correctives/curatives (1er temps) + ACTIONS préventives/prédictives (moyennant éducation des populations & industriels limitrophes autochtones ou passagères (touristes)),
donc INDISPENSABLE comme Etape_0 d'un plan d'ACTIONS DD.
Bon courage ! Bonne continuation ! Bonne persévérance !
A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91) | 06 novembre 2008 à 11h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
où est notre place?

c'est travail très important! mais j'espère que les étudiants du domaine aient l'occasion de participer à un tel travail, c'est très intéressants dans leur formation, sachant que je suis étudiante en 3ème et dernière année du cycle ingénieur , spécialité halieutique, option environnement et ressources marines de l'INAT, et je rêve toujours de participer à ce genre de travail!

sana chouayakh | 13 novembre 2008 à 00h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…