En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Protection des riverains : 30 millions d'euros pour accompagner la mise en place des ZNT

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a annoncé, le 9 mai, l'ouverture d'un dispositif national pour accompagner les agriculteurs dans la mise en place des zones de non traitement (ZNT).

Une enveloppe de 30 millions d'euros permettra d'aider les agriculteurs qui investissent dans des matériels performants afin de réduire les distances de traitement, et / ou choisissent des itinéraires techniques alternatifs. Les Groupements d'intérêt économique et environnemental (GIEE) et les Coopératives d'utilisation de matériel agricole (Cuma) pourront également bénéficier du dispositif.

« Géré par FranceAgriMer, le dispositif sera ouvert à partir de mi-juin et jusqu'au 31 décembre 2020. Il permettra de soutenir financièrement l'achat de matériel d'application des produits phytosanitaires plus performant, permettant de réduire significativement la dérive ou la dose de pulvérisation de produits phytosanitaires, ainsi que l'achat de matériel permettant de mettre en place des itinéraires techniques alternatifs à l'utilisation des produits phytosanitaires », précise le ministère.

Réactions3 réactions à cet article

 

Ce dispositif ressemble comme deux gouttes de glyphosate à un plan sanitaire de sevrage d'une addiction collective à une drogue dure. Mais puisqu'il faut en passer là...

Pégase | 12 mai 2020 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A comparer avec les crédits alloués à l'agriculture Bio !
Un cadeau de plus à la FNSEA .

sirius | 13 mai 2020 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement Sirius : là, le ministère de l'agriculture sait trouver, même en pleine crise sanitaire, des millions d'euros tout neufs. Il en allait tout autrement il y a 4 ans quand le même ministère connaissait des "problèmes informatiques" pour régler aux agriculteurs bio les aides auxquelles ils avaient droit.
La vigilance s'impose avec cette enveloppe de crédits : les plans Ecophyto successifs ont non seulement montré leur inefficacité technique (l'agriculture conventionnelle n'a jamais autant consommé de phytos) mais aussi que leurs crédits (là, on parle milliards d'euros !!!) se sont évaporés. Y a-t-il d'ailleurs une commission d'enquête parlementaire sur le sujet ?
A défaut, la rédaction d'Actu environnement a-t-elle l'intention d'enquêter sur ce sujet qui présente un intérêt certain pour l'usage des comptes publics ?

Pégase | 13 mai 2020 à 14h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager