En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Agrocarburants : les spéculations vont bon train avant la publication de l'étude de l'Ademe

Agroécologie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
Une expertise portant sur le bilan écologique et énergétique des agrocarburants de première génération (issus de cultures destinées à l'alimentation) confiée à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), devrait bientôt être rendue public. Ce nouveau référentiel devrait déboucher sur des données fondamentales pour les décisions politiques à venir.

À la lecture d'un communiqué du groupe Bioéthanol, certains industriels affichent leur satisfaction. Selon eux, l'étude, à paraître, a confirmé que sur cette nouvelle base méthodologique, et en l'état actuel des connaissances, les gains énergétiques et de GES des biocarburants produits en Europe resteront significatifs et, en tout état de cause, supérieurs au seuil d'éligibilité environnemental proposé dans le projet de directive européenne EnR (35%). Les conclusions de la nouvelle méthodologie présentée par l'ADEME viennent confirmer les résultats déjà publiés en 2002 et, par là même, montrent que les biocarburants, et notamment le bioéthanol, sont une énergie renouvelable et immédiatement disponible qui permet à notre pays de réduire significativement ses émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports dépendant fortement du pétrole,estime Jean-François Loiseau, Président du groupe Bioéthanol pour Passion Céréales. L'étude en cours confirme que la méthodologie retenue n'est pas de nature à remettre profondément en cause les résultats positifs de l'étude ADEME de 2002. Les Pouvoirs Publics, convaincus de l'intérêt des biocarburants pour la réduction des émissions de GES et notre indépendance énergétique ont mis en place un plan pour leur développement. Sur base de ce dispositif, les industriels de l'éthanol ont investi massivement dans des outils de production modernes dont les performances améliorent et renforcent encore l'intérêt du bioéthanol, poursuit Alain d'Anselme, Président du SNPAA. Le Directeur général de France Betteraves ajoute même qu'aux vues des conclusions de cette nouvelle méthodologie, nous pensons qu'une révision du système de l'eco-pastille est indispensable afin qu'il prenne en compte le bilan positif du bioéthanol et que les voitures Flex Fuel puissent bénéficier du bonus écologique qu'elles méritent.

Ce communiqué n'a pas manqué de faire réagir le Réseau Action Climat-France qui a contribué aux travaux du Comité technique, chargé de définir la méthodologie du futur référentiel de calcul de bilans des agrocarburants. La mesure du Grenelle demandait pourtant la réalisation d'une « expertise exhaustive et contradictoire du bilan écologique et énergétique des agrocarburants de 1e génération ». Le travail du Comité technique s'est déroulé dans des conditions satisfaisantes. Il serait inadmissible aujourd'hui que des groupes de pression, quels qu'ils soient, aient le pouvoir de modifier a posteriori les recommandations du Comité Technique, explique Pierre Perbos. Le RAC-F compte sur l'objectivité et la rigueur de l'Ademe pour résister à d'éventuelles pressions partisanes quelle qu'en soit l'origine. Céder aux pressions de groupes intéressés revient à dissimuler à l'opinion et aux décideurs politiques la réalité des bilans énergétiques et d'émissions de gaz à effet de serre des filières de production d'agrocarburants, s'inquiète Diane Vandaele.

Réactions2 réactions à cet article

 
l'escroquerie à l'éthanol date de 1938

Bioéthanol – ce qu’il coûte et ce qu’il donne

Il faut un peu plus d’un litre d’équivalent pétrole pour produire un litre de bioéthanol.
Ces chiffres s’entendent depuis les labours jusqu’à la dernière distillation.
Il faut un 1,600 litre d’éthanol pour fournir la même quantité d’énergie qu’un litre d’équivalent pétrole.
Où est la bonne affaire ?
Ce n’est pas parce que le monde entier déraisonne qu’on doit refuser tout effort de réflexion, quelle que soit la position sociale ou politique.

artilleur | 12 juillet 2008 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ethanol et ta soeur?

Bioéthanol – ce qu’il coûte et ce qu’il donne

Il faut un peu plus d’un litre d’équivalent pétrole pour produire un litre de bioéthanol.
Ces chiffres s’entendent depuis les labours jusqu’à la dernière distillation.
Il faut un 1,600 litre d’éthanol pour fournir la même quantité d’énergie qu’un litre d’équivalent pétrole.
Où est la bonne affaire ?
Ce n’est pas parce que le monde entier déraisonne qu’on doit refuser tout effort de réflexion, quelle que soit la position sociale ou politique.

artilleur | 29 juillet 2008 à 18h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager