En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Covid-19 : l'agence de l'eau Adour-Garonne annonce des mesures de soutien aux filières eau et assainissement

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Covid-19 : l'agence de l'eau Adour-Garonne annonce des mesures de soutien aux filières eau et assainissement

L'agence de l'eau Adour-Garonne a annoncé deux premières mesures d'urgence pour soutenir l'ensemble des filières eau et assainissement. Le conseil d'administration les a adoptées le 22 avril 2020.

L'agence va tout d'abord modifier des conditions de versement des acomptes et des soldes d'aides pour accélérer les paiements. Elle compte également aider, dans certains cas, les collectivités et les délégataires dans leur gestion des boues. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) avait en effet estimé dans un avis, que les boues d'épuration produites durant l'épisode épidémique ne devaient pas être épandues sans hygiénisation préalable.

L'Agence prendra en charge à un taux maximal de 50 %, les surcoûts de la filière épandage direct en mobilisant une première dotation exceptionnelle de 2 M€. « L'objectif est d'accompagner les collectivités ou leurs délégataires et les industriels concernés, par la mise en œuvre de solutions de gestion exceptionnelles des boues liées au Covid-19 », souligne l'agence.

Cette mesure de soutien avait été annoncé par Élisabeth Borne, lors de son audition à l'Assemblée nationale. « Dans une circulaire du 2 avril, les préfets ont été mobilisés pour accompagner les exploitants dans la mise en œuvre de ces mesures pour assister les collectivités concernées pour rechercher des techniques alternatives à l'épandage, avait-elle indiqué. Les Agences de l'eau pourront apporter des mesures de soutien, notamment la compensation des surcoûts liés à la gestion de ces boues non-hygiénisées vers des sites de traitement non saturés ».

Les autres agences de l'eau travaillent sur des mesures du même type et devraient faire des annonces dans les prochaines semaines.

Réactions3 réactions à cet article

 

ce green washing n'est en fait qu'une mise aux normes en urgence tellement la situation est devenue grave !
les agences de l'eau ont couvert toutes les dérives des assainissements collectifs, c'est un scandale monumentale : les stations d'épurations ne dépolluent pas mais diluent les polluants dans les rivières alors que la loi sur l'eau impose un recyclage dans les sols pour ne pas perturber le cycle de rechargement des nappes phréatiques ! les rejets sont tellement pollués qu'il est interdit de les épandre dans les champs actuellement ... mais ça ne dérange personne que les rivières servent de décharge et que les boues toxiques aillent quand même dans les champs ! les agences tentent par tous les moyens de se débarrasser des boues au lieu de les traiter correctement, maintenant elles font du compostage, ce qui consiste, encore une fois, à diluer les polluants avec de la matière organique mais pas à dépolluer ...
La seule technique valable aujourd'hui c'est la phyto épuration avec des saules pour produire de la biomasse qui servira à chauffer les villes.
https://www.youtube.com/watch?v=XxMy985NLdE
un saule arrosé produit 50% de biomasse en plus

laurent | 30 avril 2020 à 11h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui inquiète c'est que de l'ARN viral du covid 19 a été retrouvé dans les selles des malades , donc on peut dire que pratiquement toutes les boues aujourd'hui sont contaminées.

gaïa94 | 04 mai 2020 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

gaïa94 : EXACTEMENT ! comme les rivières qui ont contaminé les bassins ostréicoles avant Noël et les épisodes de gastro qui ont suivi ... l'eau et les boues ne sont pas désinfectées, quand j'ai signalé le problème fin 2019 à l'ARS de Nouvelle Aquitaine, ils m'ont répondu qu'ils n'étaient pas concernés ... Les eaux usées des hôpitaux n'ont pas de traitement spécifiques ... je vous laisse imaginer les cocktails qui trainent dans nos rivières et nos huitres ...

laurent | 05 mai 2020 à 09h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager