En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Agriculture bio : le Conseil Agri donne une dernière chance à la révision du règlement européen

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Ni abandon ni adoption. Telle est la conclusion, ou l'absence de conclusion, à laquelle sont parvenus les ministres européens de l'Agriculture réunis le 12 juin à Bruxelles à propos de la proposition de révision du règlement sur l'agriculture biologique.

Les ministres ont réitéré leur engagement à trouver un accord sur le dossier et confier le soin à la présidence maltaise du Conseil de travailler sur une nouvelle version du texte qui sera examinée lors d'un trilogue associant le Parlement européen d'ici la fin du mois. Il faut dire que l'Estonie, qui prend la présidence de l'UE au 1er juillet, ne souhaite pas inscrire cette réforme à son agenda.

"Malgré notre engagement inébranlable à obtenir un résultat positif, les négociations sur le règlement bio ont fait peu de progrès récemment", a reconnu Clint Camilleri, secrétaire d'Etat maltais chargé de l'agriculture, qui présidait la réunion.

La révision du règlement sur l'agriculture biologique avait été proposée par la Commission européenne en mars 2014 avec pour objectif de renforcer la confiance des consommateurs dans le label bio, garantir une concurrence loyale entre opérateurs et prévenir la fraude. Mais les demandes de dérogations des Etats membres et leurs divergences de vue ont dénaturé la proposition de texte, jugée par ailleurs complexe. Les négociations qui ont débuté en novembre 2015, ont déjà donné lieu à 17 trilogues, réunions tripartites informelles auxquelles participent des représentants du Parlement, du Conseil et de la Commission européenne.

Trois jours avant le Conseil Agri, les différentes parties prenantes de la filière bio française avaient demandé au ministre de l'Agriculture, Jacques Mézard, de rejeter tout projet d'accord qui conduirait à franchir les trois lignes rouges suivantes : autoriser de l'agriculture bio hors sol, baisser les niveaux de contrôle et laisser aux Etats membres le soin de fixer leurs propres seuils de déclassement en cas de présence de pesticides.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager