En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Agriculture : Stéphane le Foll veut ouvrir le débat au-delà des OGM

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

A l'occasion d'une audition publique sur le maïs génétiquement modifié NK 603, organisée par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (Opecst), ce lundi 19 novembre, le ministre de l'Agriculture a estimé qu'il fallait ouvrir le débat au-delà de l'étude du professeur Séralini et de la question des OGM. "La question est de savoir quels modèles de développement, quels modèles agronomiques nous voulons", a-t-il déclaré, précisant que pour lui, les OGM mis à disposition des agriculteurs (résistants à certains herbicides ou à certaines maladies) ne constituaient pas la bonne voie. "Je veux que la France soit le leader de l'agroécologie", a-t-il lancé.

Revenant sur les OGM, le ministre de l'Agriculture a estimé qu' "au-delà des choix scientifiques eux-mêmes, il y a nécessité d'avoir un débat démocratique. (…) Or, il y a trop de doutes aujourd'hui pour permettre un débat démocratique mûr". Il a rappelé la position de la France sur cette question : sur la possibilité ouverte à chaque Etat d'autoriser ou non les OGM, "nous travaillons à des règles de droits plus positives. Il faut également travailler à l'échelle européenne et revoir les règles d'autorisation". Il a indiqué qu'il allait se rendre, dans les prochains jours, en Allemagne afin "d'essayer d'obtenir une position franco-allemande sur ces deux questions".

Réactions2 réactions à cet article

 

Ainsi ne pas créer de nouvelles variétés résistantes à des maladies ne serait pas la bonne voie....? Comment pourrait-il le savoir ? a t-il jamais cultivé quelque chose (lui et ses conseillers) ?

Le semis direct ne serait pas intéressant écologiquement ?

Utilise t-on oui ou non moins d'insecticides chimiques avec les PGM Bt ?

Ne sont elles pas plus sûres sanitairement ? (moins de mycotoxines)

Y a t-il une pomme de terre plus "écolo" qu'Amflora pour obtenir la même quantité et qualité d'amidon dont ont besoin les industriels ?

Depuis l'aube de l'agriculture, tous les paysans ont pris de folles directions ?
Heureusement, l'agriculture, selon Le Foll et ses conseillers, va enfin avoir une direction sensée, à l'inverse de ce que font tous les pays autres que l'Europe ! Nous les français, on est les meilleurs, c'est bien connu (on a d'ailleurs perdu notre triple A, c'est dire !)

Il veut "revoir les procédures d'autorisation".
S'il commençait déjà par les connaître, il se rendrait compte que dans le processus, il y a surtout du ménage à faire chez nous.
Chacun des états membres double ce que fait l'Europe parfaitement et dans tous les cas mieux que les états membres !
On veut réformer l'état, alors profitons en pour supprimer ces agences qui coûtent cher pour un résultat nul au niveau européen !
Reportons les budgets correspondants pour encourager l'innovation et aider notre agriculture à rester compétitive !

gattaca | 21 novembre 2012 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Est-ce qu'ajouter un chromosome est une modification génétique ; si vous répondez non, alors vous acceptez que votre futur enfant ou petit enfant se voie injecter dans l'ovule un chromosome supplémentaire, par exemple le XXI ; si non vous n'avez peut être pas tort ; et sans doute pas.

Alors M. le Foll, vous devriez vous intéresser aux conditions d'introduction des huitres tri ou tétraploides dans le milieu naturel, d'une part, et d'autres part aux conditions d'exploitation de l'ostréiculture ; exonérée d'étude d'impact sous la pression de la profession bien relayée par l'administration de la mer qui dépend de M; Cuvillier, ministre délégué aux activités maritimes, suivant une expression promue dans le cadre du Grenelle de la mer, initié par Claude Guéant et Bernadette Malgorn. Et puis remonter les interventions qui ont exonéré ces activités à haut risque biologique d'études d'impacts ; et bien lire l'avis de l'autorité environnementale pour la zone de Boulguief ; le premier à ce jour, qui n'a pas plus à l'administration de la mer de M; CUVILLIER, et à même valu des menaces restées sans sanction à un expert évaluateur.

Ces différents faits ne sont pas prescrits pénalement ; juste pour attirer l'attention de MM Le Foll, Cuvillier, Batho, Le Branchu, Taubira sur l'administration non conforme et à risque des activités maritimes en l'état de l'organisation administrative et au vu des règles de droit minimal non respecté. La mortalité du cheval, d'huitres, etc. Même choses.

theolevertige | 30 novembre 2012 à 12h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…