En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le nouveau règlement européen sur les produits bio fait un tollé !

Adopté cette semaine par le conseil des ministres des 27, le nouveau règlement européen autorisant 0,9% d'OGM dans les produits bio n'en fini plus de soulever une vague de protestations, tant au niveau professionnel, qu'associatif et politique…

Agroécologie  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Après plus d'un an de négociations et malgré l'opposition de la Belgique, de la Grèce, de l'Italie et de la Hongrie, les ministres de l'agriculture des 27 se sont accordés le 12 juin dernier, pour que les produits bio portent un label européen et que le seuil de présence accidentelle d'OGM soit fixé à 0,9% à l'instar de l'agriculture traditionnelle. Le Conseil n'a donc pas suivi l'avis des parlementaires européens qui avaient voté contre cette proposition en votant un amendement visant à abaisser ce seuil à 0.1 % pour les produits biologiques.

Si du côté de la commission, ce règlement sera plus simple à la fois pour les agriculteurs et les consommateurs, les professionnels du secteur, eux, se montrent sceptiques. Du côté associatif et politique après Greenpeace et les amis de la terre, c'est au tour des Verts et de Cap 21 de dénoncer ce nouveau règlement.

Pour Corinne Lepage, présidente de CAP21 et membre fondatrice du MoDem, il s'agit d'une victoire du loby agro-semencier qui voudrait que ce seuil d'obligation d'information ne devienne un droit à contaminer supprimant ainsi tout droit à ne pas être contaminé et à être indemnisé. Le droit des consommateurs de choisir une alimentation sans OGM devrait être considéré comme un droit inaliénable que ce soit d'ailleurs pour un produit bio ou non, ajoute-t-elle.
Yann Wehrling, porte-parole des Verts estime quant à lui dans un communiqué que cette nouvelle réglementation est insatisfaisante parce qu'elle ne garantit plus l'absence totale de produits chimiques et d'OGM dans les modes de production des aliments. Selon lui, c'est la crédibilité du bio qui est menacée auprès des consommateurs.

Face aux nombreuses réactions engendrées par le texte, Alain Juppé, ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables et Christine Lagarde, ministre de l'Agriculture et de la Pêche ont souhaité rassurer par l'intermédiaire d'un communiqué commun. L'adoption par le Conseil des ministres européens du règlement d'application sur l'agriculture biologique constitue une première étape, en confortant un cadre communautaire harmonisé, indiquent-ils tout en soulignant qu'ils restent toutefois extrêmement vigilants sur la préparation du règlement d'application qui sera négocié dans les prochaines semaines. Les deux ministres souhaitent ainsi confirmer l'attachement de la France à des normes de qualité élevées, qui répondent aux attentes légitimes des consommateurs, et soulignent leur volonté d'unessor de l'agriculture biologique.

Mais pour Biocoop, réseau de magasins bio en France, ce texte est au contraire plus laxiste que l'actuelle réglementation et marque le manque de soutien des pouvoirs publics à l'égard de la bio Française. Si les ministres concernés prétendent rester vigilants sur le règlement d'application qui sera négocié dans les prochaines semaines, les professionnels de la bio, quant à eux, ont toutes les raisons de douter de la possibilité qu'auront les ministres de tenir cette promesse.

Réactions16 réactions à cet article

 
Fini le bio

Autant dire que le bio, c'est fini. Puisqu'il sera possible d'appeler "bio" un produit contenant moins de 5% d'ingrédients originaire de l'agriculture "biologique" (5% pouvant contenir par ailleurs pesticides et OGM...), il se réduira à un argument commercial. Il faudra donc lire les étiquettes, connaître les labels (AB, Nature et Progrès, Demeter...), manger correctement sera réservé aux experts qui connaîtront bien le système et sauront déjouer les pièges. C'est dommage.

Pouet-pouet | 16 juin 2007 à 16h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Fini le bio

ouais..... il n'ya plus qu'à se mettre nous même à cultiver nos légumes, élever nos poulets, vaches et chochons, cultiver le mais pour les nourir,..... bon... ca risque d'être compliqué.....

greendays | 21 juin 2007 à 08h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Fini le bio

Sans aller jusque là, il existe des logos qui conserveront les anciennes normes du bio (Demeter, Nature et Progres...). Mais, bon, il faudra s'y connaître. Celui qui ne connait pas se fera avoir, c'est ça qui est dommage. Le blog de Raffa (le grand ménage) est bien documenté à ce sujet. Je suis curieux de savoir si le logo AB, le plus connu, va s'adapter aux nouvelles normes ou pas.

Pouet-pouet | 21 juin 2007 à 08h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Labels bio Nationaux

La seule alternative à ce scandale est l'adoption par les Fédérations de producteurs bio de labels aux niveaux nationaux.
Les consom'acteurs suivront.

Marjolaine | 21 juin 2007 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
vive la mal bouffe!

Bonjour,
cette nouvelle reglementation est inadmissible. Je considère que c'est une atteinte à la liberté fondamentale d'un être humain: choisir une alimentation. En autorisant des OGM dans l'agriculture biologique, il ne reste plus aucune possibilité ni alternativde pouvoir avoir une agriculture autre que conventionnelle et une alimentation saine et indèmne des polluants des organismes génétiquements modifiés. Cette décision est scandaleuse, elle ne tient compte que des enjeux financiers et des lobbies. Le consommateur devient le didon de la farce. Ne parlons pas évidement des pollutions de l'environnement par des gènes baladeurs.
Merci l'europe!

lamia | 21 juin 2007 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Garantit BIO sans OGM

Pourquoi ne pas prendre les devants et créer ou compléter l'appellation BIO par une mention " GARANTIT SANS OGM" pour les producteurs fiers et surs de leur produits qui désirent afficher clairement la qualité de leur produits?

les consommateurs responsables continueront ainsi à avoir la liberté de choix pour du pur bio

stef | 21 juin 2007 à 11h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Garantit BIO sans OGM

ça serait l'idéal en effet, mais impossible pour les petits producteurs d'être sûr que ce qu'ils achètent contient moins de0,9% d'OGM, à moins de refaire des analyses coûteuses (seuil de détection des OGM à 0,1%)...

BL | 21 juin 2007 à 11h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Fini le bio

Sauf qu'avant cette épouvantable nouvelle réglementation de cette épouvantable Europe tant détestée, on pouvait appeller "bio" des produits qui en contenaient... moins de 30% [art. 5, para 5bis, point a), du règlement n° 2091/92 avant son abrogation et son remplacement par le nouveau].

Quant aux 0,9 % d'OGM, on aurait pu baisser le seuil, ça se discute - d'ailleurs le Parlement européen est contre ... mais ce sont les Etats membres (dont la France) qui ont fait passer cette disposition.

Pour autant, on peut tout de même se poser la question de savoir si une exigence de 0% OGM aurait, simplement, été praticable ; ce seuil ne concerne bien évidemment que l'éventualité de "contamination accidentelle et inévitable", et le nouveau règlement (comme le précédent) exclut clairement l'utilisation d'OGM ou de produits contenant des OGM. Mais avec la pollution inévitable (vent, poussières, etc) due à l'existence de cultures d'OGM en plein champ (même si on est contre, il y en a quand même !), une garantie à 0 est tout simplement irréalisable - et donc une telle exigence aurait rendu impossible l'utilisation d'une dénomination "bio"...

Y'a encore du boulot pour améliorer la bouffe, et l'accès à une alimentation saine, mais les procès en diabolisation sont plus contre-productifs qu'autre chose - le "y'a qu'à" n'a jamais permis d'avancer !

Accessoirement, tout ce qu'on lit en ce moment sur ce sujet est, tout simplement impossible à vérifier : le nouveau règlement n'est connu que par le texte des projets et des amendements apportés et/ou adoptés par le Parlement européen et par le Conseil, acceptés ou pas par la Commission, et le texte définitif n'est pas encore (à ce jour, 21 juin 2007) publié au JO (même si un accord politique a été donné par le Conseil du 11 juin).
Il n'apparait pas avec évidence que les différents intervenants ici aient lu les textes disponibles.... Un peu dommage - même si l'on ne peut que reconnaitre la nécessité d'un coup de gueule de temps en temps !

Toupidek | 21 juin 2007 à 12h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Fini le bio

Sans compter que ce n'est pas en cultivant son jardin que nous aurons la garantie que les produits soient sans OGM puisuq'il auront pu être contanminé en cours de culture....

Nat | 21 juin 2007 à 14h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Garantit BIO sans OGM ou bio sans valeurs

le label AB n'est que le commencement d'un regard critique sur l'image de la consommation bio actuelle basé sur l'invidualisme et la quantité de vie l'agriculture bio ce développe non par ce que nous devenons responsable mais car nous voulons être personnellement en bonne santé. la bio attitude atteind c'est limite et c'est tant mieux
le bio ne garantie que les produits pas les hommes et surtout pas le travail effectuer si l'on tolaire ce % c'est que le 1er producteur de soja 80% "1er produits bio vendu dans le monde" est le brésil qui est quasiment OGM donc il est certain que les agriculteurs bio légumes n'ont le meme soucis ont déplace les débats pour mieux les enterrer des labels existe qui ne tolère aucun OGM le label Max Havelaar et le label nature et progrès mais tant que le consommateur préfère les paillettes au fait tout iras bien pour ces ci bon amis qui nous nourrices en apparences

sylvain | 21 juin 2007 à 18h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Fini le bio

Si le bio peut contenir 5% de non-bio, pourquoi ne pas avoir un seuil de 0,9% pour les OGM.
De toute façon, le 0% est impossible. L'agriculture française est constituée de nombreuses filières, et toutes ces filières pratiquent des seuils car c'est la seule manière pragmatique d'avoir une bonne coexistence entre les filières.
Un certain bon sens manque dans cette discussion

Yves F. Lyon | 21 juin 2007 à 23h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Fini le bio

Bio, non bio, ou est la réalité ?
- Si nous partons pour 0.1 d’ogm, nous pouvons dire que la tolérance 0 est difficile et le seuil de détection possible actuellement.
- Si on se lance dans le 0.5 d’ogm cela empêche de revenir un jour en arrière. Cela valorise la théorie de l’ogm de plein champ sans risque pour le producteur donc tacitement officialise l’Ogm généralisé.
Et le non bio doit rester à presque 0, c’est respecter l’homme qui lit et consomme !
Ou est le vrai problème ? Je le pense juste à cote : Si l’Ogm passe, cela veut dire que l’on accepte MON... et les Grainiers qui veulent pour leurs seules raisons de profit, la maîtrise totale de la production et vente de graines quel qu’elles soient. Cela veut dire qu’on va irrémédiablement vers : 2 variétés de blé sur le monde qui se renouvellent ts les X ans et que chaque agriculteur devra acheter au prix Y. Cela veut dire par extension que bien des graminées de la nature seront polluées…Plus de bio diversité, plus de contrôle des ogm car pour des questions de rentabilité et de possibles mises en cause, ils seront abolis ou dégradés. Plus de prévention de santé car cela est dangereux pour les Ogm et pesticides, enfin ce sera : vive les Laboratoires pour les produits anti X, Y et Z qu’il produiront afin de faire croire que nous pourront nous soigner des … Ogm … pesticides ingérés.
Le problème direct est donc NON aux grandes sociétés qui veulent tout dominer sans aucune contrainte fut-elle de santé et de … survie de l’humanité. Ils s’en fichent de nous ! Mais comment ? Avec quels moyens ?
Il faut s’y mettre tous et tous les jours !
Et nous ? Pour nous il est tard mais pour nos enfants, petits enfants pouvons nous nous « encrasser » dans la sois-disant modernité, sciences de l’avenir, sans réfléchir, sans prendre soin de savoir si tel chercheur valorise ses recherches pour lui et ses royales T que conforte tel Labo ou si l’indépendance est présente et l’intégrité totale dans les présentations des résultats.
Le Bio doit vivre, se compléter par les recherches, rester intègre, il est l’économie d’énergies que l’on cherche et produit plus qu’on ne le dit. Il nous faut être conscient que la mondialisation sans frein peut nous tuer tous. Combien je voudrais avoir tord !
Je ne voudrais pas être noir fonce mais que nous cachent les Nano technologies de ‘l’avenir’ ?
Et dire qu’il y en a qui dorment tranquilles ? JN

Jeannot | 22 juin 2007 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Garantit BIO sans OGM - le label existe deja

En effet si vous choisissez le label de certification Anglais "Soil Association" vous avez la garantie absolue de l'absence d'OGM. Le label Ecocert (de France) n'est pas assez rigoureux.

snellacpj2bio | 04 octobre 2007 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Fini le bio - non Pas tout a fait

C'est exact, il faudra lire les etiquettes.
Mais cela est valable pour tout!, de nos jours si nous ne lisons pas l'etiquette, en general ce qu'il y a dans le produit laisse a desirer!!!!!!!!!!

Il y a effectivement bio et bio. A nous consommateurs d'etre beaucoup plus rigoureux et d'acheter reellement ce qui merite d'etre achete.

snellacpj2bio | 04 octobre 2007 à 17h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:vive la mal bouffe! - En effet

c'est la politique du nivellement par le bas et nous le voyons a tous les niveaux. Les lobbys sont tellement puissants que l'excellence est negligee au detriment du consommateur final. Vous pouvez cependant acheter des produits 100% bio mais ne faites pas confiance au mot "bio" simplement verifiez la composition du produit de façon systematique!

snellacpj2bio | 04 octobre 2007 à 17h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
je suis avec bio sans OGM

pourquoi considérer un produit bio s'il contient un pourcentage des OGM

imanelali80 | 10 avril 2009 à 18h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…