En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'agriculteur bio à la loupe

Le recensement agricole permet de dresser un portrait de l'agriculture bio actuelle : agriculteurs plus jeunes et plus diplômés, davantage tournés vers la diversification et les circuits courts, et employant plus de main d'œuvre.

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

En 2010, l'agriculture biologique représentait 3 % de la surface agricole utile (SAU) française, 18.000 exploitations, 740.000 hectares… Mais qu'est ce qui se cache derrière ces chiffres ? Le service de la statistique et de la prospective agricole, grâce au recensement agricole 2010, dresse une photographie de ce mode de production, en pleine expansion.

Cultures, diversification et circuits courts

En 2010, les surfaces bio sont pour moitié des prairies productives, pour 18 % des cultures céréalières. "Mais le maraîchage, l'horticulture et les cultures fruitières sont des spécialités bien représentées en bio quelle que soit la taille des exploitations, et 30 % des exploitations bio de grande taille exercent une activité viticole (16,3 % sur l'ensemble des grandes exploitations)".

Les élevages bio sont plutôt consacrés aux ovins-caprins (2,8 % du cheptel national), aux bovins (1,9 %) et aux volailles (1,5 %). "La proportion de bio la plus faible est pour les porcins (0,4 %)".

 
Qui sont les exploitants bio ? Les agriculteurs bio sont plus jeunes que les autres : les plus de 60 ans représentent 4 % des exploitants bio contre 19 % dans le conventionnel. Ils sont globalement plus formés. Ainsi, un exploitant bio de moins de 40 ans sur deux a un diplôme de l'enseignement supérieur général ou agricole, contre un sur trois en conventionnel. La part des femmes est légèrement supérieure dans le bio (23 % contre 20 % dans le conventionnel).
 

Près de 18.600 exploitations conventionnelles affichaient, en 2010, l'intention de convertir tout ou partie de leur exploitation en bio, ce qui entraînerait un doublement de la surface agricole bio d'ici trois ans (+ 3,6 % de la SAU de nouvelles surfaces de cultures en bio d'ici 2015). Les prairies hors surfaces totales en herbe (STH) devraient augmenter le plus (+ 1,5 %), ainsi que les cultures de céréales (+ 0,9 %). "Par culture, les surfaces en céréales et oléoprotéagineux (Cop), (y compris les légumes secs) gagneraient 3 % de surfaces converties. Les surfaces de maraîchage augmenteraient de 5 %, les surfaces en arboriculture et baies de 8 %, et les vignes de 8 %".

Si en 2010, la Provence-Alpes-Côte d'Azur, la Corse et le Languedoc- Roussillon comptaient la plus grande part d'exploitations bio (avec respectivement 7,1 %, 6,8 % et 6,2 %), les exploitations bio devraient fortement se développer en Midi-Pyrénées (près de 103 milliers d'ha), en Rhône-Alpes (près de 88 milliers d'ha) et en Champagne-Ardenne (67 milliers d'ha).

Concernant l'élevage, 2,3 % du cheptel national pourrait être en conversion vers le mode de production biologique d'ici trois ans (4,9 % pour les ovins-caprins, 3 % pour les bovins, 2,2 % pour les volailles et 1 % pour les porcins).

Les exploitations bio sont davantage tournées vers la diversification (notamment la transformation de produits agricoles) que les exploitations conventionnelles. Trois exploitations bio sur dix pratiquaient une activité de diversification en 2009-2010, contre une sur dix en conventionnel.

Enfin, plus d'une exploitation bio sur deux pratique la vente par circuit court alors que dans le conventionnel, seule une sur cinq a fait ce choix. La vente sur les marchés représenterait 13 % du chiffres d'affaires des exploitations bio (contre 9 % dans le conventionnel) et les paniers type AMAP 7 % (contre 0,5 %).

La bio génère plus d'emplois

"Les exploitations bio génèrent, hors considération de revenus, plus d'emploi à l'exploitation qu'en conventionnel et représentent 5 % du temps de travail agricole en 2009-2010". L'emploi bio représente 42.900 unités de travail annuelles (UTA), dont la moitié est assurée par les exploitants et le quart par des salariés permanents. La part du travail des saisonniers (18 %) est plus importante qu'en conventionnel (10 %).

En moyenne, une exploitation bio représente 2,4 UTA (dont 0,4 de saisonniers) contre 1,5 (dont 0,15 de saisonniers) en conventionnel.

"Les exploitations de taille moyenne pratiquant la diversification génèrent plus d'UTA par exploitation qu'en conventionnel (2 UTA par exploitation contre 1,7). Leur volume de travail à l'exploitation dépasse de 80 % en bio pour les saisonniers par rapport au conventionnel".

Réactions2 réactions à cet article

 

Merci pour cette très bonne analyse. Elle donne une vision complète de l'agriculture bio. Je garde en tête une autre étude (Nature, il me semble en avril ou mai dernier) sur les rendements en agriculture

Agriculture-nouvelle | 20 juin 2012 à 14h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Article intéressant en effet, mais attention aux conclusions trop rapides, l'origine et l'analyse des statistiques demandent beaucoup de précautions.

Par exemple, dans le dernier paragraphe, on constate que les exploitations bio emploient plus de main d'oeuvre. Toutefois on aura bien en tête que vignes, maraîchage, horticulture et cultures fruitières, très représentées en AB, sont dans tous les cas plus gourmands en main d'oeuvre, y compris en conventionnel. Et c'est peut être cette surreprésentation dan sle bio qui est à l'origine de ces chiffres, et pas le caractère biologique en lui même (exemple : une exploitation céréalière bio ne nécessite pas plus de main d'oeuvre qu'une conventionnelle : si elles étaient plus représentées, ces chiffres seraient bien différents).
La comparaison générale bio/conventionnel n'est donc pas si simple, il faudrait corriger de la répartition des activités réalisées dans les deux catégories...

Pascal | 21 juin 2012 à 09h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager