En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'IFP lance une unité pilote pour les agrocarburants de seconde génération

Si de sérieux doutes planent sur l'intérêt des agrocarburants actuels, ceux de seconde génération font l'objet de recherches notamment par l'IFP qui lance une unité pilote de production à partir de biomasse lignocellulosique par voie thermochimique.

Energie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Si de nombreux doutes planent sur l'intérêt des agrocarburants (ou biocarburant) de première génération, tout le monde semble en revanche s'accorder sur l'intérêt à mener des recherches sur les agrocarburants de seconde génération. Ces derniers peuvent être définies comme étant ceux qui utilisent la biomasse lignocellulosique. Les plantes entières sont utilisées comme matière première contrairement à ceux de première génération où seules les graines / tubercules sont utilisés.

Les filières envisageables

Plusieurs filières font l'objet de recherche. Une première vise à produire de l'éthanol à partir de plantes entières. Les végétaux réduits en bouillie sont hydrolysés par des microorganismes qui permettent l'obtention de sucre (glucose) qui est fermenté et à l'origine de la production de bioéthanol. Le premier enzyme commercial destiné à la production d'éthanol par la dégradation de la biomasse a d'ailleurs été dévoilé récemment.

D'autres recherches portent également sur la flore marine. Le projet SHAMASH par exemple, a pour objectif de produire à l'horizon 2010 un nouvel agrocarburant à partir de microalgues autotrophes. Ces microorganismes peuvent accumuler jusqu'à 50% de leur poids sec en acides gras, permettant d'envisager des rendements à l'hectare supérieurs d'un facteur 30 aux espèces oléagineuses terrestres. De plus, la culture de microalgues en serre à grande échelle n'a pas besoin d'apport de produit phytosanitaires et permet de maîtriser le cycle de l'azote et du phosphore en contrôlant le recyclage des éléments nutritifs. Cette option est aussi envisagée par la société Boeing qui travaille au développement d'agrocarburants composé d'un mélange de kérosène et d'agrocarburant développé à partir d'algues.

Enfin, une autre voie vise à produire du carburant gazole et du kérosène par une méthode thermochimique (filière BtL pour Biomass to Liquid). Cette filière comporte une succession d'opérations visant à produire un carburant de synthèse liquide à partir de la biomasse. Elle comporte trois grandes étapes : le conditionnement de la biomasse, la gazéification et le traitement du gaz de synthèse, et la synthèse du carburant. Certaines de ces opérations ont déjà été éprouvées dans un contexte industriel dans des projets utilisant comme matière première du gaz naturel (GtL) ou du charbon (CtL). En France, le projet Biocarb conduit par le CEA en coordination avec l'Institut français du pétrole (IFP) travaille sur ce sujet.

Biomass to liquid : un objectif coût / efficacité ambitieux

Selon les premières estimations, le bilan énergétique des agrocarburants de seconde génération serait supérieur à celui de ceux de première génération. D'après l'INRA et l'IFP, ils pourraient produire jusque 3 ou 4 unité d'énergie pour une unité consommée. Mais là encore, l'OCDE craint que la technologie ne soit pas économiquement viable : même avec des développements technologiques positifs il y a des doutes sérieux au sujet de la possibilité d'utiliser des résidus agricoles comme biomasse sur une grande échelle.
De nombreux travaux sont donc menés aux États-Unis et en Europe, avec comme objectifs majeurs de réduire les coûts de production pour pouvoir passer très vite à une production à grande échelle : aujourd'hui de l'ordre de 1 €/l équivalent pétrole pour les deux filières ; des cibles ambitieuses pour l'horizon 2010-2015 de 0,4 €/l équivalent pétrole pour l'éthanol et 0,7 €/l pour la filière BtL ont été fixées. À plus long terme, certains annoncent même pouvoir atteindre 0,5 €/l équivalent pétrole pour la filière BtL.

C'est dans ce contexte et dans le cadre de ses travaux de recherche sur la production d'agrocarburants de seconde génération à partir de biomasse lignocellulosique (bois, paille) par voie thermochimique (BtL – Biomass to liquid) que l'IFP vient d'installer une nouvelle unité pilote de torréfaction de la biomasse sur son site lyonnais, IFP-Lyon. Les premiers échantillons de biomasse traités à l'aide de ce pilote seront des plaquettes de bois.

Avec la pyrolyse, la torréfaction constitue l'une des deux voies envisagées comme prétraitement de la biomasse avant sa conversion en carburant liquide par gazéification et synthèse Fischer-Tropsch. La torréfaction consiste en un traitement thermique de la biomasse à 300 °C maximum, en l'absence d'oxygène et sous balayage d'azote. Elle permet de concentrer l'énergie dans le matériau et de rendre ce dernier plus facilement broyable pour une utilisation en poudre, explique l'organisme public de recherche tout en ajoutant que la technique réduit les coûts de broyage de la biomasse.

Ce nouveau moyen d'essais, capable de torréfier plusieurs lots de 20 kg de bois par jour permettra à l'organisme de poursuivre ses travaux dans le domaine de la torréfaction notamment dans le cadre du projet ANR TORBIGAP réunissant différents partenaires (CIRAD, CEA, ENGREF, UTC et CMI) mais aussi dans le cadre de collaborations scientifiques avec l'École des Mines de Saint Etienne ou l'Université de Pau.

Réactions4 réactions à cet article

 
agrocarburants

le procédé utilisant la plante entiére ainsi que le btl me paraisse peu envisageable car chimiquement trés polluant avec une contrainte sur la biomasse trés importante,par contre les microalgues ont l'air nettement plus intérréssantes ne reproduisons pas les même erreurs systématiquement ce qu'il faut c'est de ne pas perdre de vue l'objectif ultime la préservation de la planéte et non pas le profit a court terme

lio | 04 avril 2008 à 14h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Economies de rigueur

Il serait intéressant de comparer le coût énergétique de la fabrication d'un litre d'agrocarburant de seconde génération par rapport à celui des autres carburants (essence, gazole, kérozène, première génération, ...). Pour voir.

Mais, de toutes façons, il est évident que ce ne sera pas la panacée et qu'il faudra réduire (facteur 10 ?) notre consommation pour au moins deux raisons :
- la lutte contre le réchauffement climatique,
- l'économie de ressources limitées.

Il ne faut pas en avoir peur. C'est peut être notre seule chance de survie.

Rene-Pierre | 10 avril 2008 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bravo & Bon courage à l'IFP !

Bravo, Bonne chance et Bon courage ! aux équipes de l'IFP pour explorer ces pistes indiquées fort intéressantes, biomasses terrestre et marine en tant que agro-carburants de 2ème génération...
Faudra par contre passer rapidement la surmultipliée pour avancer au plus VITE pour d'une part ABOUTIR rapidement à échelle industrielle pour ces pistes et d'autre part ARRêTER les fausses routes ASAP (dont agro-carb 1ère géné maïs et blé...) !
A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91) | 10 avril 2008 à 18h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
BTL

merci pour l'info claire et précise ;
pour que les biocarburants soient viables économiquement et écologiquement, il faut peut_être oublier les cultures dédiées et passer au RECYCLAGE :
je suis paysagiste et la profession produit chaque semaine quelques tonnes de déchets verts, ligneux ou non. cette biomasse serait bon marché (nous payons pour la faire recycler en compost)et disponible partout en france et navarre... localement !
à bon entendeur...

stone | 24 août 2009 à 17h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager