En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Poser les bonnes questions aujourd'hui pour nourrir la planète demain

Alors que les débats européens sur la PAC 2013 battent leur plein et que la FAO ne cesse d'alerter depuis des mois sur la flambée des prix alimentaires, l'Inra et le Cirad publient une vision prospective des défis de l'agriculture à l'horizon 2050.

Agroécologie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
   
Poser les bonnes questions aujourd'hui pour nourrir la planète demain
   

De nombreuses études ont souligné le fait que nos modèles actuels de consommation et de production agricoles n'étaient pas soutenables. Certes, la production agricole mondiale actuelle pourrait satisfaire les besoins alimentaires de l'humanité entière, mais aujourd'hui sa répartition est inéquitable : schématiquement, il y a suralimentation au Nord et sous-alimentation au Sud.

L'étude Agrimonde, Scénarios et défis pour nourrir le monde en 2050, publiée le 12 janvier par l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), tente donc d'identifier les enjeux alimentaires à l'horizon 2050, quand la population mondiale aura atteint les 9 milliards d'individus. ''Simple dans son énoncé, la question posée est difficile à traiter en pratique'', notent en préambule les auteurs de l'étude.

En effet, le défi alimentaire n'est pas seulement quantitatif. Il est également qualitatif : ''permettre à tous d'accéder à une nourriture suffisante, sécurisée d'un point de vue sanitaire et équilibrée sur le plan nutritionnel''. Mais le rôle de l'agriculture ne se limite pas à la seule production alimentaire. Il est également social et environnemental. Agrimonde souligne ainsi trois enjeux majeurs à intégrer avant de dessiner les modèles agricoles de demain.

Adapter les comportements alimentaires avant d'opter pour des modèles de production

L'étude Agrimonde a conçu deux scénarios à l'horizon 2050. L'un repose sur le modèle ''business as usual'', ''où la priorité est donnée à la croissance économique et au bien-être matériel des générations actuelles''. Le second fixe un objectif de satisfaction des besoins alimentaires de 3.000 kilocalories par jour et par habitant, dont 500 d'origines animale et aquatique, dans toutes les zones du monde.

Ce deuxième scénario suppose un réajustement des consommations, au Nord comme au Sud. Si entre 1961 et 2003, la disponibilité alimentaire en équivalent calorique par habitant est passée de 2.500 kcal par jour à 3.000, atteignant l'objectif du scénario, les kilocalories par habitant sont réparties de manière inéquitable. Quand un citoyen d'un pays riche consomme 4.000 kilocalories par jour (jusqu'à 4.500 aux Etats-Unis), un habitant de l'Afrique subsaharienne en consomme 2.300…

Pour atteindre 3.000 kcal/hab./j, l'Afrique subsaharienne devra donc compter sur une augmentation des revenus, un accroissement et une diversification des consommations alimentaires. A contrario, les pays de l'OCDE devront voir la part de leur consommation carnée diminuer. Le régime occidental devra s'enrichir en fibres et micronutriments et réduire les pertes et les gaspillages, estimés à 800 kcal/hab./j dans les pays développés… Des politiques publiques fortes devront être mises en place afin de ''lutter contre la suralimentation et les maladies associées''.

Selon les auteurs d'Agrimonde, il est indispensable d'intégrer ces questions comportementales aux réflexions agronomiques, avant de redéfinir l'offre de production agricole de demain.

Une nécessaire sécurisation des échanges internationaux

Selon les scénarios Agrimonde, en 2050, le monde sera divisé en deux ou trois zones excédentaires en production de calories alimentaires (l'OCDE, l'Amérique latine et l'Ex-Union soviétique) et de trois zones déficitaires (l'Asie, l'Afrique du Nord - Moyen-Orient et l'Afrique subsaharienne), où l'augmentation de la production agricole domestique ne permettra pas de satisfaire les besoins intérieurs. Dans ces zones, un recours accru aux importations sera nécessaire.

La question agricole devra donc nécessairement être posée à l'échelon international, intégrant ''la problématique des échanges mondiaux de produits agricoles et agroalimentaires, de leur sécurisation, de leur stabilité, et des relations avec les régulations internationales environnementales et sociales''.

L'intensification écologique de la production agricole

Enfin, l'agriculture de demain devra également être intensive écologiquement, c'est-à-dire qu'elle devra exploiter au mieux les processus écologiques. Elle devra être plus économe en énergies fossiles, axée sur le travail des sols, les associations culturales, la protection et de production intégrées des cultures, les successions culturales, les rotations... Mais ''l'intensification écologique ne saurait se réduire à cette seule dimension technique. Elle doit aussi être pensée en tant que mode d'organisation sociale, économique, politique, spatiale, etc.''.

S'opposent ainsi deux modèles. Le premier est ''ségrégationniste'' : il sépare les espaces cultivés de ceux qui ne le sont pas au titre de la protection de l'environnement. ''Ce premier modèle requiert de fortes innovations de façon à limiter les dommages environnementaux dans l'espace productif. Mais c'est principalement dans le cadre de l'espace non-productif que sont alors pensés les problèmes environnementaux globaux et leur résolution, conduisant, à l'extrême, à la sanctuarisation de ces espaces''.

A l'inverse, le second modèle est ''intégrationniste''. Il associe, sur un même territoire, ''différents types de systèmes productifs et fait du territoire une mosaïque d'écosystèmes simultanément source de biens marchands et de services écologiques tels que la préservation des sols, la gestion optimisée de l'eau, le stockage de carbone ou la protection de la biodiversité''. Ce modèle intègre également des ''exploitations agricoles, éventuellement peu performantes à l'aune des seules performances technico-économiques classiques, mais qui jouent néanmoins un rôle environnemental et social essentiel, donnant tout son sens à la notion de multifonctionnalité''.

Réactions8 réactions à cet article

 

c'est article est intéressant ,mais les mesures proposées devraient s'accompagner d'une politique de la natalité beaucoup plus contraignante,l'homme ne peut pas se multiplier indéfiniment à la surface de la planéte!

lionel | 18 janvier 2011 à 08h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le modèle FNSEA, c'est de produire des protéines végétales en intensif (intrants, mécanisation, irrigation, pesticides etc...) pour nourrir des animaux en usines à viande. Avec 1500 litres d'eau, on fait 1kg de maïs. Mais il faut 10 kg de maïs (ou autre protéine végétale) pour faire 1 kg de viande. C'est ce gâchis qui sert de modèle. Et ce n'est pas prêt de changer : s'il n'y a que 1.300.000 agriculteurs en France, il y a 4.500.000 personnes qui peuvent voter aux élections dans les chambres d'agriculture.

Petite bête | 18 janvier 2011 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tres bien, l'INRA dit que"l'agriculture de demain devra également être intensive écologiquement". Peut on lui demander quelle part de ses ressources (hommes, capitaux) elle consacre aux recherches dans ce domaine?

boboye | 19 janvier 2011 à 23h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Article trés interressant mais qui oublie un des facteurs des déséquilibres et des injustices par rapport à l'accés à la nouriture. Les pays producteurs capables d'exporter sont (encore) des pays riches et les zones ou la nouriture manque cruellement sont peuplées en majorité de ressortissant de pays pauvres (réellement ou du fait de leur gouvernement). Ce fait n'est pas prés de s'inverser tant que le monde agricole sera géré par "les lois du marché" et le modéle ultra-libéral . De plus avec l'accentuation des phénomènes climatiques extrémes (cas de cette année) les cours des produits agricoles font l'objet de spéculation qui ne peuvent qu'agraver les injustices.

Duport Claude | 20 janvier 2011 à 14h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Rapprocher au plus le domaine de la recherche et celui de l'agriculture et meme du proprietaire agriculteur lui meme qui est le principal concerné par l'avenir du secteur .Lui donner une certaine autonomie et les moyens pour sortir de ce marasme économique sociale et envirronemental (choix de la production: semences adequates et bonnes varietes, produits chimiques et produits phytosanitaires les moins polluants pour une protection de l'envirronement et de la santé du citoyen, materiel agricole performants et plus adapté aux nouvelles techniques culturales etc..........)
Mais aussi une aide et un soutien de l'état Algerien!...........

FaouziaBENS | 21 janvier 2011 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"les débats européens sur la PAC 2013 battent leur plein" (correction : battent son plein)
Attention aux fautes de français, nous sommes suffisamment abreuvés de bêtises pour ne pas avoir à supporter des approximations langagières dans les articles de sites prétendument sérieux...

Tarzi | 22 janvier 2011 à 14h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Tarzi
Je vous conseille de consulter le site de l'Académie française (http://www.academie-francaise.fr/langue/questions.html#plein) :
Plein (battre son) :
"Si l’expression battre son plein a naguère encore suscité quelques controverses, tous les spécialistes s’accordent aujourd’hui à donner raison à Littré. Dans cette expression empruntée à la langue des marins, son est bien un adjectif possessif et plein un substantif, les meilleurs auteurs se rangent à ce point de vue. Le plein, c’est la pleine mer, et l’on dit que la marée bat son plein lorsque, ayant atteint sa plénitude, elle demeure un temps stationnaire. On dit donc bien les fêtes battent leur plein".

questiondefrancais | 24 janvier 2011 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo Lionel, on a fait de la chair à canons, maintenant on fait de la chair à consommation pour le business du capitaliste.
A quoi servent les avancées technologies sur les régulations des naissances? Les religieux sont des capitalistes!
Victor

bravo | 26 janvier 2011 à 17h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…